Le cheval est mort alors qu'il tirait une calèche dans le Vieux-Montréal. Photo : Radio-Canada/Mathieu Daniel Wagner

L’agonie d’un cheval de calèches ramène l’attention sur l’utilisation des animaux au nom du tourisme à Montréal

Share

On croyait le débat régler, pour ne pas dire mort et enterré. Le printemps dernier, la mairesse Valérie Plante avait tranché en faveur des citoyens qui s’alarmaient chaque fois qu’un cheval de calèches se faisait blesser ou étaient victimes de la chaleur.

(Chris Romanyk/Facebook)

Elle mettait un trait sur cette pratique touristique plus que centenaire, et ce à partir du 31 décembre 2019. Pour justifier cette décision, la Ville a invoqué des lacunes qui touchent le bien-être des chevaux.

Si la mort d’un cheval du nom de Zeus dimanche après-midi, dans le Vieux-Montréal, alors qu’il tirait une calèche, conforte la mairesse dans sa décision d’interdire ce mode de transport, la scène de ce cheval à l’agonie, retransmise dans tout le pays, revient pourtant interpeller des citoyens qui souhaiteraient que l’interdiction se fasse plus rapidement.

La scène s’est produite devant des touristes qui visitaient une galerie d’art. On ignore pour l’instant la cause de la mort du cheval. Il tirait une calèche à bord de laquelle se trouvaient des clients lorsqu’il s’est mis à tousser et s’est effondré au sol. Il aurait semblé éprouver des problèmes respiratoires.

Christ Romanyk, qui habite dans la rue Saint-Jean, où Zeus est venu mourir, a raconté la scène à CBC News. « Même de notre appartement, vous pouviez entendre le cheval pleurer. C’était déchirant. Il hurlait de douleur. C’est vraiment difficile à décrire. C’était vraiment un son bouleversant », a-t-il dit. Il a fallu environ deux heures pour que le cheval meure, selon lui.

Mise en garde : le contenu de cette vidéo pourrait être difficile à regarder

Urgence d’agir ou précipitation à agir?

Luc Desparois, qui dirige une entreprise de calèche qui s’appelle Lucky Luc, dit qu’il pense que la mairesse Valérie Plante ne sait pas de quoi elle parle quand il s’agit de calèche. Photo : CBC

Cet incident est le dernier exemple dramatique de la raison pour laquelle les défenseurs des droits des animaux affirment que les calèches, bien que populaires auprès des touristes, doivent être retirées des rues de Montréal coûte que coûte.

Selon le propriétaire du cheval, Luc Desparois, le cheval d’attelage appartenant à son écurie Lucky Luc était pourtant bien soigné et apte au travail. L’animal était certes malade la semaine dernière, mais semblait aller mieux. Il affirme qu’il n’y a aucune preuve que l’industrie est trop dure pour les chevaux et qu’il n’est pas rare qu’un animal tombe raide mort

« Ils n’ont aucune preuve vétérinaire, aucune preuve logique nulle part, qui confirme qu’il est trop difficile pour un cheval de tirer une calèche », a déclaré M. Desparois, qui a 25 ans d’expérience dans l’industrie.

Entre-temps, la mairesse de Montréal se dit plus déterminée que jamais à interdire cette industrie d’ici 2020. « Ça me confirme la nécessité de mettre fin à l’industrie de la calèche », a-t-elle dit. Mais elle ne croit pas cependant possible d’accélérer le calendrier du retrait des calèches des rues, notamment pour des raisons juridiques.

Est-il possible cependant que les propriétaires de calèches de Montréal soient eux-mêmes injustement traités dans toute cette affaire par la classe politique et les citoyens qui s’alarment? Écoutez pour le savoir…

Luc Desparois est caléchier depuis plus de 30 ans et trouve les arguments de la Ville « un petit peu exagérés ». Photo : Facebook

Le point de vue de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux

Depuis l’année dernière, les calèches doivent rester à l’arrêt dès que la température atteint les 28 degrés, au lieu des 30 comme c’était le cas avant. En 2020, ces calèches tirées par des chevaux seront complètement interdites dans les rues de Montréal. Photo : Radio-Canada/Romain Schué

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) est impatiente de voir le règlement de Montréal qui interdira l’utilisation des voitures hippomobiles dans la ville entrer en vigueur le 31 décembre 2019.

« La SPCA a toujours été très préoccupée par la façon dont les chevaux attelés sont traités à Montréal. »

Deux enquêteurs de la SPCA sont arrivés sur les lieux dimanche en moins d’une demi-heure, mais le cheval était déjà mort.

Comme la SPCA n’a pas le pouvoir d’appliquer la législation provinciale sur le bien-être animal aux chevaux, les responsables ont immédiatement communiqué avec le ministère de l’Agriculture du Québec (MAPAQ), qui s’est chargé du dossier.

On attend maintenant les résultats d’une autopsie.

Montréal prête à accueillir des calèches électriques?
– Cette calèche se promène déjà dans les rues de Rome, en Italie.
– La Ville de Montréal se dit « absolument ouverte » à autoriser prochainement la présence de calèches électriques dans son centre-ville. Celles-ci pourraient remplacer les calèches actuelles.
– « Je ne pense pas qu’il y ait de problèmes [pour des calèches électriques] », assurait récemment le conseiller Craig Sauvé, responsable du dossier animalier au sein du comité exécutif, au cours d’une entrevue accordée à Radio-Canada.

Une calèche électrique Photo : Jacques Prud’homme

RCI avec La Presse canadienne, les informations de Isaac Olson de CBC News et la contribution de Caroline Lacroix, Louis Gagné, Romain Schué, Mathieu Daniel Wagner et d’Annie Desrochers de Radio-Canada

En complément

« L’industrie de la calèche n’a plus sa place à Montréal » – Valérie Plante – Radio-Canada 

Montréal interdira les calèches et resserrera les règles pour les chiens – Radio-Canada 

‘It was gut wrenching,’ says man who watched calèche horse die in Old Montreal – CBC News 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Économie, International, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*