Vista del centro de Vancouver
Photo Credit: The Canadian Press / Albert Normandin

Comment Vancouver est-elle devenue la capitale asiatique des Amériques?

Share

Le caractère asiatique de Vancouver frappe immédiatement tous ceux qui s’aventurent dans cette ville de la côte ouest du Canada dont la région métropolitaine est la troisième en importance au Canada après celles de Toronto et Montréal.

Des bâtiments dans le quartier chinois de Vancouver
Des bâtiments dans le quartier chinois de Vancouver © ICI Radio-Canada

Ici, un habitant de la région sur quatre parle une langue asiatique quotidiennement! Les Asiatiques sont d’autre-part au nombre de plus de 350 000 dans la région de Vancouver qui compte un peu plus d’un million d’habitants.

Il y a eu différentes vagues d’immigration asiatique qui se sont installées à Vancouver, la plus grosse ayant eu lieu à la fin des années 80. Entre 1981 et 1996, selon les statistiques de la Colombie-Britannique, 86,4 % des immigrants de Vancouver en provenance de l’étranger venaient du continent asiatique et seulement 3,5 % du continent européen.

Selon le recensement du Canada en 2001, 34 % de la région métropolitaine de Vancouver était d’origine asiatique. En 2010, la moitié de toute la population de la région de Vancouver était d’origine asiatique!

De Hong Kong à Hongcouver

L’influence asiatique est omniprésente à Vancouver sur tous les secteurs économiques. Les liens que la ville possède avec les autres pays du Pacifique permettent à Vancouver d’être la ville canadienne qui dépend économiquement le moins des États-Unis. Le quartier chinois, l’un des trois plus importants du continent, est également presque aussi vieux que la ville elle-même.

Mais cette migration ne s’est pas toujours effectuée sans heurts. Dans les années 80 et 90, certains citoyens de Vancouver avaient affublé leur ville d’un surnom péjoratif : Hongcouver.

Cette semaine à La bonne question nous répondons aux interrogations d’un auditeur de Radio Canada international en République démocratique du Congo qui veut savoir s’il y a encore à Vancouver des résistances de la part des citoyens de souche par rapport au visage asiatique qu’a pris la ville.

Vancouver ou Hongcouver autrefois – 6:38

Célébrations du nouvel an chinois à Vancouver en février 2013.
Célébrations du nouvel an chinois à Vancouver en février 2013. © PC/DARRYL DYCK

Un peu d’histoire…

  • L’histoire des Chinois au Canada débute avec la ruée vers l’or et de la construction du chemin de fer.
  • En, 1858, des mineurs d’origine chinoise arrivent en Colombie-Britannique, attirés par la découverte d’or dans la vallée du Fraser.
  • En 1880, 15 000 travailleurs chinois sont recrutés pour parachever la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique en Colombie-Britannique.
  • En 1923, la Loi de l’immigration chinoise de 1923, connue aussi sous le nom de Loi d’exclusion des Chinois, interdit à presque tous les immigrants chinois d’entrer au Canada.
  • En 1947, certaines restrictions sur l’immigration chinoise sont maintenues. Les Sino-Canadiens ne peuvent faire venir leurs enfants de plus de 18 ans au pays.
  • En 1967, le gouvernement fédéral modifie sa politique d’immigration et met en place des règles uniformes pour tous les demandeurs, peu importe leur pays d’origine. L’immigration au Canada augmente de façon considérable.
  • En 1999, la Canadienne d’origine chinoise Adrienne Clarkson est nommée gouverneure générale du Canada.
  • En 2006, le premier ministre canadien, Stephen Harper, présente des excuses formelles aux Sino-Canadiens pour la Loi d’exclusion des Chinois et des politiques d’immigration défavorables à leur égard.
  • En 2013, le Canada compte 1 million de citoyens d’origine chinoise, l’une des plus formidables diasporas chinoises dans le monde.
    Construction d’un camp chinois près du chemin de fer du Canadien Pacifique à Kamloops, en Colombie-Britannique, vers 1885
    Construction d’un camp chinois près du chemin de fer du Canadien Pacifique à Kamloops, en Colombie-Britannique, vers 1885 © Bibliothèque et Archives Canada

Des répercussions positives et négatives à Vancouver

Avant la restitution de Hong Kong à la Chine par le Royaume-Uni dans les années 80 et 90, beaucoup de ses habitants avaient en effet élu domicile à Vancouver.

Liens externes

Profil de la communauté asiatique au Canada – Asie-Canada

La communauté asiatique occidentale au Canada – Gouvernement du Canada

Mois du patrimoine asiatique – Radio Canada International

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Catégories : Histoire, Immigration et Réfugiés
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*