La planète Mars Photo : Reuters/NASA

En cas de grande catastrophe sur Terre, Mars pourrait-elle servir d’abri pour les humains?

Avec les multiples découvertes de nouvelles exoplanètes, de nouvelles lunes et la possibilité qu’il y ait de l’eau liquide sur la planète Mars, nous avons tendance à imaginer des scénarios catastrophes sur Terre. Des situations extrêmement dangereuses dans lesquelles l’humanité, par instinct de survie, serait tentée de s’enfuir vers certains de ces nouveaux lieux célestes pour y trouver un abri.

RCI avec WWF, Futura sciences et Radio-Canada

Devenir des extraterrestres : un jour peut-être?

Parmi les révélations les plus étonnantes de ce siècle, celle qui veut que des extraterrestres essayent de communiquer avec nous. Un fait qu’étudient des chercheurs de plusieurs universités dans le monde:

À l’Université Laval, au Québec,, Ermanno F. Borra et Eric Trottier affirment avec certitude que des extraterrestres essayeraient de rentrer en communication avec nous grâce à la technologie laser.

Sur cette même lancée, Stephen Hawking, l’astrophysicien britannique, disparu récemment, renforce, par ses multiples travaux sur l’univers cosmique, cette thèse. Des scientifiques russes affirment également avoir capté des signaux radio étranges, d’une durée de deux secondes, en provenance d’une exoplanète.

Des affirmations qui corroborent en quelque sorte l’idée qu’il y aurait une vie intelligente ailleurs dans l’univers, semblable ou supérieure à la nôtre.

Bien qu’il reste à mettre clairement des visages sur nos semblables qui vivraient dans les cieux, les humains gagneraient peut-être à prendre au sérieux l’idée que dans un avenir plus ou moins proche, ils aillent, eux aussi, y chercher leur salut.

Si la dégradation de la planète se poursuit au rythme actuel, il se pourrait que les conséquences soient désastreuses pour l’humanité dans moins d’un siècle.

C’est une thèse qui se veut alarmiste, mais penser à éliminer le danger avant qu’il nous tombe sur la tête vaudrait peut-être mieux que chercher à en atténuer les effets. 

Il y a quatre ans, le Fonds pour la nature (WWF) annonçait que la Terre avait perdu plus de la moitié de ses espèces sauvages en 40 ans. Au rythme où la dégradation se poursuit en ce moment avec le réchauffement climatique et ses conséquences (canicule, cyclones, inondations, sécheresse, tsunamis et autres), les humains devront chercher refuge ailleurs, mais où?

L’eau liquide se trouve sous la glace (en blanc) au pôle Sud de Mars. Photo : ESA/DLR/FU BERLIN/CC BY-SA

L’espoir qui viendrait de la planète Mars?

Les scientifiques ont soutenu en tout temps que la présence de l’eau offre une garantie de vie.

Ayant scruté la planète Mars de fond en comble au cours des dernières années, l’humanité semble se rapprocher de son but, puisque ses dernières découvertes font état de la présence d’un lac souterrain liquide sur cette planète, à environ 1,5 km de profondeur sous la calotte glaciaire du pôle Sud. Ce lac mesurerait environ 20 km de large.

C’est une découverte majeure, car à ce jour, aucune autre percée scientifique n’avait permis de voir aussi clairement la présence d’une masse d’eau liquide d’une telle densité sur Mars.

On se souvient que le Robot Curiosity de la NASA avait déjà pu détecter la présence d’eau sur cette planète, sans véritablement réussir à se prononcer sur son étendue. Les scientifiques ont souvent affirmé qu’il y a plus de 36 milliards d’années, Mars abritait une importante quantité d’eau liquide et même des lacs. Une eau qui s’est enfermée dans sa glace au fil des ans en raison de la minceur de son atmosphère. Son climat auparavant chaud et humide est devenu plus glacial, désertique et aride.

Des océans sur Mars Photo : UC Berkeley/Robert Citron

Il reste à voir de près si ce lac souterrain offre des garanties de qualité pour pouvoir assurer à l’humain une présence  sur cette planète.

Selon les chercheurs de l’Institut radar Marsis, qui se sont servis de l’orbiteur européen Mars Express pour réaliser leur découverte, la présence de plus d’eau, voire de vie sur Mars, n’est pas forcément synonyme d’habitat sain pour les humains qui s’y rendraient.

La raison est que le lac serait très glacial et particulièrement salé. Des conditions qui sont peu favorables à la vie.

D’autres travaux exploratoires sur Mars permettraient un jour d’y voir plus clair, notamment en ce qui concerne les qualités réelles de l’eau qui demeurent à l’état liquide vu la présence de magnésium, de calcium et de sodium.

En attendant ces études, les interrogations vont bon train quant à la possibilité d’y envoyer des hommes avant la fin du 21e siècle. La NASA prévoit sa première expédition en 2030, mais il se pourrait qu’elle soit devancée par SpaceX. Cette dernière compte bien envoyer les premiers humains vers Mars dès 2024.

À lire aussi :

La disparition de l'atmosphère de Mars expliquée

Mars, la planète qui a perdu son eau

Mars : d'autres indices d'un ancien océan
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.