rci-g7

Au terme de la rencontre en Italie, les ministres de la Sécurité (ou de l'Intérieur) des pays du G7 et les geants du Web ont convenu de faire front commun contre l'usage d'Internet à des fins terroristes.
Photo Credit: Ralph Goodale/Twitter

Le G7 et les géants du web s’attaquent aux contenus « terroristes »

Share

Le ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale, ses homologues du G7 et des représentants de Google, Facebook ou encore Twitter ont décidé de mettre en oeuvre un plan d’action visant à bloquer « des contenus à caractère terroriste ». Cette décision est le principal résultat de la rencontre de jeudi et vendredi à Ischia (île italienne au large de Naples) organisée par le ministre italien de l’Intérieur Marco Minniti, dont le pays dirige actuellement le G7.

C’est la première fois» que les pays du G7 et les représentants des principaux opérateurs d’Internet et des réseaux sociaux se retrouvent autour de la même table, s’est félicité M. Minniti, rappelant qu’Internet « a été un moyen de recrutement, d’entraînement et de radicalisation important des combattants étrangers ».

« La rencontre avec les opérateurs d’Internet a été plus que satisfaisante », a-t-il poursuivi, déplorant le fait que le groupe armé État islamique (EI) circule sur le web  « comme un poisson dans l’eau ».

Le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a pour sa part déclaré que « c’est à la charge des auteurs de contenus, des gouvernements et aussi de la société civile de faire en sorte qu’Internet soit à nouveau un vecteur de paix ».

« Nous devons en faire davantage », a souligné de son côté  Elaine Duke, secrétaire américaine à la Sécurité intérieure par intérim, remerciant les grands réseaux sociaux pour leur collaboration.

 rci-g7
Le ministre italien de l’Intérieur, Marco Minniti, (au centre) estime que la rencontre avec ses homologues du G7 a été un grand succès. © ralph Goodale/Twitter

« La chute de Raqqa ne signifie pas la fin de l’EI »

La réunion du G7 a débuté vendredi matin par un premier échange de vues consacré à la menace représentée par les combattants étrangers en fuite après la chute de plusieurs bastions djihadistes en Irak et en Syrie. Marco Minniti en a profité pour préciser que la chute de Raqqa, fief de l’EI en Syrie, est certes une défaite militaire très dure. Mais elle ne signifie pas que le groupe n’existe plus.

« Nous avons abordé dans le détail les activités de prévention et nous avons d’abord discuté sur la façon de lutter contre le retour des combattants étrangers dans leur pays d’origine, a expliqué le ministre italien. Nous avons décidé de recueillir ensemble les informations et de les partager. »

Après la libération de Raqqa, les inquiétudes portent notamment sur le sort des 25 000 à 30 000 combattants étrangers, dont 5000 venus d’Europe, qui forment un contingent entraîné susceptible d’essaimer à travers la planète.

John Maguire, alias Abu Anwar al-Canadi, ancien étudiant de l’Université d’Ottawa, devenu djihadiste au sein du groupe armé État islamiqu
Le G7 et les géants du Web veulent empêcher les groupes terroristes de servir du Web pour étendre leur influence. Influence grâce à laquelle un jeune comme John Maguire, alias Abu Anwar al-Canadi, ancien étudiant de l’Université d’Ottawa, est devenu djihadiste au sein de l’EI. © Radio-Canada/Capture d’écran

Endiguer la menace terroriste en ligne

En conviant à la table des discussions Google, Facebook, Microsoft et Twitter,  des groupes stratégiques gérant les données personnelles de millions d’utilisateurs, les sept pays parmi les plus puissants du monde souhaitaient aboutir à un engagement commun dans la lutte contre le terrorisme. L’objectif a été atteint vendredi, à en juger par la déclaration finale.

« Notre objectif est une grande alliance entre les gouvernements et les fournisseurs d’accès à Internet. Il faut trouver le moyen d’intervenir sans remettre en cause la grande ouverture démocratique permise par les réseaux sociaux et par l’accès à la toile », a précisé M. Minniti.

En juin, Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube (Google/Alphabet) avaient annoncé la création du Forum mondial de l’Internet contre le terrorisme, une initiative visant à agir contre les contenus djihadistes sur la toile.

« Nous sommes convaincus qu’en travaillant ensemble, en partageant les meilleurs éléments technologiques et opérationnels de nos efforts individuels, nous aurons un plus grand impact sur la menace causée par le contenu terroriste en ligne », avaient-ils alors déclaré dans un communiqué commun.

(Avec l’AFP)

Lire aussi

Terrorisme : le « Groupe des cinq » se penche sur le partage de l’information

Terrorisme d’hier à aujourd’hui : les stigmates en surface pour revigorer le combat !

Le premier ministre Justin Trudeau souligne la Journée nationale du souvenir des victimes de terrorisme

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*