Une avalanche contrôlée sur le Icefields Parkway le long de l'autoroute transcanadienne dans le parc national de Banff dans l'ouest du pays.

Une avalanche contrôlée sur le Icefields Parkway le long de l'autoroute transcanadienne dans le parc national de Banff dans l'ouest du pays.
Photo Credit: Banff National Park

Une montagne de précautions canadiennes pour contrer les avalanches 

Share

Il y a un an, au mois de janvier, un hôtel et plusieurs vies ont été emportés par une avalanche dans la région des Abruzzes, en Italie. Les images de la tragédie ont fait le tour du monde.

Les premières images de la tragédie
Les premières images de la tragédie © Radio Canada

Dans cette région, les montagnes escarpées ressemblent à s’y méprendre aux pics accidentés des fameuses montagnes Rocheuses canadiennes dans l’ouest de notre pays.

De fait, la majorité des spécialistes canadiens des avalanches sont passés par les cols et vallées des montagnes italiennes pour y parfaire leur formation.

En ce moment, certains de ces spécialistes au service du ministère Parcs Canada secondent une équipe de militaires canadiens qui doivent sillonner jour et nuit le secteur de la célèbre autoroute transcanadienne qui traverse le col Rogers. On y a repéré au fil des années 140 zones à risque, 140 couloirs d’avalanche.

Écoutez
Col Rogers, Colombie-Britannique, janvier 2011 - Les membres des Forces armées canadiennes utilisent un obusier de 105 mm pour effectuer le contrôle des avalanches dans le cadre de l’opération PALACI. (photo: Forces armées canadiennes)
Col Rogers, Colombie-Britannique, janvier 2011 – Les membres des Forces armées canadiennes utilisent un obusier de 105 mm pour effectuer le contrôle des avalanches dans le cadre de l’opération PALACI. (photo: Forces armées canadiennes)

Provoquer des avalanches par mesures préventives

Lorsqu’on leur signale un risque élevé d’avalanche, ces militaires tirent des obus ou lance du haut des airs des explosifs afin de provoquer des avalanches par mesure préventive. Au bas de la vallée, toute circulation automobile est interrompue pour minimiser les risques.

On a ainsi réparti 18 postes de tir pour provoquer des avalanches maîtrisées le long du col Rogers et de la route Transcanadienne, sur une distance de 18 kilomètres.

De ces postes, les artilleurs peuvent atteindre n’importe lequel des 271 endroits où il existe un risque reconnu d’avalanche. À chaque mission de tir, on doit fermer l’autoroute et déblayer la neige qui recouvre la chaussée.

Typiquement, au mois de janvier ou février, l’armée accomplit une dizaine de missions de tir et lance environ 500 obus.

Rogers Pass, Colombie-Britannique. 26 février 2014 - Des membres du 5e Régiment d'artillerie légère du Canada se débarrassent des obus expulsés du côté de la route transcanadienne dans le col Rogers. (Image reproduite avec l'aimable autorisation de Parcs Canada)

Rogers Pass, Colombie-Britannique. 26 février 2014 – Des membres du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada se débarrassent des obus expulsés du côté de la route transcanadienne dans le col Rogers. (Image reproduite avec l’aimable autorisation de Parcs Canada)

Le saviez-vous
Actuellement, on évalue la taille des avalanches par une échelle de cinq niveaux basés sur la distance que l’avalanche va parcourir, la quantité de neige apportée et sa force d’impact. Mais c’est une échelle qui n’est pas facile à utiliser, selon Alexandre Robert prévisionniste pour Avalanche Québec ainsi que guide et instructeur pour Ski Chic-Chocs situé dans la Haute-Gaspésie.
Des experts développent présentement une autre échelle dont les facteurs seront plus faciles à calculer, comme les dimensions de la plaque qui s’est détachée et la quantité de neige qui se retrouve dans la zone de dépôt à la fin de l’avalanche.
À partir de 1,5, une avalanche peut ensevelir et tuer une personne. Au Québec, les plus grosses avalanches sont cotées 3,5. Dans l’Ouest canadien, les régions sont propices à atteindre les niveaux 4,5 à 5.
Dans les montagnes de l’Himalaya, les manteaux neigeux sont assez volumineux pour produire des avalanches de taille 5.

Fissures de propagation qui peuvent être un signe d’avalanche Photo : Alexandre Robert
Fissures de propagation qui peuvent être un signe d’avalanche Photo : Alexandre Robert

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Ève Christian, Stéphanie Rousseau, Jacques Beaupré, Brent Roy et Jacques Dufresne de Radio-Canada.

En complément

Survivre à une avalanche grâce à un sac gonflable – RCI 

Des ordinateurs appelés en renfort pour prévenir les avalanches – RCI 

Déjà le temps de penser aux avalanches – Radio-Canada 

Les avalanches, de phénomènes naturels à catastrophes – Radio-Canada

Share
Catégories : Environnement, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*