Une femme des FC

Une femme des Forces armées canadiennes. Le Canada devient de plus en plus diversifié et son armée doit suivre cette tendance.

L’armée canadienne doit élargir ses horizons afin d’agrandir ses rangs

Share

Motivée notamment par le besoin de grossir ses rangs, l’Armée canadienne tentera donc de se présenter comme une organisation accueillante pour les Canadiens de toute ethnie, religion ou orientation sexuelle. 

Des réservistes de l’Armée canadienne.
Des réservistes de l’Armée canadienne.

La nouvelle politique de défense du gouvernement Trudeau prévoit l’embauche de 3500 nouveaux employés à temps plein et de 1500 réservistes à temps partiel. Cela amènerait les effectifs de l’armée canadienne à leur plus haut niveau depuis la guerre froide. Or, depuis des années, les FAC peinent à recruter un nombre suffisant de candidats. Des milliers de postes demeurent vacants, dont certains de pilotes et de techniciens.

L’amélioration du système de recrutement est donc une priorité majeure, selon le lieutenant-général Charles Lamarre, qui dirige le Commandement du personnel militaire, responsable de superviser les ressources humaines dans l’armée.

« Il n’y a pas seulement des hommes blancs dans notre population », a soutenu le lieutenant-général Lamarre en entrevue avec La Presse canadienne.
Si on veut avoir les meilleures personnes — les plus intelligentes, les plus habiles, les plus dévouées et les plus ingénieuses — on doit voir plus grand et ne pas exclure des groupes qui pourraient nous être utiles.

Les hauts commandants révisent tout, allant de l’uniforme, jusqu’aux cérémonies, en passant par les accommodements qui pourraient être accordés sur la nourriture ou la religion, pour évaluer si ces éléments respectent les critères de diversité.

Aide-mémoire…
Le 7 juin dernier, le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a dévoilé la nouvelle politique de l’Armée comprenant un objectif d’enrôlement revu à la hausse avec 71 500 membres pour la Force régulière, soit une augmentation de 3500 militaires.
L’armée éprouve cependant des difficultés à atteindre sa cible actuelle de 68 000 membres de la Force régulière d’ici 2018-2019.
Pour atteindre cet objectif, la Défense nationale envisageait de recruter 5200 militaires en 2016-2017. Or, c’est environ seulement 4542 militaires en devenir qui se sont manifestés jusqu’ici.

Des soldats canadiens, lors de leur départ pour l’Irak, depuis la base de Cold Lake, en Alberta, le 22 octobre 2014.
Des soldats canadiens, lors de leur départ pour l’Irak, depuis la base de Cold Lake, en Alberta, le 22 octobre 2014. © REUTERS/Caporal Audrey Solomon/Canadian Armed Forces/Handout

Une stratégie sur la diversité : une exigence opérationnelle 

Jonathan Vance, chef d’état-major de la défense au Canada.
Jonathan Vance, chef d’état-major de la défense au Canada. © PC/FRED CHARTRAND

Ce n’est pas un luxe, ce n’est pas de l’ingénierie sociale, ce ne sont pas des manœuvres politiques ou de la rectitude politique. C’est maintenant une exigence opérationnelle, estime pour sa part le chef d’état-major de la défense, Jonathan Vance.

« L’idée que les gens avec différentes perspectives, différentes expériences, différentes compétences feront une armée plus forte s’est formée au cours de la dernière année et demie », a-t-il indiqué.

Le général Vance a pris l’initiative sans précédent d’ordonner à l’armée d’augmenter son pourcentage d’employées féminines de 25 % dans les 10 prochaines années, pour qu’il passe à 15 %.

Les recruteurs ont maintenant lancé des campagnes de publicité ciblées vers les femmes qui ont précédemment manifesté l’intérêt de faire une carrière militaire, sans faire le saut.

D’autres dirigeants de l’armée passent à l’action. Le commandant de la Marine royale canadienne, Ron Lloyd, a publié une directive la semaine dernière pour encourager les militaires à participer aux défilés de la Fierté gaie en uniforme.

Le général Vance devrait publier la même directive pour le reste de l’armée dans les prochains jours.

Ce n’est que le début d’un long combat

Tout le monde n’est pas d’accord avec ce virage, dont des gens en uniforme, admet le vice-amiral Ron Lloyd. Changer l’image de l’armée n’est pas un exercice joyeux pour tous, fait-il remarquer.

Il y a d’autres défis que celui de convaincre les militaires de l’importance de la diversité. L’armée tente encore de se distancier de plusieurs années de manchettes de nouvelles et de reportages négatifs sur le traitement des femmes et des membres de la communauté LGBT, notamment par l’adoption d’une politique de tolérance zéro face à l’inconduite sexuelle.

Notons également une indifférence historique des communautés ethniques à l’égard de l’armée, surtout chez les immigrants qui viennent de pays où l’armée a une mauvaise réputation. Mais il y a aussi le problème — déjà cerné par le vérificateur général Michael Ferguson — du système de recrutement, affecté par la bureaucratie et les compressions de l’ancien gouvernement conservateur.

« Nous sommes assurément encore au stade de la planification. Nous sommes au point de dire : “Que devons-nous faire ?” », demande le lieutenant-général Lamarre.

Harjit Sajjan, ministre de la Défense du Canada
Harjit Sajjan, ministre de la Défense du Canada © Radio-Canada / Michel Corriveau

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

L’armée veut attirer une diversité de Canadiens – Radio-Canada

Une campagne pour recruter les jeunes dans l’armée – Radio-Canada

Les Forces armées canadiennes veulent améliorer leur politique transgenre – Radio-Canada

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*