Le rat-taupe nu est un rongeur d’Afrique méconnu. Rose et dépourvu de poils, il mesure de 7 à 10 centimètres de long. Il fera parler les garçons à coup sûr, on l’espère, et leur offrira quelque chose à envoyer à la place d’images de nudité.

Le rat-taupe nu est un rongeur d’Afrique méconnu. Rose et dépourvu de poils, il mesure de 7 à 10 centimètres de long. Il fera parler les garçons à coup sûr, on l’espère, et leur offrira quelque chose à envoyer à la place d’images de nudité.
Photo Credit: CCPE

Les cas de sextorsion ciblant nos jeunes garçons bondissent

Share

Le Centre canadien de protection de l’enfance (CCPE) révèle que 65 garçons ont rapporté des incidents au site Cyberaide.ca en 2015-2016, une hausse de 89 % comparativement à la période 2013-2014. Les déclarations ont bondi du côté des jeunes filles de 66 %.

Bien qu’un total de 65 victimes masculines ne semble pas si élevé, cette hausse importante du pourcentage suggère que les garçons au Canada sont de plus en plus à risque de recevoir des menaces en ligne et que les cas non rapportés doivent être très nombreux.

La directrice générale du CCPE, Lianna McDonald, a donc annoncé mardi la toute première campagne de sensibilisation et de prévention de son organisme visant les jeunes garçons.

Cette campagne en ligne utilise l’humour et une mascotte, un rat-taupe, dans le but de montrer aux jeunes garçons le type d’image qu’ils peuvent envoyer lorsqu’on leur demande des photos d’eux nus.

Cette approche non conventionnelle vise à  «se démarquer auprès d’un public qui ne prête pas attention », indique Mme McDonald, ajoutant que les campagnes de peur ne semblent pas fonctionner chez les garçons.

Écoutez

Le profil du cyberchantage type visant les garçons au Canada

Selon le Centre antifraude du Canada, des arnaqueurs faisant partie de groupes criminels organisés de l’Afrique de l’Ouest seraient à l’origine d’un important nombre de ces crimes.

« Bien des victimes racontent qu’on leur a dit d’envoyer 800 $ ou 1500 $ par Western Union à la Côte d’Ivoire ou au Sénégal, rapporte le porte-parole du Centre antifraude du Canada qui conseille de ne pas verser cet argent. Le fait d’envoyer de l’argent va les motiver à en demander toujours plus. Et si le crime ne paie pas, ils vont arrêter de le faire. »

Les victimes d’extorsion sont plutôt invitées à communiquer avec la police ou à se rendre sur cyberaide.ca pour signaler le crime.

Les garçons sont généralement ciblés par des adultes inconnus à l'étranger.
Les garçons sont généralement ciblés par des adultes inconnus à l’étranger. © iStock

Un risque à la grandeur du pays

L’agent responsable de la section de lutte contre l’exploitation des enfants au sein de la police de Toronto affirme que les garçons sont beaucoup plus victimes d’extorsion que ce que les gens croient. Il a notamment rencontré un criminel qui a admis avoir fait plus de 1200 victimes masculines.

« Tous ces garçons croyaient qu’ils envoyaient des photos à une fille de leur âge », souligne le sergent-détective Paul Krawczyk.

« Imaginez ceux que nous n’attrapons pas, puis imaginez ceux dont nous ignorons l’existence. » Il implore les parents de prévenir leurs garçons des risques et souligne que les filles ne demandent généralement pas des photos explicites.

Aide-mémoire…
Les sextorsionnaires les plus connus dans les Amériques
Le cyberprédateur montréalais Daniel Lesiewicz a été condamné en 2011 à 12 ans de prison pour avoir piégé près de 200 jeunes femmes de 2006 à 2008. Il ciblait ses victimes en s’introduisant dans leur liste de contacts MSN. Sous de fausses identités, il incitait les jeunes femmes à se déshabiller devant la caméra. Il exigeait par la suite un spectacle érotique en ligne, faute de quoi il menaçait de diffuser la vidéo sur le web.
L’Américain Christopher Park Gunn a été condamné cette année à 35 ans de prison pour de la sextorsion sur des mineures. Il prétendait être le célèbre chanteur Justin Bieber et proposait à ses jeunes victimes des billets de concert en échange de photos suggestives.
Un jeune informaticien mexicain de 32 ans a été condamné ces derniers mois à 6 ans de prison. Il avait fait chanter plus de 230 personnes, 44 de ses victimes étaient des mineures. Son piège consistait à insérer dans des vidéos sur des réseaux d’échange de fichiers de petits codes pour s’emparer à distance de l’ordinateur de ses victimes. Grâce à son logiciel espion, il pouvait voir ce que la personne écrivait, ce que la personne disait (quand les communications téléphoniques se tenaient par le biais de l’ordinateur). Il pouvait aussi prendre contrôle à distance de la webcam d’un ordinateur.

Le cyberprédateur canadien «sans remords». Daniel Lesiewicz.

Le cyberprédateur canadien «sans remords». Daniel Lesiewicz est jugé.

RCI avec La Presse canadienne et les informations de Jessica Blackburn de Radio-Canada

Sur le même thème

Le cyberintimidateur néerlandais Aydin C. sera extradé au Canada – RCI

Les cas de « sextorsion » sont en forte hausse au Canada – RCI 

2000 victimes canadiennes et internationales d’un cyberprédateur sexuel recherchées – RCI 

La « sextorsion », une arnaque répandue – Radio-Canada 

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*