© iStock

Machines intelligentes et santé : la recherche post-génomique en plein essor au Canada

Share

Comme par magie, lorsque l’intelligence artificielle est combinée à la bio-informatique et à la génomique, des algorithmes innovants et précis émergent pour résoudre des problèmes de santé complexes. Certains d’entre eux sont particulièrement difficiles à résoudre, mais des experts canadiens s’y penchent de plus en plus. 

Cette année, le bio-informaticien Abdoulaye Baniré Diallo, de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), a été nommé Next Einstein Fellow par l’African Institute of Mathematical Sciences.

Baniré Diallo, qui est également directeur du Laboratoire de bio-informatique de l’UQAM et cofondateur de My Intelligent Machines, a séjourné récemment à Kigali, au Rwanda, pour présenter ses travaux sur la bio-informatique et ses impacts potentiels sur le développement des programmes de développement sur le continent africain.

Mais qu’est-ce que la bio-informatique?

C’est une discipline qui a émergé très récemment, entre autres, avec la révolution génomique, la recherche sur le génome humain il y a 20 ans. La quantité de données obtenues par les experts sur le fonctionnement du matériel génétique a été exposée et, aujourd’hui, ces données sont aussi importantes en valeur scientifique qu’en abondance.

C’est précisément l’augmentation exponentielle des données qui fait que l’informatique aide la science en lui permettant de modéliser, d’analyser et de conceptualiser des données biologiques pour résoudre des problèmes et ainsi simplifier et accélérer le travail des sciences de la vie. Abdoulaye Baniré Diallo explique :

Photo : © iStock

« Faire ce travail dans un laboratoires est complexe et cela coûte énormément d’argent. Par contre, si nous transformons l’information génomique en données numériques en nous servant du génie mathématique et informatique, nous pouvons obtenir de la donnée essentielle qui nous permet d’expliquer des propriétés. Par exemple, il existe de mutations dans un génome qui sont associées à une forme de maladie. Si on séquence le génome d’un individu et qu’on observe ces mutations dans les données, on est capable de faire une relation avec certaines données des maladies sans avoir à faire plus de tests poussés. »

Qu’en est-il de la santé de précision?

Des recherches précises et personnalisées ont mené à quelque chose d’encore plus complexe, connu sous le nom de système de santé de précision. Pour Baniré Diallo, la naissance de cette branche de la bio-informatique est due au fait que les chercheurs ont récemment commencé à comprendre que les problèmes de santé d’un individu sont déterminés non seulement par son génome, mais par tout ce qui l’entoure.

Photo : © iStock

« Il faudrait tenir compte de notre environnement socio-économique, de là où nous vivons. Donc, les effets par exemple des radiations sur notre organisme et notre mode de vie. Tout cela représente des données qui doivent venir accompagner la prise de décisions. C’est pourquoi nous parlons de plus en plus de la santé de précision ou des soins de santé orientés sur un individu particulier qui tiennent compte des facteurs cliniques, mais aussi des facteurs externes qui peuvent influencer sa santé. »

Comment le Canada se place-t-il dans l’univers bio-informatique mondial?

Le Canada compte un grand nombre de scientifiques qui travaillent fort pour comprendre comment le génome humain fonctionne et comment il interagit avec le monde extérieur. Génome Canada et Génome Québec jouent un rôle très important en appuyant la recherche par le financement des infrastructures et des projets de recherche. Les plateformes du McGill Génome Québec Innovation Center ou celle de l’hôpital pour enfants Saint-Justine de Montreal en sont des exemples.

Cependant, très peu de spécialistes travaillent à transformer toutes ces connaissances en services à la population.

Et selon Abdoulaye Baniré Diallo, ce transfert serait le principal bénéfice de ces avancées scientifiques puisqu’il représente le côté pratique et utile de cette évolution scientifico-technologique. Et la valeur économique de cette technologie est là aussi.

Photo : © iStock

« [Notre collectif My Intelligent Machines] a misé sur cette translation-là. C’est-à-dire, maximiser les connaissances pour les transférer vers des services essentiels pour les utilisateurs. L’économie autour de la bio-informatique et des services associés représente environ 6 milliards de dollars rien qu’en Amérique du Nord. Et si nous ajoutons à cela tous les services adjacents, le potentiel économique est de 30 ou 40 milliards, seulement pour l’Amérique du Nord. Donc, il y a de la place pour de l’innovation et [pour la création] de compagnies qui touchent les sciences de la vie et la génomique afin d’apporter de nouvelles solutions concrètes aux problèmes de santé des sociétés. »

La bio-informatique est un domaine d’intervention très spécifique et peu de scientifiques ont toutes les formations scolaires et les compétences nécessaires pour y accéder. Cependant, pour le bio-informaticien Abdoullaye Baniré Diallo, l’accent devrait être mis sur la collaboration entre les différentes disciplines d’études et les petites et moyennes entreprises puisque sa pertinence et son potentiel sont énormes.

De plus, selon le chercheur canadien, la participation entre les nations peut être très bénéfique. Pour cette raison, Baniré Diallo voyage dans le monde entier dans le but de créer des liens de collaboration, en particulier dans les régions où la route est pratiquement vierge.

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Machines intelligentes et santé : la recherche post-génomique en plein essor au Canada»
  1. Avatar Makan Diawando dit :

    Mr Abdoullaye Baniré Diallo fait la fierté de toute l’Afrique et plus particulièrement de la Guinée toutes mes félicitations et mes encouragements dans ta recherche et l’innovation dans le génome humain et Bio-informatique
    Makan Diawando
    US-Boston