Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, annonce sa démission et dresse un portrait élogieux de ses 7 années à la tête de la province, tout en reconnaissant qu'il a commis des erreurs.
Photo Credit: PC / PATRICK DOYLE

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, démissionne!

Share

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a annoncé sa démission sur Facebook. Dans un point de presse, il dresse un bilan plutôt flatteur de ses 10 années à la tête de la province, bien qu’il n’ait pas réussi à équilibrer le budget.

Une province minée par des déficits budgétaires

Le premier ministre Wall, qui est à la tête de la province depuis près d’une décennie, jette ainsi l’éponge dans un contexte particulièrement difficile.

La croissance est au ralenti, minée par des déficits qui s’enchaînent depuis deux ans. Les estimations préliminaires de Statistique Canada sur le PIB de 2016 montrent que l’activité économique a chuté de 1,0 % en Saskatchewan l’an dernier.

Les secteurs minier et de la construction ont été particulièrement éprouvés par cette tendance baissière.

La production minière a diminué de 4,5 % l’an dernier […] Le secteur minier hors énergie a aussi enregistré un recul de 2,6 % […] La production minière hors énergie devrait encore baisser cette année de 4 % […] La chute de 14 % des activités de construction a aussi contribué au déclin économique de la Saskatchewan l’an dernier. Étant donné la faiblesse du secteur minier, les dépenses en immobilisations consacrées à des projets d’envergure ont encore régressé.

Sur le marché de la potasse, la chute a été vertigineuse. Les prix de ce minéral qui est utilisé comme engrais ont touché le fond du baril, tombant à 154 $ la tonne en août 2016, après un sommet de 900 $ en 2008.

Une baisse des prix qui a entraîné la fermeture des mines, des pertes massives d’emploi et des baisses de revenus draconiennes pour le gouvernement.

Le retour à la croissance espérée par la Banque Royale du Canada, après l’embellie observée sur le marché du pétrole, n’a pas été au rendez-vous.

Selon les perspectives de cette banque, la croissance allait presque doubler de 2017 à 2018, passant de 1,8 % à 2,3 %.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, annonce que sa décision de démissionner a été pensée depuis le mois de juin.
Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, annonce que sa décision de démissionner a été pensée depuis le mois de juin. © ICI Radio-Canada

À la tête du Parti saskatchewanais depuis 2004

Ralph Goodale, le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, originaire de Regina, a remercié le premier ministre Wall pour ses services à la population. À la tête du Parti saskatchewanais depuis 13 ans, Brad Wall a été réélu comme premier ministre l’année dernière, au terme d’un scrutin âprement disputé avec le Nouveau parti démocratique (NPD), que son parti a finalement remporté avec une majorité suffisamment confortable pour diriger.

Les soutiens à son parti s’effritent parce que les solutions du politicien de 51 ans et de son équipe pour inverser la tendance ne portent pas leurs fruits.

Un an après sa réélection, alors que son troisième mandat est en cours, Brad Wall démissionne et se retire de la vie politique, dans un contexte où un sondage de Mainstreet indique que le Nouveau parti démocratique est désormais en avance de 9 points sur son parti.

Il a annoncé qu’il restera tout de même en poste, en attendant  que son successeur soit désigné.

Je pense qu’un renouveau serait bon pour ma province et pour mon parti. Cet emploi a été l’honneur de toute ma carrière. Je suis reconnaissant à la province de m’avoir donné l’occasion de la diriger. – Brad Wall, premier ministre démissionnaire

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*