La CSN souhaite une augmentation plus substantielle du salaire minimum pour permettre aux travailleurs de la province de sortir de la précarité. Crédit: Istock.

Hausse du salaire minimum de 0,50 $/h au Québec : « décevant, loin de sortir les employés de la pauvreté » – CSN

Share

Le rythme de progression du salaire minimum dans la province n’est pas de nature à favoriser les conditions d’une vie décente pour les travailleurs, déplore le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Jacques Létourneau a fait part de sa déception à la suite de l’annonce du gouvernement caquiste d’augmenter le salaire minimum de 0,50 $ de l’heure.

Près d’un demi-million de travailleurs toujours en bas de l’échelle

Jacques Létourneau applaudit la volonté affichée du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) de promouvoir l’émergence de bons emplois avec de bons salaires à plus de 30 $ de l’heure.

Si cette volonté est louable, observe le président de la CSN, elle ne devrait pas faire perdre de vue le fait que 800 000 personnes sont toujours rémunérées au salaire minimum et ont de la difficulté à joindre les deux bouts.

Gros plan de Jacques Létourneau, devant un microphone.

Jacques Létourneau, président de la CSN Photo : Radio-Canada / Stéphanie Dufresne

« C’est bien louable de souhaiter des emplois à 30 $, 40 $ l’heure, encore faut-il permettre aux gens de gagner décemment leur vie. De plus, une plus forte hausse du salaire minimum stimulerait la consommation, l’économie et l’état de nos finances publiques. Le premier ministre devrait écouter les faits plutôt que les scénarios apocalyptiques des employeurs qui ne visent qu’à accroître leurs marges de profit », a affirmé M. Létourneau.

C’est pourquoi il serait important de commencer par donner à ces travailleurs les moyens qui leur permettront d’améliorer leur situation, de sortir de la pauvreté et de vivre dans des conditions moins précaires.

Écoutez

Une tirelire et de l'argent.

À 12,50 $ de l’heure, le salaire minimum au Québec sera, au 1er mai, le troisième en importance parmi les provinces canadiennes, mais la CSN pense que le gouvernement devrait aller plus loin. Photo : Radio-Canada

 Inciter les entreprises à rehausser le salaire à 15 $ de l’heure

Bon nombre d’entre elles sont en mesure de payer ce salaire à leurs employés, malgré la réticence des associations patronales, relève Jacques Létourneau.

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) s’inquiète du sort des entreprises ayant de très faibles marges de profit qui auront plus de difficulté à absorber cette hausse du salaire minimum. Il s’agit d’une majoration supérieure à l’inflation, à la hausse du coût de la vie et aux hausses de salaire générales prévues de 2,6 % pour 2019.

« Afin de réduire le plus possible la hausse du salaire minimum, les organisations patronales crient au loup depuis des années, indique le président de la CSN. On cite à tort et à travers l’exemple de l’Ontario, alors que les données factuelles nous démontrent que la hausse du salaire minimum chez notre voisin a eu de nombreux impacts positifs. On constate une hausse de la rémunération moyenne et du nombre d’heures travaillées, notamment chez les jeunes, alors qu’aucune baisse de la fréquentation scolaire ne s’est produite. »

La CSN est engagée dans la campagne 5-10-15 pour un salaire minimum à 15 $/h, menée avec ses partenaires du Front de défense des non-syndiquéEs, du Collectif pour un Québec sans pauvreté, de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) et du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Dans un contexte de pénurie de la main-d’œuvre, une augmentation plus substantielle du salaire minimum a toute sa place, étant donné qu’elle permettrait d’assurer la pérennité de la main d’œuvre, soutient M. Létourneau.

  • Plus de 110 000 postes vacants au deuxième trimestre de 2018, dont près du tiers sont dans les secteurs du commerce, de l’hébergement et de la restauration.
  • Près de 90 % des emplois au salaire minimum sont dans le secteur des services.

Par ailleurs, c’est toute l’économie nationale qui en sortirait gagnante, d’autant plus que lorsque les personnes sont bien rémunérées, elles réinjectent beaucoup d’argent dans l’économie, en achetant et en consommant plus.

Pour les entreprises qui ne seraient véritablement pas capables de supporter le salaire minimum à 15 $, la CSN propose à l’État d’instaurer des incitatifs fiscaux et autres crédits d’impôt.

En fin de compte, le gouvernement gagnerait à rehausser de façon plus importante le salaire minimum afin que les travailleurs immigrants, qui espèrent une meilleure vie, ne se sentent pas simplement exploités par les entreprises.

Source : CSN, Collectif pour un Québec sans pauvreté et Radio-Canada

En complément:

Le salaire minimum passera à 12,50 $ le 1er mai prochain au Québec

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*