De nombreuses familles canadiennes pourraient avoir de bien mauvaises surprises avec cette nouvelle hausse des taux d’intérêt.   Photo : iStock / OcusFocus

De nombreuses familles canadiennes pourraient avoir de bien mauvaises surprises avec cette nouvelle hausse des taux d’intérêt. Photo : iStock / OcusFocus

Deuxième hausse du taux directeur de la Banque du Canada et deuxième pige dans nos porte-monnaies

La Banque du Canada pouvait procéder à un resserrement monétaire ou opter pour le statu quo en laissant son taux directeur à 0,75 %. Elle a misé sur une hausse de 0,25 %.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada Photo : Reuters/Chris Wattie
Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada Photo : Reuters/Chris Wattie

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, éludait depuis quelques semaines les questions des journalistes.

Allait-il augmenter de nouveau son taux directeur? Mais lui et son équipe se sont permis de faire beaucoup d’insinuations pour préparer les Canadiens à la secousse d’une seconde hausse en trois mois.

C’est d’abord dans l’immédiat un geste de confiance que pose la Banque par rapport à la robustesse de l’économie canadienne qui depuis 2015 avait été très touchée par la chute mondiale des prix du pétrole, un combustible dont le Canada possède les deuxièmes réserves en importance du monde.

Or, on apprenait il y a quelques jours à peine que le PIB du Canada a progressé de 4,5 % au deuxième trimestre cette année. Une croissance qu’on n’avait pas vue depuis 10 ans!

Des hausses d’un quart de point de pourcentage peuvent paraître infimes, mais selon les analystes, nous sommes à la fin d’un cycle de 9 années où des taux d’intérêt très bas sont venus financer l’expansion du train de vie des Canadiens.

Écoutez

L’effet sur les Canadiens sera réel

La moyenne des soldes hypothécaires au pays s'établit à près de 200 000 $ en date du 30 juin, ce qui représente une hausse de 5 % depuis un an.
La moyenne des soldes hypothécaires au pays s’établit à près de 200 000 $ en date du 30 juin, ce qui représente une hausse de 5 % depuis un an.

Pour des milliers de Canadiens, le fait que la Banque du Canada augmente son taux d’intérêt est un avertissement.

Chaque hausse décrétée se traduit par une autre ponction dans les poches des consommateurs canadiens qui ont contracté des emprunts pour acheter des biens immobiliers ou de consommation.

Dans le monde de l’intérêt composé, en particulier pour les consommateurs qui ont poussé les emprunts à la limite, cette augmentation d’un demi-point depuis juillet sera bientôt douloureuse.

Pour les Canadiens qui ont une marge de crédit ou une hypothèque à taux variable rattachée au taux préférentiel, l’effet sera probablement immédiat.

Chez ceux qui ont des prêts hypothécaires à durée déterminée ou des soldes sur leurs cartes de crédit, une hausse du taux directeur pourrait prendre un certain nombre de mois avant d’avoir une incidence sur leurs porte-monnaies.

Une montée des taux d’intérêt qui bouscule les finances personnelles des Québécois

Le Mouvement Desjardins apparaît au 2e rang du plus récent classement des banques
Le Mouvement Desjardins apparaît au 2e rang du plus récent classement des banques au Québec. © Radio-Canada

Une nouvelle étude du Mouvement Desjardins publiée mardi indique que jusqu’à 40 000 ménages québécois dépasseraient le seuil critique du niveau d’endettement advenant que le taux directeur de la Banque du Canada soit de 3 % ou 5 % à la fin de 2021.

Cela signifie que leur ratio du service de la dette (RSD) – qui tient compte des obligations financières liées au remboursement des emprunts en fonction du revenu brut – excéderait alors 40 %.

Plusieurs auraient de la difficulté à effectuer leurs paiements. Cela ne signifie toutefois pas que tous ces ménages seraient en situation de défaut.
L’étude convient qu’une « poussée spectaculaire » des taux d’intérêt paraît « peu probable » et que les scénarios évoqués ne reflètent pas les prévisions de base de Desjardins.

Selon la coopérative bancaire, le taux directeur de la Banque du Canada devrait grimper à 2 % d’ici deux ans pour ensuite redescendre graduellement à 1,25 %. Elle rappelle toutefois qu’à la fin de l’année 2000, le taux de financement à un jour de la banque centrale atteignait 5,75 %.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Claude Bernatchez, Majorie April, Olivier Bourque, de Radio-Canada

En complément

Une montée des taux d’intérêt bousculerait les finances des Québécois – Radio-Canada 

Une première baisse du prix des maisons à Victoria en deux ans – Radio-Canada 

Canadian borrowers wait and wonder if rates will rise tomorrow – CBC 

Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*