Le premier ministre destitué du Nunavut, Paul Quassa. (HO/La Presse canadienne)

Le premier ministre du Nunavut destitué pour déclarations trompeuses devant l’Assemblée législative

Share

Moins d’un an après son élection, le premier ministre du Nunavut, Paul Quassa, a été destitué par les députés de l’Assemblée législative dans un vote de défiance.

Style de gouvernance et personnage controversés?

Le premier ministre destitué a fait l’objet de vives critiques de la part des élus de l’Assemblée législative au cours des derniers mois.

Ces derniers lui reprochaient son manque de transparence, notamment dans la prise de certaines décisions qui auraient nécessité l’implication de diverses parties.

Par ailleurs, Paul Quassa se serait illustré par des déclarations trompeuses à l’Assemblée.

Le Nunavut, qui est dirigé par un gouvernement de consensus, ne connaît pas de partis politiques. C’est pourquoi le premier ministre est généralement choisi parmi les membres de la législature.

C’est dans ce cadre que Paul Quassa a été désigné l’année dernière. C’est un passage au pouvoir très bref pour ce membre issu du groupe inuit. La motion de défiance a été proposée par John Main, représentant des communautés d’Arviat et de Whale Cove.

Il n’y a pas eu beaucoup d’efforts pour faire en sorte que le groupe travaille en équipe sous ce premier ministre. Il y a eu une tendance à la direction autocratique, qui se heurte à notre modèle de gouvernement consensuel.John Main
.

Selon M. Main, les « déclarations trompeuses » de Paul Quassa ont été faites aux membres concernant la conférence Northern Lights en février. « Plus de 500 000 $ auraient été dépensés pour envoyer une délégation du territoire, y compris tout le Cabinet, à la conférence sur le commerce à Ottawa. »

Seize membres de la législature ont voté pour sa destitution, trois ont voté contre et deux se sont abstenus.

Le vice-premier ministre Joe Savikataaq assumera temporairement les fonctions de premier ministre, mais ne deviendra pas forcément le remplaçant officiel de Paul Quassa au poste de premier ministre.

Paul Quassa Crédit : (Kieran Oudshoorn/CBC)

Quelques défis du Nunavut

Le taux de tuberculose dans la population est 50 fois plus élevé que dans le reste du pays. La principale raison est l’insalubrité liée au manque de logements. Pour combattre cette maladie et aussi créer une enquête permanente sur la santé des Inuits, un financement de plus 109 millions de dollars sur 10 ans a été annoncé par le ministre canadien des Finances Bill Morneau. 

La ville de Qikiqtarjuaq a été la plus fortement touchée par la tuberculose. Une campagne de dépistage y a été lancée en février de l’année dernière. (Eilis Quinn/Regard sur l’Arctique)

L’autre fléau majeur au sein de la population est le suicide, principalement dans les communautés autochtones.

Les jeunes sont de plus en plus confrontés aux difficultés linguistiques parce qu’ils doivent composer avec la dualité linguistique faite de l’anglais et de l’inuktitut, les deux langues de scolarisation qu’ils maîtrisent mal.

La population du Nunavut ne jouit pas toujours des pleins droits sur ses terres et sur ses ressources naturelles. Elle attend de ses représentants qu’ils défendent leurs intérêts auprès de différentes instances fédérales, afin que leurs droits ancestraux soient reconnus et respectés.

RCI avec La Presse canadienne, CBC et Radio-Canada

À lire aussi :

Le Nunavut, entre deux mondes

Se nourrir au Nunavut quand la boîte de céréales coûte 19 $
Share
Catégories : Autochtones, Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*