Appel de la CSQ à cesser les subventions aux garderies privées. Photo Credit: Radio-Canada

« Fermer la porte à double tour » aux garderies privées au Québec?

Share

Les garderies privées ont souvent été considérées comme une véritable bouée par les parents soumis au problème du nombre limité de places dans les centres de la petite enfance de certaines régions. Invoquant un motif de financements illégitimes de ces garderies, dont « la raison première est le profit », par le gouvernement du Québec, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) exige que le financement soit interrompu.

Couper dans le public pour investir dans le privé :  une stratégie vivement dénoncée

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, estime qu’il n’est pas de bon ton de priver les garderies du réseau public de ressources ou de prélever une part importante de leurs budgets pour les redonner aux garderies du secteur privé.

Elle interpelle le ministre de la Famille sur la nécessité d’abandonner une telle possibilité, car elle porterait atteinte à la qualité et à l’égalité des chances, principe à l’origine de la politique familiale propre au Québec depuis plus de 20 ans.

Les garderies privées commerciales ne présenteraient pas de garanties de qualité pour nos enfants, regrette Mme Chabot, qui observe que les coûts pour les parents peuvent être exorbitants, sans qu’il y ait de contraintes en ce qui concerne le niveau des services.

Ce niveau devrait être le même que celui qui est exigé aux garderies publiques, clame la présidente de la CSQ.

L’État devrait cesser d’encourager la création des garderies privées et mettre l’accent sur le traditionnel modèle québécois des centres de la petite enfance sur les garderies en milieu familial subventionné qui se positionnent comme un choix unique ayant fait leurs preuves.en Amérique du Nord.

La présidente de la CSQ indique que, si le gouvernement est de bonne foi dans sa volonté d’assurer des services de qualité, il doit investir l’argent public au bon endroit. Crédit : Radio-Canada

Après avoir coupé 350 millions de dollars dans le réseau public des services éducatifs à la petite enfance, il serait scandaleux que le gouvernement utilise des fonds publics pour financer des garderies privées, comme le réclame la Coalition des garderies privées non subventionnées du Québec. Avant de penser à subventionner des entreprises commerciales dont la raison première est le profit, le gouvernement a le devoir de financer adéquatement notre réseau public de la petite enfance dont la raison d’être est le développement global des enfants.

Écoutez

La CSQ dénonce la piètre qualité des services dans les garderies privées et invite le gouvernement à revenir au modèle traditionnel québécois des CPE. Crédit : Jean-Sébastien Cloutier/Radio-Canada

« On constate que le modèle d’affaires des libéraux est un échec »

Le réseau de garde du Québec a eu 20 ans l’année dernière. Le gouvernement Bouchard visait alors deux objectifs : l’égalité de chances pour les enfants et la lutte contre la pauvreté étant donné que les femmes pouvaient regagner le marché de l’emploi.

Mme Chabot, qui remet en question le modèle proposé par le gouvernement Couillard en ce qui a trait au financement des garderies privées, suggère un réinvestissement des ressources dans le réseau public, où la qualité des services aux enfants serait supérieure.

Elle met en garde contre les revers du système à double vitesse voulu par le gouvernement, rappelant que les garderies ne sont pas de simples « parkings d’enfants », mais un vrai réseau qui devrait présenter des garanties de qualité pour leur éducation.

On constate maintenant que le modèle d’affaires des libéraux est un échec. La solution est pourtant simple : il faut revenir à un système entièrement public, renforcer et développer le réseau des centres de la petite enfance et des milieux familiaux régis et subventionnés.

L’abolition du crédit d’impôt, « qui a pour effet de détourner les parents du secteur public vers le privé », devrait être une priorité pour le gouvernement, tout comme la modulation des tarifs, un sujet sur lequel le gouvernement devrait absolument tirer un trait pour revenir au tarif universel, tout en « fermant définitivement les valves au privé ».

Ce n’est pas le premier message qui est ainsi envoyé au gouvernement libéral au Québec, au nom du libre choix des parents, a tenu à relever Louise Chabot.

À lire aussi :

Les CPE refusent de se laisser abattre

Garderies : comment utiliser l'argent du gouvernement du Québec pour congédier des employés

Viande, bricolage, ménage : ce que les CPE coupent à cause des compressions
Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «« Fermer la porte à double tour » aux garderies privées au Québec?»
  1. Avatar nicole dit :

    c’est plus avantageux d’avoir une garderie privée, parce-que
    certain bureau codonateur son pas très gentil avec le rsg.
    dans mon cas on m’a enlever mon permis pour aucune raison
    je me suis retrouver après 15ans de service sans travail
    tout cela pour honneur du directeur du bureau coordonnateur
    et que le gouvernement donne carte blanche a ses directeur
    moi je veux savoir si on enlève un permis pour une question de vengeance, un C.A QUI EST ASSIS ET QUI DIS AMEN au directeur.
    moi on m’a retirer mon permis par vengeance, je me suis retrouver sans travail avec une famille de 5enfants,ni l’adim a pu faire quoi que ce soit pour moi.
    mais le directeur continue a fermer les milieux familial et après vous voulez fermer les garderie privée.
    vous devez révisez et voir ce que les directeurs des bureaux coordonnateur font avec leur pouvoirs .