Les poumons d'une personne atteinte de tuberculose. Photo : getty images/istockphoto / stockdevil

Tuberculose : des excuses officielles pour les mauvais traitements infligés aux Inuits

Share

En pleine tempête politique dans l’affaire SNC-Lavalin, le premier ministre Justin Trudeau bravera le temps arctique pour se rendre cette semaine, à Iqaluit, dans le Grand Nord canadien.

Il y présentera des excuses au nom du gouvernement canadien pour les mauvais traitements infligés aux Inuits pendant les épidémies de tuberculose au milieu du 20e siècle.

En plus de ces excuses, le gouvernement fédéral envisage de permettre à des familles inuites d’accéder à une base de données qui contient des informations sur les 9000 Inuits décédés lors d’éclosions de la tuberculose entre les années 1940 et 1960.

L’objectif est d’aider les Inuits à retrouver les lieux de sépulture des membres de leur famille qui ont été transportés au sud du Canada, à des centaines de kilomètres de leurs villages arctiques, pour y être soignés contre la tuberculose. Les corps d’une forte proportion d’entre eux n’ont jamais été rendus à leurs familles.

« Nous savons que nous ne pourrons pas trouver tout le monde », a affirmé une source au fait de l’annonce devant être effectuée cette semaine et s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. Selon cette source, des documents de la base de données pourraient conduire les personnes concernées à une impasse, « mais certains pourraient conduire à de véritables tombes ».

LISEZ AUSSI : Ottawa fera la lumière sur le lieu où reposent des milliers d’Inuits morts de tuberculose

Un enfant inuit ayant des symptômes de tuberculose en janvier 1946. Le surpeuplement dans les habitations et la malnutrition augmentaient les risques de contracter cette maladie. Photo : Bibliothèque nationale

Des excuses, mais aussi des explications?

En 2017, Stephen Lewis, alors codirecteur d’AIDS-Free World et ancien envoyé spécial des Nations unies pour le VIH/sida, estimait que le gouvernement canadien devait au minimum aux Inuits une explication sur ce qui s’est produit lorsque leurs proches ont été éloignés de leur domicile pour soigner une tuberculose dans les années 1950 et 1960.

L’Association canadienne de santé publique a estimé qu’environ le tiers de la population inuite du Canada a été infecté au cours des éclosions.
PHOTO FRANK TESTER, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Des sociologues indiquent que l’un des facteurs qui rendent encore aujourd’hui le combat de la tuberculose dans les communautés du nord si difficile à réaliser est le souvenir de la façon dont les Inuits ont été traités dans le passé.

Des documents du gouvernement canadien indiquent que de 1953 à 1961, un total de 5240 Inuits ont été déplacés vers le sud. La population de l’Arctique de l’Est, à l’époque, était d’environ 11 500 habitants.

Plusieurs Inuits ont perdu leur langue et leur culture après des années passées loin de chez eux. Un grand nombre d’entre eux ne sont jamais retournés dans leur village ou ont perdu contact avec leur famille, une blessure psychologique qui continue de hanter les communautés.

La tuberculose, une maladie du passé encore bien présente chez les Inuits

Quelques heures avant la mort, de Ileen Kooneeliusie, une jeune Inuit de 15 ans atteinte de la tuberculose en 2017. Photo : Fournie par Geela Kooneeliusie et Matthew Kilabuk

Le combat contre la tuberculose doit être plus tenace que la maladie

Le budget fédéral 2018 prévoyait 27,5 millions sur 5 ans pour améliorer la prévention, le dépistage, le diagnostic et le traitement de la tuberculose au pays des Inuits.

En 2016, le taux déclaré de tuberculose active chez les Inuits vivant dans l’Inuit Nunangat était plus de 300 fois supérieur au taux déclaré de tuberculose active chez les non-Autochtones nés au Canada.

Dans un triste palmarès de statistiques colligées en 2015 par la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, cette région arrivait en fait en 9e place des endroits dans le monde les plus touchés par l’infection bactérienne ravageuse. Juste après le Bangladesh et les Philippines.

L’incidence de la tuberculose active au Nunavut demeure aujourd’hui la même qu’en Somalie, soit 261 cas pour 100 000 habitants, alors que dans le reste du Canada, elle est de seulement 0,6 cas pour 100 000 habitants, souligne dans une lettre ouverte (Nouvelle fenêtre) la Dre Sarah Giles, qui pratique dans les Territoires du Nord-Ouest.

DÉCOUVREZ : Le nouvel objectif de santé publique canadien : éliminer la tuberculose chez les Inuits d’ici 2030

En 2016, on dénombrait environ 65 000 Inuits au Canada. Près des trois quarts (72,8 %) vivent dans quatre régions, collectivement appelées l’Inuit Nunangat. Photo Credit: GABRIEL BOUYS/Getty Images

RCI avec La Presse canadienne et CBC News et la contribution de Bernard Barbeau, Frédéric Arnould, Émilie Dubreuil, Isabelle Craig et Isabelle Fleury de Radio-Canada

En complément

Appel à l’aide d’une Inuite pour combattre la tuberculose au Nunavut – Radio-Canada 

La mort d’une jeune Inuite atteinte de tuberculose soulève des questions – Radio-Canada

Qui souffre encore de tuberculose au Canada? La réponse en carte – Radio-Canada 

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*