Selon les promoteurs de la chaire, plusieurs avenues thérapeutiques semblent encourageantes : propriétés analgésiques, anti-inflammatoires, antioxydantes, effets antidépresseurs et anxiolytiques. C’est ce qui justifie la création d’une chaire de recherche à l’Université de Sherbrooke, au Québec, pour analyser cette plante. Photo : Ellen Jaskol/GrowForce

Une chaire de recherche pour détricoter les secrets du cannabis à l’Université de Sherbrooke

Share

Le cannabis semble avoir des secrets que l’on ignore, malgré le fait que la plante est bien connue et peut se distinguer facilement des autres dans un jardin. À la veille de sa légalisation à des fins récréatives au Canada, les scientifiques entendent percer tous les mystères de la célèbre plante avec la mise sur pied d’une chaire de recherche à l’Université de Sherbrooke.

Comprendre toutes les possibilités d’utilisation du cannabis

Dans un contexte marqué par la crise des opioïdes, les recherches sur les possibilités d’utiliser le cannabis permettront d’explorer les avenues thérapeutiques de la plante.

Kamal Bouarab, professeur au département de biologie à la faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke, est le responsable de cette chaire.

Il a confié à Alice Chantal Tchandem qu’il est tout à fait pertinent d’explorer le plein potentiel des plants de cannabis.

Pour cela, la chaire sollicitera une licence de Santé Canada pour pouvoir produire des plants qui seront utilisés uniquement à des fins de recherche.

La chaire générera et améliorera les pousses de cannabis susceptibles de produire différentes molécules de cannabinoïdes qui seront utilisées à des fins thérapeutiques.

Les cannabinoïdes sont des substances produites par les animaux et les humains comme puissants remèdes contre divers symptômes incluant la douleur, la dépression, la perte d’appétit, l’anxiété, ou l’inflammation. Les plants de cannabis produisent une centaine de cannabinoïdes, dont certains ont des effets qui ressemblent à ceux que nous produisons nous-mêmes. En collaboration avec CannaSher, nos recherches permettront de favoriser certaines molécules dans les plantes, afin que leurs effets puissent être étudiés dans un contexte thérapeutique. Kamal Bouarab, titulaire de la chaire CannaSher sur le cannabis médical.

De gauche à droite : Steven Blanchard, président de CannaSher, Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l’Université de Sherbrooke, Kamal Bouarab, titulaire de la chaire CannaSher sur le cannabis médical, et Claude Spino, vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences. (Groupe CNW/Université de Sherbrooke)

Écoutez

Un investissement de plus de 1 million de dollars soutenu par CannaSher

C’est en partenariat avec l’organisme CannaSher que la chaire de recherche de l’Université de Sherbrooke a vu le jour.

Cet organisme privé, qui veut se lancer dans la production du cannabis à des fins médicinales au Québec, entend mettre sur le marché des huiles à base de cannabis pour la santé, d’ici la fin de l’année.

C’est pour cette raison qu’il a investi 900 000 $ dans la mise sur pied de la chaire de recherche.

Pour sa part, l’Université apportera une contribution de 703 700 $, ce qui porte le total des sommes destinées au financement de la chaire à 1 603 700 $.

Cette somme sera consacrée prioritairement à la recherche.

Des financements supplémentaires seront également sollicités auprès de différents organismes, dont des organismes fédéraux.

Lire aussi :

Le travail au temps du cannabis légal

Légalisation du cannabis : le casse-tête des conventions signées par le Canada

La légalisation du cannabis au Canada inquiète l'ONU

Légalisation du cannabis : un casse-tête pour les propriétaires de condo

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*