Des villes intelligentes

Des villes intelligentes
Photo Credit: iStock

La ville en mode futée pour qui et pour quoi, la réponse à Thetford les 27 et 28 septembre

Share

Ville intelligente ville organique, c’est le thème d’un colloque provincial qui se tient les 27 et 28 septembre au Centre des congrès de Thetford Mines. C’est une initiative de la Corporation de développement communautaire (CDC) des Appalaches et de l’Association des amis de l’encyclopédie de l’Agora.

Les municipalités de plus en plus reconnues comme des gouvernements de proximité

Martin Cloutier, DG CDC des Appalaches. Crédit : CDC des Appalaches

Le but du colloque est d’avoir une réflexion très large sur la notion de ville intelligente, affirme Martin Cloutier, le directeur général de la corporation de développement communautaire (CDC) des Appalaches.

Dans un contexte où la notion de ville intelligente prend de plus en plus d’ampleur, il faut pouvoir pousser la réflexion plus loin, au-delà d’une ville qui serait futée, et évaluer les effets de toutes les technologies et de tous les outils de communication.

Peut-on les mettre au service de la santé, de l’organisation des milieux, de la résilience des communautés, de la solidarité entre les gens, de la gestion de l’environnement, etc. s’interroge M. Cloutier.

Écoutez
Marie-Julie Gagnon a eu un gros coup de cœur pour la ville de Saskatoon.

Des villes intelligentes sont des villes connectées en permanence. Photo : iSt

Citoyens, agents de développement et municipalités interpellés

Comment les citoyens peuvent-ils contribuer à la gestion de la ville intelligente à partir de chez eux ? Cette question se pose parce que des fois, ils estiment qu’ils sont éloignés des centres de décisions, alors que ces décisions les concernent directement. Avec la ville intelligente, ils font partie de la décision et contribuent directement à leurs prises.

Ce colloque est une occasion de réflexions sur le développement des villes et villages. Une réflexion sur un développement durable à l’heure des villes intelligentes, des villes où l’innovation technologique ouvre des perspectives nouvelles.

Les intervenants, une quinzaine en tout, dont Serges Bouchard, Jacques Dufresne, l’éditeur de l’encyclopédie l’Agora, entre autres, vont explorer les différentes facettes d’une ville appelée à devenir à la fois intelligente et organique.

Ce sera l’occasion pour les élus et gestionnaires municipaux de s’outiller pour mieux affronter les enjeux reliés au concept de ville intelligente. Selon les organisateurs, il s’agit d’une façon concrète d’aider les corporations municipales à soutenir les communautés pour qu’elles se renforcent et développent des milieux où il fait bon vivre, et vivre ensemble.

Devient-on plus intelligent parce qu’on est dans une ville plus branchée? La réponse du philosophe et initiateur du colloque, Jacques Dufresne
Jacques Dufresne part de sa compréhension de la ville intelligente, qui signifie ville branchée, et il se demande quelle pourrait être son incidence sur le citoyen. Il répond qu’il y a une confusion entre les moyens et les fins, mais que la ville intelligente demeure après tout une ville qui rend intelligent, à condition qu’on assigne des fins à son branchement.

Revenant sur la relation entre la ville intelligente et la ville organique, le philosophe souligne que la ville est un être vivant, un écosystème. Il rappelle qu’initialement, les villes ont poussé comme des plantes, et qu’elles ont été créées comme des nids par des oiseaux qui ne sont autres que des hommes. Les villes où ces derniers sont les plus heureux sont des villes organiques et sensuelles.

Jacques Dufresne, éditeur et initiateur du colloque. Crédit : CDC Appalaches

Une crainte cependant, en ajoutant les technologies dans les villes, il est fort possible que leur caractère artificiel soit renforcé. Ce qui fait en sorte qu’elles ressemblent plus à des machines au lieu d’être conviviales. Pourtant, ce qui permet aux gens d’être intelligents dans une ville intelligente c’est le caractère vivant de la ville qui parle au sens de l’homme et lui donne le goût d’y vivre.

Advenant une grande catastrophe, le premier recours des gens c’est la ville. C’est pour cette raison qu’elle doit devenir plus chaleureuse et plus concrète : « Vers le réel, par le virtuel », souligne Jacques Dufresne.

Écoutez

.

À lire aussi:

Share
Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*