Un des véhicules blindés Terradyne Gurkha fabriqués au Canada vendus en Arabie-Saoudite. Photo : Facebook/Terradyne Gurkha

Assassinat de Jamal Khashoggi : Ottawa révise les permis d’exportation d’armes vers l’Arabie saoudite

Share

À la suite des multiples pressions sur le gouvernement à propos de sa stratégie commerciale avec l’Arabie saoudite, après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé une révision des permis d’exportation d’armes vers ce pays.

Une révision qui touche tous les types d’armes

Le gouvernement Trudeau semble faire bouger les lignes en ce qui a trait à sa stratégie commerciale avec l’Arabie saoudite.

Plusieurs fois interpellé sur la nécessité d’annuler le contrat de livraison de blindés canadiens, signé sous la précédente administration conservatrice en 2014, le gouvernement libéral a pris une tout autre mesure, soit celle de réviser les permis d’exportation d’armes vers le royaume, considéré comme l’un des pays les plus répressifs du monde.

L’image de ce pays a été davantage ternie ces derniers jours, à la suite de la divulgation, par le gouvernement turc, de preuves concrètes mettant en cause l’Arabie saoudite dans ce qu’il a qualifié de « meurtre crapuleux » et « savamment planifié » du chroniqueur dissident Jamal Khashoggi.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement canadien procède à la révision des permis d’exportation d’armes vers l’Arabie saoudite.

Déjà l’année dernière, alors que le régime saoudien était soupçonné d’avoir utilisé des véhicules blindés livrés par le Canada contre sa propre population, le fédéral avait résolu d’interrompre momentanément ses activités commerciales avec Riyad dans le domaine de l’armement. Une interruption de courte durée, étant donné que dès la fin de l’année, les ponts avaient été rétablis avec le régime saoudien.

Cette reprise avait été vivement critiquée au pays, tout comme les journalistes s’étaient demandé à quoi cela servirait de suspendre momentanément les échanges pour les reprendre aussitôt, étant donné que le régime n’est pas le plus grand défenseur des droits de l’homme et de la démocratie.

En réponse, le premier ministre Justin Trudeau a soutenu que cette stratégie constitue « un levier pour avoir plus de réponses de l’Arabie saoudite ».

Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics

Le contrat d’exportation avec l’Arabie saoudite comprend des véhicules d’assaut, des véhicules antichars et des véhicules de soutien de tir direct. Photo : Radio-Canada/Un véhicule blindé léger canadien, construit par General Dynamics

Pas question d’annuler le contrat de 15 milliards de dollars

Le premier ministre n’a pas précisé le calendrier de suspension du commerce d’armes avec l’Arabie saoudite.

Il a cependant mentionné l’importance de maintenir la livraison des blindés d’un montant de 15 milliards de dollars.

« Ça pourrait nous coûter des milliards de dollars si on annulait ce contrat, mais je ne peux pas vous donner plus d’informations en raison des clauses de confidentialité », a conclu le premier ministre.

Le contrat de blindés en chiffres:

15 milliards de dollars canadiens : valeur du contrat de 2014 pour la vente de blindés à l’Arabie saoudite,

3000 : emplois qui dépendent de ce contrat dans la région de London,

2900 : nombre de permis d’exportation octroyés pour la vente de véhicules blindés légers et d’équipement associé à l’Arabie saoudite depuis 1993

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*