Philippe Couillard

Philippe Couillard
Photo Credit: La Presse canadienne

Statut du Québec : son premier ministre veut relancer le débat constitutionnel

Share

Le premier ministre québécois Philippe Couillard a décidé de relancer le débat constitutionnel au Canada, selon ce qu’a appris La Presse canadienne. Philippe Couillard veut obtenir du Canada qu’il reconnaisse officiellement la différence québécoise.

M. Couillard souhaite créer les conditions favorables à la reprise d’éventuelles négociations constitutionnelles. À terme, si le Québec obtient la reconnaissance souhaitée, il pourrait donc adhérer à la Loi constitutionnelle canadienne de 1982. Il compte ainsi lancer une vaste offensive à travers le pays pour convaincre les Canadiens de la justesse de ses revendications.

L’approche privilégiée serait essentiellement pédagogique. Pas de couteau sur la gorge. Aucune échéance fixée. On veut surtout communiquer, convaincre, expliquer.

Un livre où il explique ses intentions

Le premier ministre Philippe Couillard
Le premier ministre Philippe Couillard © PC/Jacques Boissinot

Le premier ministre Couillard étaye sa pensée dans un document de 200 pages intitulé Québécois, c’est notre façon d’être Canadiens.

Il y explique qu’il cherche à obtenir du Canada la reconnaissance formelle de la nation québécoise, de son identité propre, un geste politique qui, peut-on lire dans le document, ferait en sorte « que les Québécois ne se sentiraient plus exilés au sein de leur propre pays ».

En devenant chef du Parti libéral du Québec, en 2013, M. Couillard, fédéraliste convaincu, s’était engagé à reprendre les discussions constitutionnelles avec le Canada, dans le but de voir le Québec « réintégrer la famille canadienne ».

Québec souhaite faire sauter le « tabou » qui entoure tout le débat constitutionnel, depuis l’échec du référendum d’octobre 1995, car « le Québec et le Canada semblent prêts pour un changement de paradigme » à ce sujet.

Cinq grandes revendications du Québec

Dans son livre, lancé à l’occasion des célébrations entourant le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le gouvernement Couillard reprend à son compte toutes les revendications traditionnelles du Québec et s’approprie, en les actualisant, les fameuses cinq conditions préalables fixées par le gouvernement de Robert Bourassa en 1986 :

– reconnaissance du Québec comme société distincte;
– limites au pouvoir fédéral de dépenser;
– garantie d’une représentation québécoise à la Cour suprême;
– droit de veto sur les modifications constitutionnelles;
– pouvoirs accrus en matière d’immigration.

« Si le contexte politique et constitutionnel a beaucoup changé depuis leur formulation, elles demeurent une illustration concrète des garanties constitutionnelles qui doivent découler d’une reconnaissance adéquate de la Nation québécoise », estime le premier ministre Couillard, 30 ans plus tard.

Le Canada signait le rapatriement de la Constitution canadienne le 17 avril 1982, sous les yeux de la reine Elizabeth II.
Le Canada signait le rapatriement de la Constitution canadienne le 17 avril 1982, sous les yeux de la reine Elizabeth II. © PC/PC/Ron Poling

Stratégie pédagogique et non de confrontation

À la stratégie passée du couteau sur la gorge, en vogue depuis les années 1970, le gouvernement Couillard opposera donc une main tendue. Loin des rapports de force qui ont jalonné les relations Québec-Ottawa en ce domaine depuis des décennies, son approche sera essentiellement pédagogique, axée sur le dialogue et la persuasion, destinée à « nous faire mieux comprendre » du reste du pays.

« Il faut donc travailler à rétablir ce que les Québécois ont toujours voulu depuis 1867, soit un Canada qui les accepte pour ce qu’ils sont », peut-on lire dans le document, rédigé par plusieurs personnes sous la supervision du ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier.

Les discussions à venir ne seront pas uniquement centrées sur une « ronde Québec », mais pourraient inclure notamment les revendications des Autochtones ou aborder d’autres enjeux. Le gouvernement Couillard tient aussi à promouvoir le concept de fédéralisme asymétrique, ainsi qu’à étendre celui d’« interculturalisme » comme modèle d’intégration des immigrants au Québec.

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Les Québécois veulent-ils un référendum sur l’indépendance? – RCI

Comprendre les motivations profondes des séparatistes québécois – RCI

Et si les jeunes électeurs pouvaient refaire le Canada ou revoir le Québec – RCI

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Statut du Québec : son premier ministre veut relancer le débat constitutionnel»
  1. Avatar Michel Carignan dit :

    J’approuve l’intention de notre premier ministre M. Philippe Couillard de dénouer l’impasse qui prévaut depuis le rapatriement de la constitution canadienne et dont le Québec s’est senti exclu. À titre de peuple fondateur et dans l’esprit d’une confédération, les Québécois désirent prendre la place qui leur revient sans pour autant brimer le droit des autres provinces de prendre la leur. Il est grand temps pour toutes les parties prenantes de normaliser cette situation entre nos deux paliers de gouvernement faute de quoi, il y aura de nombreuses personnes qui croiront que le fédéralisme canadien est devenu une idée obsolète et qu’il vaut mieux désormais opter pour le chacun pour soi. Or, l’union à toujours fait partie de l’histoire canadienne dans la réalisation de ses plus grands projets. Le Canada est un modèle de coexistence pacifique entre les différents peuples qui l’ont bâti, hormis le sort qu’il a réservé aux premières nations. Créons donc un climat favorable aux rapprochements de toutes les nations qui l’habitent et exigeons de nos élus qu’ils soient l’inspiration du reste de la planète en imaginant un pays oû tous les individus qui l’habitent, peu importe leur race, leur religion, leur sexe et leur orientation sexuelle, puissent y vivre en harmonie et y réaliser leurs rêves de voir la génération qui les suit y prospérer avec autant de chances, sinon dvangage, que la leur. La planète Terre est désormai un village global où tous et chacun sommes désormais interdépendants et non pas en rivalité. Des défis inédits attendent les générations qui nous suivent, ce serait une idée formidable que de renouveler la confédération pour en faire un pays où toutes les nations qui la compose puissent en faire partie avec les mêmes droits, privilèges et responsabilités.