Graeme et Simon lors de la naissance de leurs jumeaux à Hamilton, en Ontario, le 25 juin 2017. (Soumis par Simon Berney-Edwards)

Aidé par une mère porteuse canadienne, ce couple gai anglais célèbre la naissance de jumeaux

Share

Avec ses deux enfants de moins de 2 ans, la famille Berney-Edwards, dans le sud-est de l’Angleterre, est l’image de la réussite d’un couple de gais qui pensaient ne jamais avoir d’enfant et qui, grâce à une mère porteuse canadienne, ont réussi l’exploit de devenir pères de jumeaux.

Ils se sont d’abord tournés vers une clinique de Las Vegas où est pratiquée la fécondation in vitro. C’est là qu’ils ont appris qu’ils pouvaient avoir des jumeaux et être pères biologiques d’un enfant en fécondant un ovule avec le sperme de Simon et un autre ovule avec la semence de Graeme, puis en implantant les embryons ainsi produits dans une seule et même mère porteuse.

Ils ont fini par recourir à une mère porteuse canadienne, en partie parce que les lois de notre pays sur la maternité de substitution sont plus progressistes que celles qui sont en vigueur au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Alexandra et Calder, maintenant âgés de 21 mois, sont nés à quelques minutes d’intervalle. Ils ont donc la même mère biologique, mais des pères différents.

Graeme et Simon Berney-Edwards ont eu le plaisir d’accueillir leurs jumeaux à Hamilton le 25 juin 2017. (Soumis par Simon Berney-Edwards)

Il y a des précédents au Canada

Les Montréalais Ludwig Ciupka et Dominic Tremblay sont les heureux pères de jumeaux d’un peu plus de 2 ans, nés de gestation pour autrui (GPA).

Ils disent pour leur part avoir eu recours à une mère porteuse aux États-Unis pour éviter des soucis juridiques au Québec, où ce genre d’entente serait mal encadré, selon eux.

Au Québec comme dans le reste du Canada, la femme obtient automatiquement un droit parental sur l’enfant qu’elle porte, ce qui peut compliquer la transaction.

Dominic Tremblay et Ludwig Ciupka – Photo : Radio-Canada

Des lois désuètes des deux côtés de l’Atlantique?

Andrew Spearman, un avocat britannique spécialisé dans la fertilité et la maternité de substitution, affirme que les lois britanniques sont « archaïques » et que bon nombre de ses clients, à l’instar du couple Berney-Edwards, se tournent vers le Canada pour la maternité de substitution.

« Je pense que ça donne un élément de certitude. Cela donne la transparence, ce que nous ne pouvons pas toujours offrir, et cela donne une structure très claire », a-t-il déclaré à son bureau de Londres.

M. Spearman soutient que même si les mères porteuses et les futurs parents au Royaume-Uni rédigent des contrats décrivant les grandes lignes de leur entente, ces contrats ne sont pas juridiquement contraignants comme ils le sont au Canada.

Ce couple gai canadien a pu avoir des enfants grâce à la gestation pour autrui. Après la naissance de jumeaux, une mère porteuse américaine a cependant refusé, au printemps 2017, de signer les papiers nécessaires à leur transfert aux parents d’intention. Photo : Radio-Canada

Les limites de la loi canadienne sur les mères porteuses

La loi canadienne sur les mères porteuses est entrée en vigueur en 2004. Photo EDC

Elle légalise la maternité de substitution, à condition que la mère porteuse soit âgée d’au moins 21 ans et qu’elle ne soit pas rémunérée par les parents d’intention. Elle interdit de payer les mères porteuses autrement que pour les remboursements de certains frais médicaux et de maternité. Il n’y a cependant pas de balises juridiques claires pour les ententes entre les parents et les mères porteuses.

Contrairement à l’Ontario, le Québec ne reconnaît pas le contrat entre la mère porteuse et les parents biologiques. Un flou persiste dans la loi québécoise. Il y a un vide juridique qui fait que, pour l’instant, ce sont les tribunaux qui vont statuer sur la filiation des enfants au Québec, notamment parce qu’il n’y a pas de lois qui permettent la reconnaissance de ces ententes-là.

Depuis 2014, au Québec, la Cour d’appel a été très claire. Pour reconnaître la filiation du deuxième parent, habituellement la mère intentionnelle, il faut passer par une procédure d’adoption, ce qui est long et coûteux.

À écouter : Isabel Côté est professeure au Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais. Elle est coauteure d’un ouvrage récent qui présente le point de vue des gens qui sont directement impliqués dans le processus, de part et d’autre dans le monde.

Isabel Côté - Photo : Radio-Canada

Le gouvernement fédéral serait en train de réexaminer la loi, notamment en tentant de déterminer avec plus de clarté les motifs de remboursement. Un député libéral a déposé, l’an dernier, un projet de loi d’initiative parlementaire qui aurait décriminalisé les paiements aux mères porteuses, mais des opposants ont dénoncé le projet qui équivaudrait, selon eux, à commercialiser le corps d’une femme.

RCI avec les informations de Kayla Hounsell et la contribution de Claude Bernatchez, Jhade Monpetit, Catherine Perrin, Arnaud Decroix, et Nicolas Vignault de Radio-Canada

En complément

Vivre son rêve grâce à une mère porteuse – Radio-Canada 

Porter l’enfant d’un autre : incursion dans l’univers des mères porteuses – Radio-Canada 

Faut-il légaliser la rémunération des mères porteuses? – Radio-Canada 

Share
Catégories : International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*