Une femme marche le long d'une voie ferrée au début des années 1960 près d'Halifax en Nouvelle-Écosse dans une petite communauté surnommée Africkville.

Une femme marche le long d'une voie ferrée au début des années 1960 près d'Halifax en Nouvelle-Écosse dans une petite communauté surnommée Africkville.
Photo Credit: The Canadian Press Archives

À quel moment sont venus les premiers Noirs esclaves et non esclaves au Canada?

Share

Reprise – Cette semaine nous répondons à La bonne question d’un internaute de Radio Canada International qui réside au Bénin, un des pays d’Afrique qui a joué un rôle central dans le commerce de l’esclavage.

M. Vincent Totognon aimerait en particulier savoir où ont habité les premiers hommes et premières femmes noirs au Canada qu’ils aient été des esclaves ou des citoyens libres.

 Les premiers noirs au Canada – 4:34

L’histoire en raccourcit du premier Noir au Canada

La première personne noire recensée à mettre pied au Canada fut Mathieu da Costa, un homme libre, embauché en tant qu’interprète pour l’explorateur Samuel de Champlain lors de son voyage au Canada en 1605. Il était déjà courant à cette époque, depuis un siècle, d’avoir recours à des Africains comme interprètes principalement le long des côtes de l’Afrique.

Cette tradition explique pourquoi Mathieu Da Costa était dans les faits un polyglotte capable de parler à la fois français, néerlandais et portugais. Il pouvait donc s’avérer d’une grande utilité aux contacts de navigateurs. Cette entente était de nature à lui valoir une rémunération considérable.

Parlait-il aussi l’amérindien?

On ignore cependant comment Mathieu da Costa a pu parler la langue des Premières Nations.

Certains avancent qu’il aurait fait usage de « pidgin » basque (fusion entre la langue basque et la langue locale), employé couramment lors des activités de commerce dans les Amériques. Rappelons que les Basques du nord de l’Espagne à cette époque visitaient fréquemment les lieux de pêche répartis le long de la côte atlantique canadienne.

Mathieu da Costa arriva au Canada autour de 1603. On le considère généralement comme la première personne d'ascendance africaine à avoir mis le pied au Canada.
Mathieu da Costa arriva au Canada autour de 1603. On le considère généralement comme la première personne d’ascendance africaine à avoir mis le pied au Canada. © mdcaht

Les premiers colons noirs au Canada étaient des esclaves loyalistes américains

Entre 1840 et 1860, plus de 30 000 esclaves afro-américains désireux de s’affranchir de leur condition d’esclave ont emprunté un réseau secret d’évasion construit par l’Angleterre entre les deux nations : le chemin de fer clandestin. Il s’agissait essentiellement de sentiers secrets menant à des maisons d’accueils secrètes et temporaires.

Au moment où les Américains en rébellion contre les militaires anglais prenaient les armes et réclamaient leur indépendance, les Britanniques promettaient des terres et des provisions gratuites à tout Américain (blanc ou noir) qui viendrait se réfugier au Canada pour y élire domicile dans leur colonie anglaise.

Mais les loyalistes blancs au Canada vont finir par recevoir les terres les plus fertiles, tandis que les réfugiés noirs vont être confinés aux abords des villes et des villages blancs.

En route vers la Nouvelle-Écosse

Une bonne partie des anciens esclaves noirs américains qui ont emprunté le « chemin de fer clandestin » et qui se sont réfugiés au Canada sont allés s’établir dans ce qui est devenu aujourd’hui la province canadienne de la Nouvelle-Écosse.

La Nouvelle-Écosse représente le domicile de personnes d’ascendance africaine depuis plus de 300 ans. Beaucoup sont arrivés en tant qu’immigrants libres qui recherchaient une nouvelle patrie. Certaines personnes sont aussi arrivées dans cette province en tant qu’esclaves au service de maîtres blancs.

On estime que de 1200 à 2000 esclaves noirs sont aussi arrivés en Nouvelle-Écosse après la révolution américaine en compagnie de leurs maîtres loyalistes et qu’avec ces derniers, ils se sont établis un peu partout dans la province.

De jeunes enfants jouant dans la communauté d'Africville, en Nouvelle-Écosse.
De jeunes enfants jouant dans la communauté d’Africville, en Nouvelle-Écosse. © CBC

La pauvreté y attendait plusieurs d’entre eux

La communauté blanche avait de la difficulté à accepter les nouveaux immigrants en tant que colons libres puisque les Noirs étaient souvent perçus comme esclaves. Les réfugiés noirs étaient par conséquent en grande partie exclus de la société néo-écossaise.

Une colonie de peuplement noire installée par exemple au nord de la ville d’Halifax, Africville, est progressivement devenue un bidonville notoire avant de disparaître définitivement. Aujourd’hui, le parc qui occupe le site est le point de ralliement de la collectivité noire de la Nouvelle-Écosse.

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Catégories : Économie, Histoire, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «À quel moment sont venus les premiers Noirs esclaves et non esclaves au Canada?»
  1. toute traite humaine est odieuse, mais une que je trouve encore plus odieuse est le génocide voilé.
    enquête historique:livre de Tidiane N’Diaye (folio)
    la durée-treize siècles, des millions d’Africains furent razziés, massacrés, ou capturés, castrés et déportés vers le monde arabo-musulman.