Alexandre Bissonnette serait anti-féministes, pro-Le Pen , pro-Trump et anti-immigration. Twitter

Alexandre Bissonnette serait anti-féministes, pro-Le Pen , pro-Trump et anti-immigration. Twitter

Attentat à Québec : un seul accusé et il est Québécois de souche

La Sûreté du Québec affirme maintenant qu’un seul des deux hommes arrêtés dimanche après l’attentat dans une mosquée de Québec est accusé.

Alexandre Bissonnette est escorté vers une camionnette après avoir comparu devant un tribunal le lendemain du meurtre d'une mosquée à Québec. JACQUES BOISSINOT / LA PRESSE CANADIENNE

Alexandre Bissonnette est escorté vers une camionnette après avoir comparu devant un tribunal le lendemain du meurtre d’une mosquée à Québec. JACQUES BOISSINOT / LA PRESSE CANADIENNE

Il s’agit d’Alexandre Bissonnette, 27 ans, qui a comparu devant le tribunal lundi après-midi et qui a été accusé de six chefs de meurtre au premier degré et de cinq chefs de tentative de meurtre avec une arme à feu restreinte.

L’accusé, nerveux, regardait au sol durant le dépôt des accusations. II sera de retour en cour le 21 février pour la divulgation de la preuve.

La police indique qu’il est trop tôt pour connaître le motif de cet attentat, dans lequel six hommes sont morts lors des prières du soir au Centre culturel islamique de Québec. Dix-neuf personnes ont également été blessées.

D’autres accusations liées au terrorisme pourraient s’ajouter

Selon la Gendarmerie royale du Canada, d’autres chefs d’accusation liées au terrorisme et à la sécurité nationale pourraient être déposées à la suite de l’enquête en cours.

« Les accusations portées à l’heure actuelle sont conformes à la preuve recueillie, mais vous comprendrez que les événements se sont produits de façon toute récente, l’enquête se poursuit à l’heure actuelle », dit le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Thomas Jacques.

Alexandre Bissonnette est le seul suspect dans la fusillade de la mosquée de Québec qui a fait six morts. Facebook/Handout/REUTERS
Alexandre Bissonnette est le seul suspect dans la fusillade de la mosquée de Québec qui a fait six morts. Facebook/Handout/REUTERS

Ce que l’on sait de l’accusé aux idées d’extrême droite

L’unique accusé est originaire du secteur de Cap-Rouge à Québec. Il n’a pas d’antécédents judiciaires. Le jeune homme était étudiant à la Faculté des sciences sociales à l’Université Laval. Il avait auparavant fréquenté le Cégep Garneau et avait déjà été membre des cadets.

Alexandre Bissonnette entretiendrait des idées politiques d’extrême droite. Sur sa page Facebook, qui a été retirée depuis, il avait notamment mis un lien vers le site de Marine Le Pen, la chef française du Front national. Il est aussi un sympathisant de Donald Trump et d’un resserrement des politiques d’immigration selon un de ses voisins qui a eu de fréquentes discussions avec lui.

Des voisins de ses parents indiquent également qu’il partageait depuis peu un appartement avec son frère jumeau, à 1 km du Centre culturel islamique.

Une voisine décrit Alexandre Bissonnette comme une personne très tranquille. « C’est un enfant, il n’y a pas plus tranquille que ça, qui fait rien, toujours à son affaire. On n’a jamais entendu parler de quoi que ce soit, je l’ai vu mercredi passé, il arrivait chez ses parents, je pense qu’il y allait souvent », commente la dame qui souhaite garder l’anonymat.

Un autre voisin, Réjean Bussière, qualifie le jeune homme de plutôt introverti. « C’est un jeune qui est renfermé énormément […] C’était pas des gens [les deux frères] dérangeants, mais c’était pas des gens sociables », dit-il.

Son employeur est consterné

Bissonnette occupait un emploi à Héma-Québec, l’équivalent québécois de la Société canadienne de la Croix-Rouge. Son employeur est surpris d’apprendre qu’il pouvait avoir quelque chose à voir dans les événements survenus dimanche soir.

« Comme organisation dont la mission première est consacrée au don de vie, ces événements provoquent une onde de choc au sein des membres de l’organisation », a dit Héma-Québec par voie de communiqué.

Un deuxième suspect avait été arrêté par erreur

Une ambulance devant le centre culturel islamique de Quebec après la fusillade du dimanche 29 janvier 2017.
Une ambulance devant le centre culturel islamique de Quebec après la fusillade du dimanche 29 janvier 2017.

Un des hommes arrêtés à l’extérieur de la mosquée quelques minutes après les tirs meurtriers s’avère être un témoin. Il a fui à la vue d’un homme armé qu’il croyait être le tireur fou, mais c’était en réalité un policier accouru sur les lieux du drame.

Ce témoin a parlé au réseau de langue anglaise de Radio-Canada, CBC, à la condition de garder l’anonymat. Dans cet entretien, il a révélé qu’il se trouvait à l’extérieur de la mosquée et enlevait de la neige des marches quand il a entendu les tirs.

Après la fusillade, il est entré et a appelé le 911. « J’ai trouvé [une victime] près de la porte. Je ne savais pas s’il était vivant ou mort », a-t-il dit.

« Quand je lui ai donné ma veste pour le garder chaud, j’ai vu le profil de quelqu’un avec une arme à feu, je ne savais pas que c’était la police. Je pensais que c’était un tireur qui est rentré. »

Il a fui la scène, mais a été arrêté. Il n’a été libéré que lundi en après-midi, mais affirme avoir été extrêmement bien traité par les policiers durant toute la période de son arrestation.

RCI avec Radio-Canada, CBC et La Presse canadienne

Attaque terroriste à Québec : couverture de RCI

Sur le même thème

Alexandre Bissonnette accusé d’être l’auteur de l’attentat de Québec – RCI 

Only 1 suspect in deadly Quebec mosque shooting, police say – CBC 

Attentat de Québec: Alexandre Bissonnette, suspect « identitaire » et « timide » – L’Express 

Les grands dossiers de RCI
Moi le Musulman d’à côté 
Démocratie et religions 
Qui sont les Canadiens d’origine arabe? 

Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique, Religion
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Attentat à Québec : un seul accusé et il est Québécois de souche»
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Au college Dawson ont a eu le meme genre de malade Que c’est t’il passé avec ce jeune homme ? Les 1er ministres et chef de Partie ont t’il été ignorer? Les maires des GROSSE Villes ont t’il jouis de la publicité autant ? Je pose la question ? Je tiens spécifier que je n’AI RIEN CONTRE LES ISLAMIQUES La preuve est dans Facebook depuis hier Je sympathise avec toute ses gens éprouvé par un drame commis par un Malade du meme genre que le Drame du College Dawson Il n’étais pas anti Islamique Juste MALADE .