Deux astronautes américains séjourneront l'année prochaine sur la Lune
Photo Credit: IS / Deux astronautes américains séjourneront l'année prochaine sur la Lune

L’expérience inouïe d’un voyage touristique sur la Lune de deux Américains en 2018!

Share

Deux Américains iront bientôt en villégiature autour de la Lune. Une expérience qui s’annonce palpitante et qui suscite beaucoup d’intérêt sur la planète.

Un vol imminent

Compte tenu du caractère inhabituel et atypique de ce voyage, c’est avec beaucoup de ferveur que le monde attend d’en savoir davantage.

Cette attente ne sera pas très longue étant donné que le décollage vers la Lune des deux touristes américains est prévu dès l’été 2018.

Il aura lieu à partir du Centre spatial Kennedy, près de Cape Canaveral, en Floride, à bord du vaisseau spatial Dragon 2 qui sera propulsé par une fusée parmi les plus puissantes du monde, la version lourde de la fusée Falcon 9 ou (Falcon Heavy).

Les deux astronautes vont y être pendant une semaine, après avoir parcouru entre 500 000 et 650 000 km dans l’espace.

« Ils ont déjà payé un dépôt important pour faire une mission lunaire. Comme les astronautes d’Apollon avant eux, ces individus voyageront dans l’espace en portant les espoirs et les rêves de toute l’humanité, entraînés par l’esprit humain universel de l’exploration. Nous prévoyons effectuer des tests de santé et de conditionnement physique, ainsi que commencer la formation initiale plus tard cette année.» – Space X

Comment vont-ils y vivre?

Des interrogations quant aux conditions de vie sur la Lune demeurent sans réponses précises.

Certains pensent que la vie y a été possible il y a de nombreuses années, les conditions étaient alors réunies pour que les humains y vivent sans danger, mais ces conditions auraient disparu au fil des ans.

Pourtant, les Américains y ont tenté une première aventure en y expédiant la mission Apollo 11 à partir du Centre spatial Kennedy dans les années 1960.

La mission des trois explorateurs à bord de la capsule avait connu un succès, après 70 heures de trajet, malgré le fait que seulement deux des trois hommes avaient pu se poser sur la Lune, Neil Amstrong et Buzz Aldrin.

Depuis, cinq autres missions se sont posées sur d’autres sites lunaires pendant plus d’un jour. Les astronautes, munis de leurs combinaisons spatiales dotées de systèmes de survie pour les excursions de plus de 7 heures, ont réalisé chaque fois l’exploit de descendre sur ce sol.

Photo prise le 24 juillet 1969, dans la mer au sud-ouest de Hawaii, de la capsule d’atterrissage de la mission spatiale Apollo 11, dans laquelle Neil Armstrong, Michael Collins, et Edwin E. Aldrin font leur retour sur terre après avoir marché sur la Lune pour la première fois.
Photo prise le 24 juillet 1969, dans la mer au sud-ouest de Hawaii, de la capsule d’atterrissage de la mission spatiale Apollo 11, dans laquelle Neil Armstrong, Michael Collins, et Edwin E. Aldrin font leur retour sur terre après avoir marché sur la Lune pour la première fois. © AFP/NASA

Affronter des conditions climatiques particulièrement difficiles

Une fois sur le sol lunaire, les astronautes de la première mission ou des missions suivantes ont eu à faire face à un environnement particulièrement hostile : températures extrêmes, micrométéorites, poussière lunaire, etc.

Ces descentes, il n’y en a pas eu des tonnes à cause de ces conditions difficiles. Il y en a eu une seule, lors de la première mission, et jusqu’à trois lors des dernières. Les astronautes devaient faire le plein d’eau et d’oxygène.

Un risque qui a permis des avancées technologiques

Les expéditions vers la lune sont jugées hautement risquées, comme en témoignent les multiples tentatives avortées, que ce soit à l’aller ou au retour, avec des pertes importantes, tant humaines que financières.

Ces expéditions ont permis, malgré tout, des avancées importantes sur le plan technologique et scientifique, notamment avec l’essor de l’informatique.

Bien que depuis la mission habitée Apollo 17 en 1972, aucun autre astronaute n’ait tenté de s’élancer vers la Lune, le rêve d’un retour de l’homme sur la Lune avant 2020 demeure d’actualité.

C’est dans cette optique que s’inscrit le voyage touristique qu’envisage la société américaine Space X en 2018, tout en ayant pour but d’atteindre Mars dans les autres expéditions dès 2024.

RCI avec l’Agence France-Presse et la société américaine Space X

À lire aussi :

SpaceX réussit son lancement à partir du mythique complexe de lancement 39

La NASA souligne, après 50 ans, la tragédie d’Apollo 1

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*