Vue aérienne du siège du SCRS à Ottawa

Vue aérienne du siège du SCRS à Ottawa
Photo Credit: Google map

Un super organisme pour tenir à l’oeil nos agences de surveillances

Share

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau a déposé mardi son projet de loi C-59 sur la sécurité nationale, qui soumettrait toutes les agences de renseignement et de sécurité du pays à la supervision d’un organisme central et indépendant.

Ce « super organisme », selon l’expression du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, aura un droit de regard sur les opérations de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et du Centre de la sécurité des télécommunications (CST) ainsi que sur tout ministère ou agence ayant des activités de renseignement.

Le nouvel organisme, qui portera le nom d’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, comprendra un comité d’experts qui aura pour mandat de veiller à l’optimisation des opérations de renseignement. Il devra aussi s’assurer qu’elles sont conformes au cadre constitutionnel et aux droits et libertés des citoyens.

Le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada à Ottawa
Le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada à Ottawa

Rassurer les Canadiens et corriger les erreurs du passé

Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale
Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale © PC/Fred Chartrand

Selon le ministre Goodale, en plus de corriger les aspects problématiques de la loi antiterroriste de 2015 du gouvernement conservateur de Stephen Harper, le projet de loi C-59 modernise le cadre législatif qui englobe les activités des agences de renseignement en fonction de l’évolution des menaces et de la nouvelle réalité technologique.

Alors qu’ils étaient dans l’opposition, les libéraux avaient voté pour le projet de loi antiterroriste C-51 des conservateurs, déposé après les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa en 2014. Mais Justin Trudeau promettait de le modifier, s’il était élu. Les libéraux souhaitent trouver un juste équilibre entre la sécurité des Canadiens et leurs droits fondamentaux.

Aide-mémoire
Plusieurs observateurs soutiennent que le régime actuel de surveillance ne fonctionne pas aussi bien qu’il le devrait parce que chaque agence de renseignement — la Gendarmerie royale du Canada, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ou le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSTC) — dispose de son propre organisme de surveillance.
Or, ces organismes ne peuvent aisément échanger entre eux des informations sur une plainte ou collaborer à une enquête — ce que pourrait faire la nouvelle agence, croient les libéraux.

Des députés et des sénateurs auront plus de pouvoir pour surveiller ceux qui surveillent

Plus tôt ce printemps, le parlement canadien avait adopté un projet de loi pour créer un comité parlementaire charger lui aussi de surveiller les activités de nos agences de sécurité nationale et du renseignement.

Le projet de loi C-22 donne naissance à un comité de sept députés et de deux sénateurs afin d’examiner les activités en matière de sécurité et de renseignement dans tous les ministères et agences.

Les députés et sénateurs qui en feront partie peuvent examiner toutes les opérations de sécurité, et pas seulement les activités de ces organismes fédéraux.

Des députés et sénateurs plongés dans l’ultra secret

Bardish Chagger
Bardish Chagger © CBC

Les membres du comité doivent obtenir une habilitation de sécurité et prêter serment de confidentialité, puisqu’ils auront accès à des documents hautement secrets.

Le comité pourrait voir son champ d’action être limité pour plusieurs raisons, notamment si le ministre responsable détermine que l’examen d’une activité en particulier pourrait nuire à la sécurité nationale.

La leader du gouvernement en Chambre et marraine de la loi, Bardish Chagger, soulignait que cette loi représentait « l’expression la plus tangible de l’engagement [du gouvernement] envers les parlementaires et pour une meilleure reddition de comptes ».

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Sécurité nationale : les moyens des agences fédérales mis à jour – Radio-Canada 

Un organisme indépendant supervisera le travail des agences de renseignement – Radio-Canada 

Ottawa sous surveillance : les appareils n’appartiennent pas au gouvernement – Radio-Canada 

Public Safety Minister Ralph Goodale stands in the House of Commons during Question Period on Parliament Hill in Ottawa, Thursday, May 11, 2017.
Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale © PC/Fred Chartrand
Public Safety Minister Ralph Goodale stands in the House of Commons during Question Period on Parliament Hill in Ottawa, Thursday, May 11, 2017.
Public Safety Minister Ralph Goodale stands in the House of Commons during Question Period on Parliament Hill in Ottawa, Thursday, May 11, 2017. © PC/Fred Chartrand
Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Un super organisme pour tenir à l’oeil nos agences de surveillances
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Ca va certainement aider a garder le secret ,secret avec encore un autre organisation dans le système

  2. Le « contrat social » en démocratie était que, pour espionner une personne (violant sa vie privée) il fallait un mandat judiciaire selon lequel il y a raison de soupçonner qu’une personne est complice d’un acte criminel ou de complet ou qu’elle soit sous enquête criminelle. On retrouve ce principe souvent quand on créé un compte courriel, pour un service Internet, etc. Sauf qu’il a été massivement violé par les États-Unis, mais aussi en partie par le Canada.

    Si le gouvernement ne rétablit pas ce principe, s’il permet de capter les données *privées* sans mandat judiciaire (on ne parle donc pas de messages publiques sur Internet), toutes ces lois et cette nouvelle agence sont une perte de temps, de la vulgaire manipulation, et une insulte à notre intelligence. Ce contrat social était le compromis accepté en démocratie entre les droits humains et les besoins des enquêtes sur la criminalité et la sécurité nationale/internationale.