La cinémathèque québécoise célèbre ses 55 ans cette année Photo : La Presse canadienne

La Cinémathèque québécoise, témoin de l’évolution du cinéma et de la télévision d’ici

Share

La Cinémathèque québécoise existe depuis 55 ans. Située sur le boulevard de Maisonneuve à Montréal, elle préserve l’essentiel du septième art d’ici et une partie de celui d’ailleurs. Nos archives témoignent de la naissance et de l’évolution d’une institution dont la mission est de diffuser le travail de nos cinéastes et de le faire connaître à tous les Québécois.

En 1963, le cinéma au Québec s’affirme. Claude Jutra termine À tout prendre. Pierre Perrault et Michel Brault réalisent Pour la suite du monde. Il faut penser à préserver ces œuvres et celles qui les ont précédées au profit des futures générations.

Conserver la mémoire du cinéma

Dès le début des années 1960, plusieurs jeunes cinéastes et cinéphiles québécois s’organisent. Ils veulent à la fois sauvegarder la mémoire de notre cinéma national et combler le manque d’accessibilité des œuvres de répertoire du cinéma international au Québec.

Le 18 avril 1963, ces passionnés fondent Connaissance du cinéma qui, par la suite, est rebaptisée Cinémathèque canadienne en 1964 et Cinémathèque québécoise en 1971.

Le 20 octobre 1963, Guy L. Côté, fondateur de Connaissance du cinéma, est interviewé par les journalistes Renée Larochelle et Jean Garneau qui animent l’émission Présence de l’art. Le cinéaste y explique pourquoi lui et ses amis ont créé Connaissance du cinéma.
Nous avons pensé en 1963 que le temps était mûr pour jeter les bases de ce qui existe dans la plupart des grandes capitales du monde, c’est-à-dire une cinémathèque, un musée du cinéma.Guy L. Côté, fondateur de Connaissance du cinéma

Lieu de mémoire, la cinémathèque conserve le matériel lié à l’art cinématographique et télévisuel. Cela inclut les supports sur lesquels les films et émissions du petit écran sont enregistrés et les objets nécessaires pour leur production et diffusion.

Parmi ceux-ci, mentionnons un projecteur Powers 1906 utilisé pour donner des représentations de cinéma aux élèves du Collège de l’Assomption. On y trouve aussi les ciseaux qui ont servi à censurer les films au Québec entre 1918 et 1962.

L’agora du septième art

À ses débuts, la Cinémathèque québécoise ne peut montrer que certains de ses trésors, faute d’espace et d’un lieu adéquats. Cette lacune est corrigée en 1997 par une modernisation des locaux de l’institution qui prendra plus de trois ans.

Le 25 février 1997, la journaliste culturelle Marie-Christine Trottier nous fait visiter à l’émission Montréal ce soir, la Cinémathèque québécoise dans son nouvel habillage. Plus vastes, mieux éclairés et équipés, les lieux rénovés vont pouvoir répondre au mandat que la Cinémathèque s’est donné. Ils peuvent rendre plus accessible le cinéma d’ici et d’ailleurs aux citoyens du Québec.
On a essayé d’inventer un nouveau lieu qui n’existe pas à Montréal. C’est-à-dire un hybride entre la salle de cinéma, l’auditorium et le hall d’entréeGilles Saucier, architecte responsable du projet de modernisation de la Cinémathèque québécoise
Avec les années, la Cinémathèque québécoise a constitué une collection qui englobe une partie importante du patrimoine cinématographique et télévisuel québécois. C’est un miroir précieux où se reflètent, sous diverses formes, l’imaginaire et la créativité de la société québécoise.
En complément :
Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Arts et spectacles, Histoire

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*