Le dépotoir de South Kent, au Michigan. Photo : La Presse canadienne/Mike Clark

Le Michigan sous la puanteur des ordures du Canada

Share

Le Michigan est le dépotoir des ordures solides en provenance de plusieurs régions du Canada depuis plusieurs décennies. Une situation qui a pourtant fait l’objet d’une entente bipartite en vue de l’enfouissement de ces déchets, mais qui aujourd’hui est remise en question à cause des dommages environnementaux devenus trop importants au fil des ans.

Réchauffement climatique

Si le Canada a trouvé au Michigan un site intéressant pour l’enfouissement de ses déchets solides, c’est parce que l’entente conclue il y a plus de deux décennies présente un avantage concurrentiel en ce qui concerne le prix de l’importation.

Les déchets solides municipaux sont les matières recyclables, les produits compostables et les ordures provenant des maisons, des commerces et des établissements publics. Ils excluent les déchets agricoles et certains déchets industriels. Banque mondiale, 2012

Les frais pour enfouir les déchets au Michigan, comme les frais additionnels imposés par cet État fixés à 36 ¢ par tonne, sont considérés comme les plus bas aux États-Unis et dans l’ensemble de la région des Grands Lacs.

Ces déchets considérés comme une marchandise commerciale, dont l’importation ne peut pour le moment être limitée, surtout après la crise des dépotoirs qui a frappé les États-Unis au début des années 1990, sont aujourd’hui présentés comme une source de nuisance importante pour l’environnement.

Selon le dernier rapport annuel du département de la qualité environnementale du Michigan (DEQ), un peu plus de 20 % des déchets solides enfouis au Michigan en 2017 provenaient du Canada. Cela représente plus de 8 millions de mètres cubes de déchets. Si ce phénomène est loin d’être nouveau, il est en augmentation depuis 2012. La proportion de déchets canadiens enfouis au Michigan était alors de 14 %.

Des déchets provenant de Toronto sont déversés dans un dépotoir du Michigan en 2003. Photo : Associated Press/Paul sancya

À la longue, les effets de l’enfouissement entraînent la pollution des eaux souterraines et accentuent le réchauffement climatique, ce qui suscite des inquiétudes au sein de la population.

Les déchets prennent beaucoup de place dans les sites d’enfouissement et les dépotoirs et produisent du méthane (un puissant gaz à effet de serre) à mesure qu’ils se décomposent […] Les déchets produisent aussi du lixiviat, le jus de poubelle, qui peut contaminer les cours d’eau et les nappes phréatiques si le site n’est pas étanche. Mathieu Gobeil, Radio-Canada

Nécessité de revoir la réglementation

La fin de l’importation des déchets est le scénario idéal pour contrer la pollution, mais cela n’est pas possible dans l’immédiat. Ainsi, les responsables locaux sont contraints à envisager, à court terme, une révision des règlements qui régissent les dépotoirs créés depuis le déclenchement de la crise.

Ils souhaitent, entre autres, une bonification des frais d’exportation qui passeront à 4,75 $ américain la tonne, ainsi qu’une hausse des capacités d’enfouissement des déchets au triple.

Elles passeraient ainsi de 15 à 45 %, avec une contribution de plus en plus importante pour le Canada qui paierait désormais 20 % des 4,75 $ pour le financement du nettoyage du site.

RCI avec des informations de Radio-Canada

À lire aussi :

Share
Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*