Des piétons sherbrookois bravent la glace sur les trottoirs.

Des piétons sherbrookois bravent la glace sur les trottoirs.

Des trottoirs glacés aux trottoirs chauffants, le Canada traîne-t-il des pieds?

Share

Et si nos trottoirs couverts de glace et de neige devenaient chose du passé?

La rue Sainte-Catherine, à Montréal
La rue Sainte-Catherine, à Montréal © Ville de Montréal

Il y a deux ans à Montréal, au coeur de l’hiver, un projet de trottoirs chauffants de la ville avait suscité beaucoup d’enthousiasme. Or la Ville va peu à peu de l’avant dans sa mise à l’essai de technologies sur ses principales artères piétonnières du centre-ville.

Selon le plan prévu, un mélange d’eau et de glycol réchauffé par un système de chauffage électrique circulera bientôt dans un réseau de tubes de la grosseur de tuyau d’arrosage pour le jardinage qui sillonneront une portion souterraine de la rue Sainte-Catherine sur 670 mètres.

Plus de 6000 piétons foulent la rue Sainte-Catherine chaque heure « pendant la période de pointe du midi. Il s’agit donc de l’artère principale du centre-ville où circulent le plus de piétons.

Le pavé sera maintenu à une température suffisamment élevée – 3 degrés Celsius – pour éviter que la neige ne s’accumule au sol. Cette innovation pourrait signifier d’importantes économies en matière de sels de déglaçage et de déblayage des trottoirs.

La construction des trottoirs chauffants doit débuter en 2018, et une deuxième phase est prévue deux ans plus tard, au cours de laquelle la superficie chauffée par le réseau doit être augmentée de 2,2 kilomètres.

La tubulure qui court sous les trottoirs chauffants.
La tubulure qui court sous les trottoirs chauffants. © Radio-Canada

Ce n’est qu’un début, mais nous sommes en retard

Les rues de Reykjavik, la capitale islandaise, sont chauffées au moyen de l’énergie géothermale. Les villes de Sapporo, au Japon, et d’Oslo, en Norvège, ont pour leur part recours au chauffage électrique.

Malgré leur climat glacial, les villes canadiennes accusent donc un retard quand il s’agit de garder au chaud les pieds de leurs résidents.

Le coût est certainement un facteur qui retarde la construction de trottoirs chauffants. Selon le budget préliminaire de Montréal, la première phase du projet coûtera environ 26 millions de dollars.

D’autres projets ailleurs au Canada se font sur une échelle restreinte, dans des hôpitaux, des entrées privées ou de petites artères commerciales.

Saskatoon dans la province de la Saskatchewan dans l’ouest du pays a prévu elle aussi l’implantation éventuelle de trottoirs chauffants dans ses plans à moyen terme pour le développement de son centre-ville.

Les trottoirs canadiens et français sont-ils de petits cousins?

Nous en profitons cette semaine pour répondre a cette question d’un auditeur de Radio Canada International en France qui est lui-même un spécialiste et responsable des ponts et chaussés dans sa commune du sud de la France.

Écoutez
Des saillies de trottoir dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.
Des saillies de trottoir dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie dans la ville de Montréal. © Radio-Canada/Anne-Marie Provost

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

Sur le même thème

Un risque payant : les trottoirs chauffants de Holland, Michigan – Radio-Canada 

Un pied de nez à l’hiver – Téléjournal de Radio-Canada 

Trottoirs chauffants – Les innovations de trois villes européennes – CNW 

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Catégories : International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*