Une préposée aidant une bénéficiaire dans un CHSLD. Photo : Radio-Canada

Élections au Québec : les aînés des CHSLD sont-ils les laissés pour compte du débat des chefs ?

Share

Les chefs des quatre principaux partis politiques en lice dans le cadre des élections provinciales ont débattu de grands enjeux de leurs programmes à Radio-Canada. À l’issue de ce débat, l’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) a estimé que toutes les formations politiques ont annoncé des mesures pour améliorer le réseau public des Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), tout en ne mentionnant pas l’apport du privé conventionné.

Source : AEPC

« Les formations politiques veulent-elles vraiment les meilleurs CHSLD pour nos aînés »?

L’AEPC en est à se poser cette question, à la suite du débat entre les chefs du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, de la Coalition avenir Québec, François Legault, du Parti québécois, Jean-François Lisée, et Manon Massé de Québec solidaire.

Selon L’AEPC, si les quatre chefs ont tous annoncé des mesures pour améliorer le réseau public des CHSLD, il est clair qu’aucun d’eux ne souhaite l’apport du privé conventionné pour y arriver.

Et pour quelle raison ? L’AEPC estime que ce serait par crainte que le privé « envahisse » le réseau de la santé.

Qualifiant les engagements annoncés par les chefs « d’engagements boiteux », pris au détriment des résidents de CHSLD qui sont censés être protégés, l’AEPC souligne l’apport du privé dans l’hébergement et les soins aux aînés.

Selon l’Association, les établissements privés conventionnés sont des « CHSLD à échelle humaine, qui offrent des milieux de vie de qualité supérieure et des milieux de travail stimulants, respectueux du personnel qui y œuvre ».

La pénurie de personnel influence la qualité des soins aux aînés. Photo : iStock

Pour la poursuite d’une saine symbiose entre le réseau de la santé et les établissements privés conventionnés

Le réseau des 57 CHSLD privés conventionnés du Québec héberge 7000 résidents. Il est géré par le privé depuis 60 ans, souligne l’AEPC. C’est un modèle qui compte davantage sur la souplesse d’une structure de gestion allégée. Cette structure permettrait, selon l’AEPC, d’offrir des soins de qualité dans des milieux de vie sécuritaires et adaptés avec l’aide d’un personnel formé et compétent, qui fait partie du réseau public et qui est encadré par un ensemble de règles déterminées par le ministère de la Santé et Services sociaux.

Une question essentielle est restée sans réponse pendant le débat, estime l’AEPC. C’est celle de savoir où trouver du personnel pour répondre aux besoins à la suite de l’augmentation du nombre de places en CHSLD voulue par chacune des formations politiques.

L’AEPC critique une proposition qui ne repose sur « aucun plan précis et concret, notamment en ce qui a trait à l’Attraction, à la formation et à la rétention de la main d’œuvre ».

Les établissements privés conventionnés ont un rôle important à jouer aux côtés du réseau de la santé. Un rôle qui a été mainte fois prouvé, affirme L’AEPC.

Par exemple, aujourd’hui, ils sont tout à fait aptes à relever le défi de réduire à zéro la liste d’attente de 2600 personnes pour une place en CHSLD, comme ils ont déjà eu à le faire efficacement dans les années 1980. Pour atteindre cet objectif, il y a un préalable : il faut qu’à l’issue des élections du 1er octobre, le nouveau gouvernement élu s’atèle à recruter et à former le personnel pour offrir des soins et des services de qualité.

Selon l’AEPC, aucune des formations politiques n’a jusqu’ici « prouvé que son but ultime était d’offrir des milieux de vie sécuritaires, professionnels et dynamiques à toutes les personnes vivant avec une grande perte d’autonomie ».

Au printemps 2018, dans un bulletin portant sur l’apport de l’entrepreneuriat pour héberger et soigner les aînés, l’Institut économique de Montréal a conclu que le gouvernement ne devrait pas hésiter à faire appel à notre dynamisme en ayant recours aux CHSLD privés conventionnés pour le développement futur du réseau public, car « Leur succès discret montre comment la logique entrepreneuriale peut procurer de meilleurs soins à un coût moindre pour l’État, tout en préservant leur accessibilité. » Voilà, tout est dit. a déclaré Annick Lavoie, directrice générale de l'Association des établissements privés conventionnés

À lire aussi :

Share
Catégories : Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*