Une agression dans une prison d’Halifax illustre la montée de la violence dans les établissements correctionnels.

Une agression dans une prison d’Halifax illustre la montée de la violence dans les établissements correctionnels.
Photo Credit: La Presse canadienne / Ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse

Le projet de loi C-56 rend-il dangereux le travail des agents correctionnels au Canada?

Les agents correctionnels du Canada sont contrariés et ont tenu à le faire savoir. Au centre de leur mécontentement, le projet de loi C-56 que vient de déposer à la Chambre des communes à Ottawa le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale.

La durée de l’isolement préventif en cause

Le Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) redoute les effets néfastes de la limitation de la durée de l’isolement préventif des détenus sur la sécurité du travail de ses membres.

En substance, le projet de loi C-56 préconise la modification de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition en limitant à 15 jours la durée maximale pendant laquelle un détenu pourra être placé en isolement préventif.

« Dans sa mouture actuelle, ce projet de loi est inacceptable. Il augmente la dangerosité du travail des agentes et agents correctionnels et il compromet la sécurité des détenus. » – Jason Godin, président national d’UCCO-SACC-CSN.

 Contexte marqué par l’augmentation des incidents violents dans les prisons

Voici un exemple rapporté par Radio-Canada en 2013 :

Les rapports entre détenus et agents correctionnels ne sont pas toujours au beau fixe. En raison des incidents de violence qui se multiplient dans les services de détention, ces agents sont le plus souvent obligés de faire appel à la force pour rétablir l’ordre, bien que, dans des cas plus rares, ils soient eux-mêmes à l’origine de certains actes de violence sur les détenus.

Dans les pénitenciers fédéraux, le nombre d’agressions a augmenté de 93 %, passant de 301 en 2006-2007 à 581 en 2014-2015, selon le directeur général du Bureau de l’enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger.

Les données peu rassurantes en provenance des agents correctionnels de New York viennent renforcer la contestation du Syndicat des agents correctionnels du Canada. Une réforme municipale y a récemment limité la durée de l’isolement préventif , ce qui a exacerbé les incidents de violence dans les prisons.

Les agents correctionnels du Canada indiquent d’ailleurs, pour étayer leurs arguments, que leurs collègues new-yorkais poursuivent actuellement la Ville de New York parce que la réforme a augmenté les risques de blessures graves dans leur environnement de travail.

 « Nous sommes outrés de constater que ce gouvernement cède aux pressions de divers lobbyistes de groupes de défense de droits qui, pour la plupart, n’ont jamais mis les pieds dans un établissement carcéral. Ce qui se passe à l’intérieur des murs n’est pas ce qu’on voit dans les films et à la télévision. Celles et ceux qui y travaillent sont bien placés pour le savoir. C’est pourquoi nous devons être consultés, surtout lorsqu’il s’agit de mesures qui pourraient mettre nos vies et celles des détenus en danger », dit Jason Godin.

À LIRE AUSSI :

Violence dans les prisons : le problème de la surpopulation carcérale

Le milieu carcéral recourt moins à l’isolement

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*