Un Cubain prend la pose devant une statue de l'ex-dirigeant Fidel Castro entourée de fleurs. Photo : Reuters/Mariana Bazo

Au-delà de la fin des Castro à Cuba vu du Canada

Share

Ce qui attend les Cubains à partir d’aujourd’hui, maintenant que l’île n’est plus pour la première fois en près de 60 ans dirigée par un Castro, intéresse au plus haut point les Canadiens.

L’ex-président cubain Raul Castro Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Ariana Cubillos

Non seulement ce pays est-il la destination touristique hivernale de plus de 1 million de Canadiens, c’est aussi une nation amie tout à fait particulière depuis 1976.

Cette année-là, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau était devenu le premier dirigeant d’un pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à effectuer une visite officielle à Cuba depuis le coup d’État qui avait porté Fidel Castro au pouvoir en 1959.

Raul, le frère de Fidel, a cédé jeudi son fauteuil de président à Miguel Diaz-Canel et tous se demandent à quelles réformes ils doivent s’attendre maintenant de cet ingénieur de 57 ans sans passé militaire, aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur.

Les réformes économiques de Raul Castro ont eu leur limite et le plus dur resterait à faire.

Raul Castro et Miguel Diaz-Canel lors de leur arrivée à l'Assemblée nationale, ce 18 avril 2018, à La Havane. REUTERS

Trois des 12 travaux de Miguel Diaz-Canel

Des jeunes Cubains regardent un téléphone intelligent, assis devant une affiche de propagande à La Havane. Photo : AFP/Getty Images / YAMIL LAGE

Si Miguel Diaz-Canel a devant lui une liste de 12 travaux urgents, l’unification des deux monnaies, le peso cubain et le peso convertible, serait certainement en haut de la liste, car le système actuel entraîne des distorsions économiques majeures.

Toujours au plan économique, Miguel Diaz-Canel devra aussi trouver un mécanisme pour augmenter le salaire des employés de l’État qui forment 30 % des travailleurs et qui touchent généralement de 25 $ à 30 $ seulement par mois, sauf dans le secteur de la santé.

Beaucoup de Cubains expriment d’autre part le désir de voir plus de transparence dans le processus politique et un meilleur reflet d’opinions diverses. Peut-être Miguel Diaz-Canel s’attaquera-t-il pour ce faire à la réforme de la Constitution cubaine.

Le saviez-vous?
En 2009, Miguel Diaz-Canel a été nommé ministre de l’Enseignement supérieur.
Plus tard, en mars 2012, il est devenu l’un des vice-présidents du Conseil d’État, chargé des questions d’éducation.
Miguel Diaz-Canel occupait depuis février 2013 le poste de premier vice-président et est donc devenu le numéro deux du gouvernement dirigé par Raul Castro. Il fait aussi partie du bureau politique du Parti communiste de Cuba depuis 2003.

AFP

AFP

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Alain Gravel, Michel Doucet, Jacques Beauchamps, Franco Nuaovo et Jean-Michel Leprince de Radio-Canada

En complément

Miguel Diaz-Canel, nouveau président cubain – Radio-Canada 

L’APRÈS CASTRO : LES ATTENTES – Radio-Canada 

Le début de l’après-Castro à Cuba – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*