88 % des 50 000 enfants qui disparaissent chaque année au Canada sont retrouvés en moins de 7 jours. Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Une journée nationale en souvenir des 50 000 enfants qui disparaissent chaque année au Canada

Share

Le nombre d’enfants qui disparaissent chaque année au Canada frôle les 50 000, un chiffre qui donne froid dans le dos. Bien que 88 % d’entre eux sont retrouvés en moins de 7 jours, plusieurs manquent à jamais à l’appel et les circonstances de leurs disparitions sont souvent difficiles à élucider. Ce qui plonge la société et les familles dans l’émoi. À l’occasion de la Journée nationale des enfants disparus, la Gendarfmerie royale du Canada (GRC) attire l’attention sur ces enfants, et l’hôtel de ville de Montréal compte s’illuminer en vert pour souligner les tristes faits.

Une première au Canada : un profil génétique pour les personnes disparues dans une banque de données

Grâce au Programme national de données génétiques de personnes disparues, leurs profils seront enregistrés pour la première fois.

C’est la Banque nationale de données génétiques (BNDG de la GRC) qui va accueillir ces profils génétiques de personnes disparues et des restes humains non identifiés.

Une opération rendue possible grâce à un partenariat, en mars, entre le Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés (CNPDRN) et la BNDG.

À l’issue de ce partenariat, il y a eu le lancement du programme qui permettra de déterminer s’il y a une correspondance entre les profils enregistrés et les disparus, ou s’il y a un lien avec les profils génétiques provenant de délinquants condamnés ou prélevés sur une scène de crime.

Cette opération s’inscrit en droite ligne des efforts entrepris par la GRC pour aider à ramener les enfants disparus à la maison.

Toutes les provinces canadiennes ont un système d’alerte Amber. Photo : iStock

Entre autres actions de la GRC menées en collaboration avec divers organismes municipaux, régionaux, provinciaux et nationaux :
  • gestion du CNPDRN;
  • lancement des alertes AMBER, en cas d’enlèvements jugés dangereux pour l’enfant, dans le but de mobiliser le soutien du public pour les localiser et favoriser leur retour rapide chez eux.

Le système d’alerte médiatique a été créé aux États-Unis, à la suite de l’enlèvement et de l’assassinat d’une fillette de 9 ans, Amber Hagerman, dans la ville d’Arlington, au Texas, le 13 janvier 1996.

Depuis la mise sur pied du programme au Canada en décembre 2002, 105 alertes AMBER ont été diffusées, ce qui a mené au retour de 105 enfants. Sept alertes AMBER ont été lancées en 2017, et les 7 enfants ont tous été retrouvés sains et saufs.

  • Participation au programme « Nos enfants disparus » (NED), en vue d’identifier d’intercepter et de retrouver les enfants disparus au pays et à l’étranger.
  • Mise à la disposition de différents organismes concernés, des médecins légistes et des coroners en chef, des informations concrètes, en plus d’un soutien spécialisé, pour les enquêtes sur les enfants disparus.
  • Hébergement du site web Disparus-Canada et gestion de la stratégie nationale concernant les personnes disparues

La ville de Montréal illuminée en vert en solidarité aux disparus

L’hôtel de ville de Montréal Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

De 17 h à 19 h, l’hôtel de ville de Montréal revêtira le vert, couleur symbolisant l’espoir, pour manifester sa solidarité à la cause des enfants disparus.

Un événement qui mobilisera également quelques parents d’enfants disparus, à l’initiative de l’organisme « Réseau enfants retour. »

Arcamone Pina Photo : Delphine Décarie

Écoutez

Sa présidente, Arcamone Pina, a tenu à saluer la sollicitude de la Ville de Montréal et à souligner l’importance d’une telle mobilisation à l’occasion de cette journée nationale.

Il s’agit, selon elle, d’un geste concret qui vise à démontrer de l’intérêt et de l’empathie pour les familles, et surtout à rappeler que les enfants disparus ne seront jamais oubliés.

C’est aussi l’occasion pour l’organisme de lancer un appel à une mobilisation tous azimuts, pour demeurer en éveil; en face d’un phénomène qui ruine la vie des familles et crée un sentiment d’insécurité au sein de la société.

En 2017, le Québec a enregistré en moyenne 19 enfants rapportés disparus quotidiennement. Les fugues comptent pour la majorité des disparitions. Si 90 % de ces enfants sont retrouvés dans les jours suivant leur disparition, d’autres manquent toujours à l’appel.

L’organisme, qui œuvre davantage en sensibilisation et en intervention auprès des familles, sera présent aux côtés des parents, à l’hôtel de ville, pour son habillage coloré, afin de porter un message d’appui, d’espoir et de réconfort.

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*