Photo: Radio-Canada

Le gouvernement canadien serait maintenant prêt à ordonner le retour au travail à Postes Canada

Share

Alors que les 50 000 employés syndiqués de Postes Canada procèdent à des grèves tournantes depuis maintenant un mois et que le courrier non livré s’entasse dans plus de 500 camions, la ministre responsable affirme que la décision d’adopter une loi spéciale pour forcer un retour au travail ne serait pas prise « à la légère ».

Patricia Hajdu – Photo : THE CANADIAN PRESS/Adrian Wyld

Patricia Hajdu, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, affirme que le gouvernement fédéral déposera une loi de retour au travail si une entente n’est pas conclue dans les prochains jours. Entre-temps, la ministre dit miser sur la nomination d’un second médiateur spécial pour résoudre le conflit.

« Depuis près d’un an, nous appuyons et encourageons les deux parties à parvenir à un accord négocié, peut-on lire dans sa déclaration. Nous avons fourni des conciliateurs, nommé des médiateurs et offert l’arbitrage volontaire. Malgré tout cela, les progrès ont été limités et nous avons épuisé toutes nos options. »

Incapable de s’entendre avec leur employeur sur un nouveau contrat de travail après 11 mois de négociation, le syndicat a refusé lundi une offre de la direction qui s’engageait à ne pas décréter de lock-out et à verser une compensation monétaire aux syndiqués s’ils suspendaient les grèves tournantes jusqu’au 31 janvier prochain.

Le saviez-vous?
Postes Canada avisait, la semaine dernière, les services postaux étrangers de cesser d’envoyer des colis au Canada.

Les libéraux de Justin Trudeau multiplient les avertissements depuis 48 heures

Le premier ministre Justin Trudeau en mêlée de presse Photo : Radio-Canada

Devant des journalistes à Ottawa, le premier ministre Trudeau a laissé entendre que « toutes les options sont sur la table » pour sortir de l’impasse. « Bien sûr, je suis très préoccupé par le fait que Noël approche. Des jours d’achats importants s’en viennent, et nous devons trouver une solution à cela », a-t-il ajouté.

La veille, la ministre Hajdu avait ouvert la porte à la possibilité que le gouvernement intervienne. « Nous avons encouragé [les deux parties] à travailler ensemble, nous avons nommé des médiateurs spéciaux. Ils ne sont pas ouverts à l’arbitrage volontaire, alors nous sommes en train d’examiner la situation et nous aurons d’autres choses à dire dans les jours à venir », a-t-elle mentionné.

Une telle démarche ne serait pas sans précédent. En 2011, le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait déposé une loi de retour au travail lorsque Postes Canada a mis ses employés en lock-out.

Pressions des entreprises et des commerçants

Plus tôt mardi, un groupe représentant les petites et moyennes entreprises canadiennes a demandé au gouvernement fédéral d’adopter une loi de retour au travail, car les deux tiers de leurs membres sont touchés par le conflit.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante compte 110 000 membres. Elle dit qu’en moyenne chacun a été touché à hauteur de 3000 $ par les perturbations dans la livraison du courrier et des colis.

Postes Canada affirme maintenant qu’il est trop tard pour remettre les livraisons sur les rails afin de couvrir à temps la période des Fêtes.

C’est une bien mauvaise nouvelle pour les petites entreprises qui comptent sur le service postal pour livrer leurs produits aux clients.

LISEZ LA SUITE... Grève à Postes Canada : Noël pris en otage ou loi spéciale de retour au travail?

Pendant encore combien de temps le syndicat des postiers pourra-t-il compter sur la sympathie des consommateurs canadiens?
Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

RCI avec CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Comme une lettre à la poste, 50 000 postiers de Postes Canada votent pour la grève – RCI 

Les syndiqués de Postes Canada proposent une contre-offre – Radio-Canada 

Postes Canada : des retards majeurs à prévoir dans la livraison de colis – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*