Photo Credit: STEPHANE DE SAKUTIN

Qui pourrait arrêter Netflix?

Netflix compte désormais plus de 100 millions d’abonnés. Il dépasse ainsi le nombre des abonnés des chaînes télé historiques et des câblodistributeurs réunis. Netflix est-il en train de changer radicalement le paysage audiovisuel? Et qui pourrait l’arrêter ?

Le fondateur de Netflix Reed Hastings a célébré, en mangeant un steak, l’abonnement du cent millionième membre de son service de diffusion en continu.

Hastings a déclaré que Netflix comptait acquérir les prochains 100 millions plus rapidement que les premiers, sans donner plus de détails sur la manière dont il va y arriver.

« Tout le monde regarde la télé et presque tout le monde a un accès à Internet, c’est pour ces raisons que je ne vois rien qui va arrêter Netflix de rejoindre la majorité des téléspectateurs aux États-Unis et à travers le monde également », a-t-il ajouté

Nous compétitionnons avec le sommeil Reed Hastings, président de Netflix

Des ambitions qui se sont traduites notamment sur le marché américain : Netflix possède actuellement 4 fois plus d’abonnés que le câblodistributeur le plus important aux États-Unis, Comcast (voir graphique ci-dessous).

Source: Exstreamist

Raisons d’un succès

Ces succès sont imputables principalement à :

Une programmation originale assez riche mettant en vedette des stars du cinéma et offerte à des prix abordables :

Netflix a commandé récemment un film réunissant pour la première fois le célèbre réalisateur Martin Scorsese et les acteurs vedettes Al Pacino et Robert De Niro . Au début du mois, le film War Machine réalisé par Brad Pitt et dont il joue le rôle principal a été mis en ligne. Sans parler des superproductions comme House of cards, qui a fidélisé des millions de téléspectateurs à travers le monde. Cette stratégie a toutefois enregistré quelques ratés, comme la série Marseille mettant en vedette Gérard Depardieu.

Netflix a commandé récemment un film réunissant pour la première fois le célèbre réalisateur Martin Scorsese et les acteurs vedettes Al Pacino et Robert De Niro .(Photo by Lawrence Lucier/Getty Images)

Cette riche programmation est offerte au prix de 8 $ par mois.

Une expansion internationale ambitieuse : présente actuellement dans 130 pays, Netflix envisage d’accroître cette présence internationale, un levier important de sa croissance. Par ailleurs, Netflix a lancé un appel au public à travers le monde pour recruter des sous-titreurs dans leurs langues maternelles.

Une compétition qui aiguise ses armes

HBO : avec ses 134 millions d’abonnés dans le monde, la chaîne de télévision payante détient des longueurs d’avance sur Netflix. Elle surprend souvent son auditoire relativement jeune par l’originalité de ses séries télé.

Amazon : le chef de file mondial de commerce électronique a misé sur la qualité de sa programmation et le large bassin de sa clientèle. Par exemple, les clients d’Amazon Prime peuvent entre autres voir le film oscarisé Manchester by the sea à un prix dérisoire.

La poche profonde d’Amazon, grâce notamment à son service lucratif Amazon web Services, lui donne un avantage compétitif par rapport à Netflix.

Google : YouTube, la populaire plateforme vidéo, se démarque par son nombre incalculable d’abonnés et de visionnements, et surtout par son contenu gratuit. Une stratégie plus agressive en termes de programmation professionnelle et de qualité via son service payant Red posera un sérieux défi à Netflix.

Écoutez

Zoubeir Jazi
column-banner-zoubeir

Catégories : Économie, Internet et technologies, Société, Web et Nouvelles technologies
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*