Le Canada manque d'avions de chasse et de pilotes, constatait, le mois dernier, le vérificateur général du pays. Photo: ICI.Radio-Canada.ca

Le défi de rapiécer nos vieux CF-18 jusqu’en 2028 coûtera 3 milliards et probablement beaucoup plus

Share

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau prévoit investir 3 milliards au cours de la prochaine décennie pour maintenir en service ses avions de chasse CF-18 jusqu’à l’achat de nouveaux chasseurs. La facture ne tient pas compte cependant de la mise à niveau des systèmes électroniques de ces avions qui n’ont pas été modernisés depuis 2008.

Nos CF-18 auront 50 ans en 2032, l’année où le gouvernement prévoit les retirer. Leur technologie de combat accusera alors un retard de 15 ans si elle n’est pas modernisée.

Croyant qu’elle allait pouvoir les remplacer en 2020, la Défense nationale canadienne n’a pas préparé de plan pour mettre à jour leur capacité de combat.

Le vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, a critiqué le gouvernement libéral, le mois dernier, en soulignant que les montants prévus pour le maintien opérationnel de la flotte ne comprenaient en fait aucune mise à niveau réelle des systèmes de combat des avions, qui n’ont pas été revus depuis 2008.

Le vérificateur général Michael Ferguson Photo : LA PRESSE CANADIENNE/Adrian Wyld

Des avions capables de voler, mais pourront-ils réellement nous défendre?

Des représentants de la Défense ont affirmé à un comité de la Chambre des communes, lundi après-midi, qu’ils s’attendaient à avoir une idée d’ici le mois de mai du type de mises à niveau nécessaires. Des améliorations qui, selon des analystes, coûteront des centaines de millions, voire des milliards de dollars.

Selon les données de la défense nationale du printemps dernier, 22 % des postes de techniciens dans les escadrons de CF-18 à Bagotville au Québec et à Cold Lake en Alberta étaient vacants ou occupés par des techniciens peu qualifiés.

Un autre défi qui attend l’armée canadienne sera de trouver une façon de remédier à la pénurie de techniciens expérimentés pour réparer et entretenir les vieux avions. Elle cherche à sous-traiter certaines tâches de maintenance des avions de combat vieillissants CF-18.

Des responsables de la Défense estiment qu’ils sauront le printemps prochain quels capteurs, armes et autres mises à niveau seront nécessaires pour que les avions de combat CF-18 vieillissants du pays puissent encore effectuer des missions de combat jusqu’à leur remplacement.

De moins en moins d’avions et de plus en plus d’argent

Pas moins de 19 chasseurs F-18 se sont écrasés depuis l’acquisition de cette flotte de 138 appareils par l’Aviation royale canadienne au tout début des années 1980 au prix de 5 milliards de dollars. Dix pilotes ont perdu la vie dans ces écrasements.

Seuls 76 des 138 CF-18 achetés dans les années 80 sont toujours en service. Craignant de ne plus être en mesure de maintenir le nombre de chasseurs qui doivent être prêts à décoller en tout temps comme l’exige son alliance militaire avec les États-Unis au sein du NORAD, le Canada a décidé l’an dernier d’acheter 18 avions de chasse usagés CF-18 de l’aviation militaire australienne.

En septembre, les États-Unis ont finalement donné le feu vert à l’achat par le Canada des CF-18 australiens usagés. L’approbation des Américains était nécessaire parce que ces avions ont été construits aux États-Unis avec la technologie américaine. Si toutes les négociations et approbations se déroulent comme prévu, les avions commenceraient à arriver au Canada en 2019.

Découvrez combien cette mise à niveau de 76 CF-18 canadiens et 18 autres CF-18 australiens pourrait finir par coûter…

Un CF-18 à l'aéroport de Sept-Îles. Photo : Radio-Canada/Daniel Fontaine

De nouveaux avions attendus depuis près de 10 ans d’ici 7 ans et plus

Les CF-18 mis en service dans les années 1980 devaient être retirés d’ici 2020, mais leur remplacement s’est transformé en une longue saga.

Il y a six ans, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a abandonné dans la controverse son projet d’acheter des avions de chasse américains F-35 sans appel d’offres pour remplacer cette flotte vieillissante.

Le gouvernement Trudeau, qui avait par la suite décidé d’acheter 18 avions Super Hornet à Boeing également sans appel d’offres, a annulé cet achat en 2017 dans la foulée du conflit commercial entre Boeing et Bombardier.

Il a donc fini par se tourner vers l’Australie pour acheter des avions de chasse provisoires et a lancé un appel d’offres pour acheter 88 avions de chasse permanents.

On s’attend maintenant à ce qu’il faille de cinq à sept ans pour réunir un nombre suffisant de pilotes et de techniciens à temps pour commencer à faire la transition des CF-18 vers de nouveaux avions ultramodernes.

La livraison du premier avion est prévue en 2025, et celle du dernier en 2031.

LISEZ LA SUITE : La décision retardée sur le remplacement de nos CF-18 se prolongeait déjà en... 2014!

Un CF-18 (archives) Crédit photo : PC / Presse canadienne

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel C. Auger et de Gilles Munger de Radio-Canada

En complément

De cinq à sept ans pour avoir un nombre suffisant de pilotes pour la transition des CF-18 – Radio-Canada 

Le vérificateur général dit que le Canada ne répond pas aux besoins du NORAD et de l’OTAN – Radio-Canada 

Chasseurs furtifs : Ottawa verse encore 30 millions de dollars pour demeurer dans le coup – Radio-Canada 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Le défi de rapiécer nos vieux CF-18 jusqu’en 2028 coûtera 3 milliards et probablement beaucoup plus»
  1. Avatar lucien ORBAN dit :

    Vous devriez acheter français, la Rafale est extraordinaire.