.
Photo Credit: Radio-Canada

Qui espionne les téléphones cellulaires des citoyens dans la capitale canadienne?

Share

Une enquête de CBC/Radio-Canada a détecté la présence d’appareils qui interceptent les données des téléphones mobiles dans la zone du parlement du Canada et du bureau du premier ministre ainsi que de plusieurs ambassades dans ce même secteur d’Ottawa.

L’enquête d’une durée de plusieurs mois révèle qu’un ou des individus utilisent des dispositifs connus sous le nom de capteurs IMSI. Ils sont utilisés notamment par la police, les autorités de sécurité canadiennes, les services de renseignements étrangers et même le crime organisé.

Les périphériques, parfois connus sous le nom de marque d’un modèle, StingRay, travaillent en imitant une tour de téléphone cellulaire pour interagir avec les téléphones proches et lire l’identité numérique unique associée à chaque téléphone.

Ce numéro peut ensuite être utilisé pour suivre le téléphone dans ses déplacements et, par extension, l’utilisateur du téléphone lui-même. Dans certains cas, les capteurs IMSI peuvent même être utilisés pour accéder aux messages texte d’un téléphone et écouter directement les conversations téléphoniques.

© Radio-Canada

On espionne au cœur du siège du gouvernement canadien

Au cours des tests effectués en décembre et en janvier, les outils de détections déployés par une équipe spécialisée ont déclenché des alertes en série non seulement autour de la colline du Parlement, mais aussi à proximité des bureaux de Radio-Canada au centre-ville d’Ottawa.

Des équipements encore plus sophistiqués, appelés capteur de suralimentation, ont ensuite confirmé la présence de capteurs IMSI dans la zone du parlement canadien.

Selon une analyse des résultats de l’enquête de CBC/Radio-Canada, on pense que les capteurs IMSI détectés à Ottawa pourraient avoir été fabriqués à l’étranger.

Pour détecter les intercepteurs d’IMSI, on a utilisé ce qu’on appelle un « CryptoPhone ». Cet appareil ressemble à un banal téléphone, mais il émet des alertes rouges quand une fausse antenne tente de s’emparer de son signal. Photo : Radio-Canada
Pour détecter les intercepteurs d’IMSI, on a utilisé ce qu’on appelle un « CryptoPhone ». Cet appareil ressemble à un banal téléphone, mais il émet des alertes rouges quand une fausse antenne tente de s’emparer de son signal. Photo : Radio-Canada © Radio-Canada Michel Aspirot

Avis d’un expert

Les Goldsmith, président, ESD America
Les Goldsmith, président, ESD America © Radio-Canada

CBC/Radio-Canada a demandé au fournisseur nord-américain du CryptoPhone, ESD America, de procéder à une analyse poussée de ces alertes.

Selon Les Goldsmith, président d’ESD America, « [les intercepteurs d’IMSI] peuvent suivre la trace de votre téléphone, écouter vos appels et lire vos textos. Ils peuvent aussi vous empêcher de faire des appels et peuvent envoyer de faux messages en votre nom ».

Selon M. Goldsmith, le risque d’intrusion pour les gens qui se trouvent notamment sur la colline du Parlement est bien réel. « Quelqu’un pourrait être en train d’écouter leurs appels, maintenant, et ils ne le sauraient même pas », affirme cet expert en contre-espionnage.

Les Russes et les Chinois se défendent, les États-Unis adoptent le silence

L’ambassade de Russie rejette toute allégation selon laquelle les Russes ont utilisé ou utilisent des capteurs IMSI à Ottawa.

« Toute suggestion quant à ce type d’activités est fausse et sans fondement », a déclaré un porte-parole de l’ambassade.

Un représentant de l’ambassade de Chine indique pour sa part qu’il est « non seulement déraisonnable, mais même irresponsable » de suggérer que son pays serait impliqué dans de telles activités.

Israël a dit pour sa part qu’elle n’avait aucune connaissance du problème, et les États-Unis ont pour leur part refusé de commenter.

Les capteurs IMSI pourraient aussi bien être le travail d’une agence nationale, comme l’Agence canadienne d’espionnage électronique.

Regardez l’animation de Radio-Canada – 0:31

RCI avec les informations de Brigitte Bureau et de Sylvie Robillard de Radio-Canada, et celles de Catherine Cullen de CBC

Sur le même thème

Les secrets du Canada ciblés par l’espionnage de la Chine et de la Russie – RCI 

La capitale fédérale sous surveillance – Radio-Canada

Someone is spying on cellphones in the nation’s capital – CBC 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*