Le président du Venezuela, Nicolas Maduro n'a pas apprécié que le Canada mette en doute la validité des résultats du scrutin de dimanche dernier.
Photo Credit: Handout .

Le président du Venezuela n’en a « rien à foutre du stupide gouvernement du Canada »

Share

Nicolas Maduro dit qu’il n’en a « rien à foutre de voir le stupide gouvernement du Canada » mettre en doute la victoire de son parti aux élections régionales du 15 octobre.

Qui s’y frotte s’y pique. Aux prises avec une crise politique qui n’en finit plus, le président vénézuélien est très remonté contre les puissances occidentales qu’il accuse d’ingérence dans les affaires de son pays. Sa dernière cible : le Canada. Mardi, Ottawa a mis en doute la validité des résultats des élections régionales du 15 octobre, alléguant que le processus était caractérisé par des « irrégularités ». Le Canada faisait notamment référence au contrôle de la commission électorale, accusée par l’opposition de servir le gouvernement.

« Les élections de dimanche ont été marquées par de nombreuses irrégularités qui soulèvent des préoccupations importantes et légitimes quant à la validité des résultats », a affirmé dans un communiqué officiel la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland
La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, doute de la validité des résultats des élections régionales au Venezuela © Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne

Réponse du berger à la bergère : « Qu’est-ce que j’en ai à foutre que le stupide gouvernement du Canada ne reconnaisse pas les élections? Qu’est ce que j’en ai à faire de ce que dit le Canada? Ce gouvernement insolent, ce stupide gouvernement du Canada », a déclaré le président vénézuélien lors d’une conférence de presse au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas.

« Qu’ils s’en aillent »

Maduro a prié le gouvernement du Canada, pays avec lequel le Venezuela possède des relations diplomatiques depuis 1948, de « s’en aller » s’il « ne s’intéresse pas au Venezuela ». « S’ils ne sont pas attachés au Venezuela, qu’ils aillent se faire foutre et laissent notre patrie tranquille. Maintenant, ça suffit! », a-t-il lancé.

Un groupe de 12 pays américains, l’Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay et le Pérou, a réclamé une analyse indépendante de ces élections. Les États-Unis ont quant à eux « condamné » des élections « ni libres ni justes ».

manifestations-Venezuela
Le vote de dimanche a eu lieu alors qu’un calme relatif règne au Venezuela depuis deux mois, après la série de manifestations qui ont fait 125 morts entre avril et juin. © Radio-Canada

Lundi, la Chine, alliée de Caracas, avait au contraire salué un processus électoral « en douceur », tandis que selon Raul Castro, le dirigeant cubain, le Venezuela « a donné une leçon de paix et de démocratie ».

Opposition frustrée et divisée

D’après le Conseil national électoral (CNE), le parti de Maduro a remporté 17 des 23 États. Il a obtenu 54 % des suffrages, contre 45 % pour ses adversaires, qui contestent les résultats. Des adversaires pourtant annoncés victorieux par les sondages dans 11 à 18 États. Ils en ont finalement remporté cinq. Les résultats dans l’État de Bolivar (sud) n’ont pas encore été communiqués par la commission électorale. Mais M. Maduro assure qu’il a également été remporté par le parti au pouvoir.

Dès lundi, ils ont refusé de reconnaître les résultats du scrutin et écarté tout dialogue sans  « une vérification internationale fiable ».

Une certitude demeure cependant : l’opposition vénézuélienne, réunie au sein de la Table de l’unité démocratique (MUD), est plus déchirée que jamais et les tensions apparaissent au grand jour après son résultat décevant. Selon Luis Vicente Leon, analyste politique, le pouvoir du président Maduro s’est imposé, car il était uni, face à une opposition « fracturée et démotivée ». Une telle victoire du régime aurait été impossible  « avec une élection transparente et équilibrée », a-t-il cependant insisté.

(Avec la PC, AP et l’AFP)

Lire aussi

Droits humains: Ottawa devrait s’intéresser au cas du Venezuela

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*