Omar Khadr (à droite) en compagnie de son avocat Dennis Edney.

Omar Khadr (à droite) en compagnie de son avocat Dennis Edney.
Photo Credit: PC / Jason franson/Canadian Press

Excuses et possible versement de 10,5 millions de dollars à Omar Kadr : la bagatelle au centre de mécontentements!

Share

L’histoire d’Omar Khadr est celle d’un ancien détenu de la prison américaine de Guantanamo qui a été torturé pendant une dizaine d’années. Sa détention avait soulevé une vague de contestations auprès des organisations de défense des droits de la personne parce que M. Khadr était mineur au moment des faits. Retourné au Canada où il est désormais libre, l’homme de 30 ans vient de bénéficier d’une entente confidentielle avec le gouvernement fédéral qui n’a ni confirmé ni infirmé le paiement de la somme compensatoire de 10,5 millions de dollars. Néanmoins, la population reste divisée quant à cette possibilité de compensation. 

Déclaration : excuses officielles présentées à M. Omar Khadr

« Aujourd’hui, nous annonçons que le gouvernement du Canada est parvenu à un accord avec M. Omar Khadr, mettant ainsi fin aux poursuites civiles.

Au nom du gouvernement du Canada, nous souhaitons présenter nos excuses à M. Khadr pour tout rôle que les représentants canadiens pourraient avoir joué relativement à l’épreuve qu’il a subie à l’étranger ainsi que tout tort en résultant.

Nous espérons que ces excuses ainsi que le règlement conclu avec le gouvernement l’aideront dans ses efforts visant à entamer un chapitre nouveau et prometteur de sa vie aux côtés de ses concitoyens canadiens.

Les détails du règlement entre M. Khadr et le gouvernement sont confidentiels. » – Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, et Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

Bref rappel

Il est reproché a Omar Khadr d’avoir participé, comme ses trois frères, au champ d’entraînement de son père en Afghanistan et d’avoir contribué, dans le cadre d’un attentat terroriste, au meurtre du soldat américain Christopher Speer et de nombreuses autres personnes.

Arrêté et détenu à la prison américaine de Guantanamo, à Cuba, alors qu’il n’a que 15 ans, Khadr a subi des interrogatoires musclés et toutes sortes de tortures pour répondre des faits qui lui étaient reprochés, soit meurtres, tentative de meurtre, complot, soutien au terrorisme et espionnage.

La Cour suprême du Canada est interpelée par des tribunaux inférieurs du pays qui, ayant reconnu que l’intéressé était mineur au moment des faits, demandent son rapatriement au Canada, son pays de naissance.

Le jeune Khadr est condamné à 40 ans de prison, mais il n’en purgera que 8, en raison d’une entente entre ses avocats et le gouvernement américain.

Revenu au Canada et incarcéré dans plusieurs prisons différentes, Omar Khadr est poursuivi par les familles des victimes américaines qui réclament une indemnisation de plus de 44 millions de dollars. De plus, la Cour fédérale américaine, qui le poursuit pour crimes de guerre, le condamne au versement de plus de 134 millions de dollars à la famille du soldat tué et d’un autre blessé.

L’homme de 30 ans, après une bataille juridique savamment menée par ses avocats qui ont obtenu du gouvernement canadien l’abandon de son appel à sa libération sous caution décidé par la Cour du Banc de la Reine en Alberta en 2015, obtient, des excuses du gouvernement fédéral et peut-être une compensation de plus de 10 millions de dollars.

J’espère vraiment que cette histoire de dédommagement et d’excuses ne causera aucune douleur à qui que ce soit. Si c’est le cas, j’en suis sincèrement désolé. – Oma Khadr, en entrevue à CBC

Pourquoi ça choque?

Alors que les organisations de défense des droits de l’homme savourent ce moment de reconnaissance des droits des enfants-soldats, au Canada comme aux États-Unis, ce choix du gouvernement Trudeau suscite effarement et ahurissement auprès de plusieurs personnes.

Il est difficile pour certains contribuables canadiens d’accepter le versement d’une telle somme à un individu qui a participé à des événements aussi lugubres.

Du côté des États-Unis, c’est la désolation chez ceux qui appuient les familles privées de certains de leurs membres, car de l’autre côté de la frontière, celui qu’ils considèrent comme coresponsable de leurs disparitions est « récompensé ».

.

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Excuses et possible versement de 10,5 millions de dollars à Omar Kadr : la bagatelle au centre de mécontentements!
  1. Les États-Unis et les conservateurs sont responsables de tous ces dommages. Ils ont aussi tués toute sa famille! Omar Kadr peut bien avoir des millions.
    Pendant ce temps, les États-Unis continuent à tuer. Chez eux et ailleurs.

  2. Avatar Morin André dit :

    Ré.: Khadr…Il y a des millions de canadiens qui se lèvent chaque matin, malades ou
    biens portants, pour aller travailler 5 jours semaines, (certains le font sur deux
    emplois par jour) 52 semaines par années, pendant 40 ans…et ne gagneront pas 10M
    dans leur vie!
    nous assistons au renversement des valeurs canadiennes et c’en est un exemple parmi
    tant d’autres…comme par exemple, je n’ai plus le droit d’ exprimer le reste de ma
    pensé parce qu’elle n’est plus conforme à ce que les minorités veulent ¨ce que l’on
    pense.¨