L'ancienne première ministre du Canada, Kim Campbell. (Jonathan Hayward/Canadian Press)

L’ex-première ministre Kim Campbell insulte Trump dans un Tweet

Share

L’ancienne première ministre progressiste-conservatrice, Kim Campbell, a fait sensation sur Twitter, ce week-end, en faisant échos aux propos blasphématoires, quelques jours plus tôt, d’une nouvelle élue démocrate américaine à l’endroit de Donald Trump.

Réagissant à un tweet du dirigeant américain sur son projet de séparer les États-Unis et le Mexique par un mur, projet qui paralyse une partie du gouvernement américain en ce moment, Kim Campbell, qui était en poste de juin à octobre 1993, a tweeté samedi que Trump « EST vraiment une mère de… »!

Kim Campbell, la première femme à occuper le poste de premier ministre du Canada, a expédié son message peu avant 10 h samedi.

L’ancienne première ministre canadienne, qui a depuis supprimé ce tweet après qu’il eut été partagé plus de 2000 fois, reprenait donc le langage cru utilisé par Rashida Tlaib, représentante du Michigan au Congrès, lors d’un événement jeudi dernier, alors qu’elle prédisait que la nouvelle Chambre des représentants allait destituer Donald Trump.

Aide-mémoire...
Les commentaires de Rashida Tlaib illustrent la pensée d’un groupe de démocrates qui croient que la Chambre devrait prendre des mesures immédiates pour destituer le président.
La majorité des démocrates, y compris la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, conviennent qu’ils devraient attendre les résultats de l’enquête de Robert Mueller.
Nancy Pelosi a dit qu’elle n’aimait pas les mots utilisés par Rashida Tlaib et qu’elles ne les utiliseraient pas elle-même, mais qu’elle ne censurerait pas ses collègues.
Trump a qualifié le langage de Tlaib de scandaleux et d’irrespectueux.

Rashida Tlaib Photo Getty

Un flot de réactions

Après avoir suscité de nombreuses réactions – un mélange de colère et d’appuis – Kim Campbell a expliqué sur Twitter : « Si vous ne comprenez pas la référence au commentaire de la députée Taib – je ne peux pas vous aider », ajoutant que ses opinions sont beaucoup plus dures que celles de l’ancien président mexicain Vicente Fox Quesada.

«Je suis MAGA comparée à mon ami », a-t-elle dit, faisant référence à l’acronyme du slogan de Trump, Make America Great Again.

Depuis qu’elle a quitté la politique, Kim Campbell a siégé à de nombreux conseils et comités. En 2016, le premier ministre Justin Trudeau l’a nommée présidente du comité consultatif indépendant chargé de dresser une liste restreinte de candidats à la Cour suprême.

Elle est la présidente du Council of Women World Leaders et la secrétaire générale du Club de Madrid, un organisme indépendant d’anciens chefs d’État et de gouvernement qui promeut la démocratie dans le monde.


Kim Campbell le soir de son élection comme chef du Parti progressiste-conservateur et, de facto, première ministre du Canada il y a 26 ans. Photo : PC/Phil Snel

RCI avec CBC News, Wikipédia et la contribution de Radio-Canada

En complément

Kim Campbell, la première femme première ministre du Canada – Radio-Canada 

Kim Campbell : éphémère première ministre du Canada – Radio-Canada 

Former prime minister Kim Campbell cusses out Trump in tweet – CBC 

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*