Le gouvernement québécois du premier ministre provincial Philippe Couillard promet 30 000 nouveaux emplois directs et des investissements publics et privés de 9 milliards de dollars d’ici 2030 qui augmenteront la force de frappe économique du célèbre fleuve Saint-Laurent.

Selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la réforme fiscale proposée par l’administration Trump modifiera grandement le positionnement concurrentiel de l’économie canadienne
Photo Credit: Istock

Réforme fiscale de Trump : une épée à double tranchant pour l’économie canadienne

Share

L’adoption du projet de réforme fiscale présentée par l’administration Trump et adoptée par la Chambre des représentants et par le Sénat est une nouvelle peu rassurante pour le Canada. Les opérateurs économiques espèrent une réponse rapide des différents paliers de gouvernement pour préparer les entreprises canadiennes à faire face aux incertitudes qui pourraient nuire à leurs performances.

Risque de devenir moins attrayant pour les investisseurs américains

Stéphane Forget et David Lorette, de la Fédération des Chambres de commerce du Québec
Stéphane Forget, PDG de la Fédération des chambres de commerce du Québec © Radio-Canada/Carl Marchand

En rabaissant le taux d’imposition des entreprises américaines de 35 à 20 %, l’administration Trump donne un coup de pied dévastateur aux entreprises canadiennes jusqu’ici habituées en quelque sorte à une fiscalité avantageuse, observe Stéphane Forget, le président directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec.

D’autres mesures favorables aux petites et moyennes entreprises (PME) sont également prévues, notamment un taux d’imposition plus favorable aux sociétés en nom propre, constituant 90 % des PME. De même, les grandes entreprises seront aussi invitées à rapatrier aux États-Unis, à taux préférentiel, leurs bénéfices détenus à l’étranger.

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem mardi, quelques heures avant l’adoption du projet de réforme par le Sénat américain, Stéphane Forget a fait part de son inquiétude de voir l’investissement au Canada en prendre un sacré coup, étant donné que la moitié des investissements directs au pays provient des sociétés américaines.

La réforme du président Trump est une invitation à peine voilée aux opérateurs économiques à investir davantage du côté américain.

Cela va stimuler à coup sûr la croissance de l’économie américaine, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle en soi pour ce pays, mais cette réforme peut apparaître comme un véritable coup de massue pour le Canada qui aura de la peine à attirer les investisseurs à cause d’un cadre fiscal devenu peu attrayant, en comparaison au nouveau cadre de son voisin du sud.

Écoutez
Stéphane Forget relève que les gouvernements du Québec et du Canada doivent mettre en place des moyens permettant de réduire la pression fiscale sur les entreprises tout en stimulant la croissance et les investissements
Stéphane Forget relève que les gouvernements du Québec et du Canada doivent mettre en place des moyens permettant de réduire la pression fiscale sur les entreprises tout en stimulant la croissance et les investissements © Radio-Canada

Mesures d’urgence pour protéger les activités économiques au Canada

La Fédération des chambres de commerce du Québec invite les gouvernements provinciaux et fédéral à mettre en place les moyens qui permettront aux entreprises nationales d’être compétitives, et de protéger les activités économiques au pays.

Nous avons un avantage concurrentiel qui vient de disparaître, dit Stéphane Forget. Alors que les deux instances gouvernementales sont actuellement en réflexion sur leur prochain budget, elles sont invitées à définir des taux d’imposition responsables pour les entreprises nationales.

Autrement, comme l’a expliqué M. Forget, il s’agit d’adopter des taux d’imposition qui sont compétitifs. Le Québec, qui présente le plus haut taux de taxes sur la masse salariale au Canada, a un double effort à fournir dans ce sens, pour alléger des charges qui sont beaucoup trop importantes pour ses entreprises, contrairement aux entreprises américaines aujourd’hui.

Étant donné que l’administration Trump met en place l’amortissement accéléré qui permet à une entreprise qui investit chez elle d’avoir un retour rapide sur son investissement, il est demandé aux gouvernements du Québec et du Canada de mettre également en place cette mesure d’amortissement accéléré pour favoriser la compétitivité des entreprises et les inciter à investir davantage pour obtenir des contrats.

Le taux d’imposition des petites entreprises canadiennes a été certes ramené à 9 %, affirme Stéphane Forget, mais il observe qu’à l’opposé la réforme récente proposée par le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, a créé des incertitudes en ce qui concerne la capacité pour les entrepreneurs d’amasser de l’argent nécessaire pour continuer d’investir dans leurs entreprises.

Il n’y a pas que la taxation des entreprises qu’il faut revoir, mais aussi il faut réaménager l’environnement des affaires plus globalement, la taxe sur la masse salariale, etc. Autant d’éléments jusque-là favorables pour les opérateurs économiques canadiens, mais qui sont tombés en désuétude avec la réforme proposée par l’administration américaine.

Tous les secteurs de l’économie canadienne peuvent être touchés par cette réforme fiscale, prévient M. Forget. Le déficit qui s’accumule sans un plan précis de retour à l’équilibre budgétaire du côté d’Ottawa représente aussi un point d’inquiétude pour tous ces secteurs.

C’est pourquoi les opérateurs économiques souhaitent voir Ottawa se doter d’une marge de manœuvre financière importante pour faire face aux contrecoups possibles de la réforme américaine.

Lire aussi :

Les baisses d’impôts de Donald Trump pourraient diminuer les impôts des Québécois

.

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*