Theresa May et Justin Trudeau

Theresa May et Justin Trudeau
Photo Credit: CHRIS WATTIE - Reuters

En visite à Ottawa, Theresa May appuie Bombardier contre Boeing

Share

La première ministre britannique, en visite officielle à Ottawa lundi, a discuté de dossiers économiques, dont le litige commercial entre Boeing et Bombardier.

Theresa May a réitéré ses propos de la semaine dernière. Elle affirmait alors que le Royaume-Uni a décidé de faire front commun avec le Canada dans l’espoir de convaincre le constructeur américain Boeing d’abandonner sa plainte contre Bombardier à propos des avions C Series.

L’avionneur québécois est le plus important employeur en Irlande du Nord. L’usine de Bombardier à Belfast emploie quelque 4200 personnes.

C’est à cet endroit que sont notamment fabriquées les ailes des appareils C Series.

Theresa May en parlera à Trump

Mme May a indiqué en conférence de presse qu’elle comptait aborder ce litige commercial en personne avec le président américain Donald Trump, qu’elle rencontrera à New York cette semaine dans le cadre de la nouvelle session de l’Assemblée générale des Nations unies.

« Je lui en ai déjà parlé au téléphone [au début du mois] et je vais [encore] évoquer le dossier, a dit la première ministre britannique.

« Je vais rappeler [à Trump] l’importance de Bombardier au Royaume-Uni et en Irlande du Nord. »

Theresa May et Justin Trudeau
Theresa May et Justin Trudeau © CBC

Justin Trudeau hausse le ton contre Boeing

Le premier ministre Justin Trudeau a haussé le ton contre Boeing, lundi, en conférence de presse aux côtés de Theresa May. Il a affirmé que le Canada ne ferait pas affaire avec une compagnie qui s’attaque à son industrie aéronautique.

M. Trudeau y est allé de ses commentaires les plus incisifs à l’égard du géant de Chicago depuis le début de son litige commercial avec Bombardier. « Ils [Boeing] ne devraient pas s’attendre à ce qu’on leur achète des avions s’ils attaquent Bombardier. »

Super Hornet de Boeing
Super Hornet de Boeing © Boeing

Cette sortie suggère que le gouvernement Trudeau est prêt à abandonner son plan d’achat intérimaire de plusieurs milliards de dollars de 18 avions de combat Super Hornet, construits par Boeing, si l’entreprise de Chicago refuse de faire marche arrière.

M. Trudeau semble également ouvrir la porte à ce que le Super Hornet soit écarté du processus visant à remplacer la flotte vieillissante de CF-18.

« Boeing ne poursuit pas le Canada, s’est défendu la société américaine, dans un communiqué envoyé par courriel. Il s’agit d’un litige avec Bombardier, qui a vendu ses C Series aux États-Unis à des prix dérisoires, ce qui contrevient aux lois commerciales en vigueur aux États-Unis et ailleurs dans le monde. »

Le département américain du Commerce devrait dire d’ici une semaine s’il impose ou non des mesures punitives préliminaires sur les ventes d’appareils C Series au sud de la frontière.

Découvrez :
Boeing contre Bombardier : le Royaume-Uni combat avec le Canada

Bombardier

Bombardier

RCI avec La Presse canadienne, CBC et Radio-Canada

En complément

Des alliés américains pour Bombardier dans son litige contre Boeing – Radio-Canada 

L’Irlande du Nord se mêle à son tour de la dispute entre Bombardier et Boeing – Radio-Canada 

Boeing refusing to blink in dispute with Bombardier despite Liberal threats – CBC 

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*