Des hommes posent des plaques de plâtre. Photo : Jeff McIntosh

Enquête : des plaques de plâtre des États-Unis vendues à des prix déloyaux au Canada?

Share

À la suite d’une plainte déposée par CertainTeed Gypsum Canada inc., une entreprise de Mississauga, en Ontario, concernant le dumping qui aurait causé un retard à l’établissement de l’industrie canadienne dans l’ouest du pays, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a décidé d’ouvrir une enquête sur les plaques de plâtre en provenance des États-Unis.

Les importations nuisent-elles aux producteurs canadiens?

Cette interrogation est celle des équipes d’enquêteurs de l’ASFC et du Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE).

Les deux institutions canadiennes, qui jouent un rôle dans l’enquête, entameront leurs démarches parallèlement. La première étape sera une enquête préliminaire, afin de se prononcer sur les dommages éventuels des exportations américaines de plaques de plâtre sur les opérateurs canadiens.

Les plaques de plâtre servent surtout dans l’industrie de la construction, d’une part pour la construction de murs et de plafonds intérieurs dans de nouveaux bâtiments résidentiels et commerciaux, et d’autre part dans les réparations et la rénovation.

La plainte de l’entreprise ontarienne porte notamment sur les plaques de plâtre américaines de 54 pouces, qui auraient été vendues collectivement dans l’Ouest canadien : Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Yukon et Territoires du Nord-Ouest.

Un travailleur fait des joints en plâtre. Photo : ICI Radio-Canada

Les États-Unis auraient-ils pratiqué des prix déloyaux?

Dans un deuxième temps, compte tenu du fait que la plainte soulève la question du dumping, à l’origine du retard de l’établissement d’une branche de production nationale dans l’ouest du Canada, les enquêteurs comptent bien examiner la situation.

Une décision est attendue d’ici le 19 septembre. Les enquêteurs détermineront si les importations américaines sont déloyales sur le marché canadien. Cette décision arrivera juste un mois après le résultat de la première enquête.

« Dans l’affirmative, le Tribunal conclut que les producteurs canadiens ont subi un dommage ou qu’il y a menace qu’ils subissent un dommage, l’ASFC impose des droits (droits « antidumping » et/ou « compensateurs ») sur les importations pour ramener les prix injustement bas à des niveaux plus équitables pour permettre aux producteurs canadiens de demeurer concurrentiels. »

Ces deux enquêtes se font en vertu de la Loi sur les mesures spéciales d’importation. Cette loi vise à protéger l’industrie canadienne du dommage causé par les importations de marchandises faisant l’objet de dumping et de subventions.

Grâce à cette loi, 101 mesures spéciales d’importation sont en vigueur aujourd’hui au Canada. Elles visent un large éventail de produits industriels et de consommation et elles contribuent directement à protéger l’économie et les emplois au pays.

À noter:
Les droits antidumping et compensateurs entrent en jeu pour deux types de commerce déloyal : le dumping et les subventions.

Le dumping survient quand des producteurs étrangers vendent leurs marchandises dans le marché canadien à un prix inférieur à celui des mêmes marchandises dans leur marché intérieur.

Il y a subventionnement quand un gouvernement étranger offre un soutien financier ou autre à ses producteurs nationaux afin de réduire leurs coûts de production.

Il peut en résulter que des importations à bas prix inondent le marché canadien et causent un dommage aux concurrents canadiens.

RCI avec le Tribunal canadien du commerce extérieur  et l’Agence des services frontaliers du Canada

Lire aussi :

Une décision sur les cloisons sèches qui risque d'influencer le coût des maisons dans l'Ouest

Le prix des cloisons sèches américaines inquiète les constructeurs saskatchewanais
Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*