Des policiers du SPVM parlent à des jeunes.

Des policiers du SPVM parlent à des jeunes.
Photo Credit: Radio-Canada

Lutte contre le profilage racial : le Service de police de la Ville de Montréal devrait revoir son Plan stratégique

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a récemment publié son plan stratégique en ce qui a trait à la lutte contre le profilage racial et social. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) estime que le document est truffé de lacunes et recommande qu’il soit bonifié suivant des recommandations formulées depuis 2011.

RCI avec le CDPDJ et Radio-Canada

Le profilage racial : un mal persistant qu’il convient de bien cerner pour mieux organiser la stratégie de combat

Le plan du SPVM survient dans un contexte de plus en plus marqué par des plaintes, de la communauté noire notamment, dont les membres se plaignent d’arrestations injustifiées et d’accusations non fondées.

En face d’actes souvent qualifiés d’illégaux, un collectif de plus de 500 membres, appartenant à la Ligue des Noirs, a récemment déposé une action collective dans laquelle il réclame jusqu’à 4 millions de dollars au SPVM en guise de dédommagement aux personnes victimes de profilage racial.

À la suite de cette action collective intentée le 11 décembre, le SPVM a déposé, l’après-midi même, son plan stratégique 2018-2021.

Il faut préciser que ce plan est en préparation depuis l’année dernière, pendant laquelle des consultations publiques se sont tenues à l’initiative de la Commission de la sécurité publique sur les moyens d’enrayer ce phénomène

Ce plan s’articule autour de quatre axes :

  • actualiser les connaissances et les compétences des policiers,
  • assurer l’inclusion et l’égalité de traitement,
  • aviver la confiance et le respect de la population,
  • assurer la transparence des actions.

Simonetta Barth, chef de cabinet du directeur du SPVM.

Simonetta Barth, chef de cabinet du directeur du SPVM Photo : Radio-Canada

Il prévoit une étape de collecte de données sur le profilage et une autre d’analyse de ces données par des chercheurs indépendants. Ces derniers auront surtout à se prononcer sur les interventions policières et leur rapport sera publié.

« Ce plan est d’abord et avant tout conçu pour nous assurer que la prestation de service de notre personnel est exempte de profilage racial et social. Du même coup, ce plan vise à soutenir les gestionnaires qui sont face à des comportements douteux ou inacceptables de la part de certains policiers. D’où le nom du plan stratégique Écouter, comprendre, agir », a déclaré Simonetta Barth, chef de cabinet du directeur du SPVM.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse sur sa faim

Le président par intérim de la CDPDJ, Philippe-André Tessier. Crédit : CDPDJ

Ayant pris connaissance du plan du SPVM, la CDPDJ, par la voix de son président par intérim Philippe-André Tessier, appelle à combler plusieurs manquements qui risqueront de compromettre son efficacité.

« Il est urgent pour le SPVM de se doter d’indicateurs et de méthodes de collecte, d’analyse et de publication de données fiables, et respectant les droits, afin de documenter la situation. Il y a déjà sept ans que nous avons fait une recommandation en ce sens après une vaste consultation sur le profilage racial. Combien de personnes devront encore vivre avec les répercussions du profilage racial et social avant que le SPVM pose des actions concrètes pour enrayer ce type de discrimination? Plusieurs services de police au Canada et ailleurs dans le monde le font et cette pratique permet de mieux cerner et comprendre l’ampleur du phénomène, » a affirmé Philippe-André Tessier.

Écoutez

D’un autre côté, M. Tessier suggère que le plan mentionne clairement le caractère systémique et intersectionnel du profilage racial et social. C’est essentiel, selon la CDPDJ, pour mieux comprendre le phénomène du profilage racial, mieux le documenter et le combattre.

« On attire l’attention sur le fait que souvent, ce sont par exemple les femmes noires qui vont être victimes. Il y aura donc deux motifs de discrimination qui vont être en cause : soit le sexe et l’origine ethnique nationale, soit la race […] C’est le caractère intersectionnel du phénomène. Le caractère systémique c’est que ce n’est pas quelque chose qui découle d’actes nécessairement individuels. Ce sont des biais souvent inconscients de la part d’organisations comme des services de police. Ça peut aussi être des agences de sécurité, des chaines de magasins. On va vraiment venir jouer sur les biais conscients ici », précise M. Tessier

Il est tout aussi important pour le SPVM de publier non seulement les rapports d’analyses des experts, mais aussi l’ensemble des données qui seront collectées au sujet du profilage racial. C’est ce qui permettra une plus grande transparence en ce qui a trait aux démarches policières et des avis contradictoires d’autres analystes et chercheurs issus de divers horizons.

La Commission rappelle que le Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale a recommandé en 2017 à l’État canadien de rendre obligatoires le recueil et l’analyse de ces données et de faire rapport publiquement à ce sujet à intervalles réguliers. De plus, en matière de profilage social, les travaux de la Commission illustrent l’importance de se doter d’indicateurs et de méthodes systématisées de collecte de données permettant de cerner l’ampleur, l’évolution dans le temps et les sources de la judiciarisation de personnes itinérantes à Montréal.

À lire aussi :

Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*