Elle réside dans un coffre-fort. Pesant plus de 27 kilogrammes, elle est évaluée entre 60 et 90 millions de dollars. Photo : CBC

Cette perle de 27 kilos pourrait rapporter jusqu’à 90 millions de dollars à cette famille canadienne

Share

La perle gigantesque qui se trouve à Mississauga en banlieue de Toronto, en Ontario, a été dévoilée pour la première fois publiquement par son propriétaire qui a demandé à un artiste local de concevoir un promontoire doré pour tenir en place la pierre précieuse d’une très grande rareté.

Lors d’une séance de tournage exclusive à CBC Toronto, Abraham Reyes, 34 ans, affirme que »il a hérité de cette perle de sa tante il y a quelques années et qu’elle est un joyau de sa famille depuis 1959.

Abraham Reyes révèle que son grand-père avait acheté une palourde géante d’un pêcheur d’une petite île au sud-est de Manille, aux Philippines, entourée de volcans et d’eaux turquoise, ne sachant pas ce qu’il y avait dedans.

Selon monsieur Reyes, « Ces palourdes géantes étaient très communes à l’époque. Elles étaient utilisées pour les bains baptismaux. Ces palourdes géantes peuvent aussi servir d’ornements dans des jardins ».

La palourde a été offerte à sa tante par son grand-père donc qui venait lui rendre visite à Manille comme cadeau ou pasalubong, une coutume dans la culture philippine. Elle a tôt fait d’y découvrir la perle cachée à l’intérieur, mais elle ignorait sa valeur réelle. « Pour moi, je suis très honoré de l’avoir. Je me sens une grande responsabilité. » Reyes a dit.

Comment se forme une perle?
Lorsqu’un grain de sable pénètre dans la coquille, cela irrite l’huître ou la palourde. Pour se protéger, elle entoure alors le grain de sable avec de la nacre. Plusieurs couches de nacre se déposent sur le grain, l’une après l’autre, comme les peaux d’un oignon.

Surnommée la Giga Pearl, elle est blanche et de couleur crème et ressemble à une dent énorme. Elle est à peu près de la grosseur d’un bébé. (Paul Borkwood/CBC)

Une perle précieuse dont la valeur est authentifiée

Abraham Reyes pensait qu’il était important que la perle soit authentifiée et il a donc demandé l’aide d’un consultant en art asiatique, Anthony Wu. Ensemble, ils l’ont testé au Gemological Institute of America à New York.

Anthony Wu explique que la perle a plus de 1000 ans et que ce genre de perles géantes se trouvent surtout dans les eaux extrêmement profondes autour des Philippines, « elles sont généralement situées le long des récifs coralliens », et sont « une espèce protégée ».

La perle pèse 27,65 kilogrammes, soit quatre fois le poids de la perle du Lao-Tzu, également appelée la perle d’Allah, qui était considérée jusqu’à maintenant étant comme la plus grande du monde.

Elle vaut son pesant d’or

Deux autres experts ont récemment déclaré que c’est la plus grosse perle qu’ils aient jamais vue. Des évaluateurs d’assurance disent qu’elle pourrait valoir entre 60 et 90 millions de dollars.

« Cela n’a pas de prix pour moi », déclare Reyes à CBC Toronto, lors d’un visionnement exclusif du joyau dans un lieu secret du centre-ville.

Maintenant il veut un endroit pour la montrer – peut-être dans un musée ? – avec la pieuvre couverte de feuille d’or de 22 carats qu’il avait commandé pour la tenir en place.

DÉCOUVREZ AUSSI : Un des plus gros diamants bruts du monde a été vendu par cette minière canadienne

Ce diamant de la taille d’une petite balle de tennis et baptisé «Lesedi La Rona» («notre lumière» en langue Tswana) a été découverte en novembre 2015 par Lucara au Botswana, le pays étant le deuxième producteur de diamants au monde après la Russie Photo Credit: Lucara Diamond

RCI avec les informations de Dayna Gourley de CBC News

En complément

Mystérieux trésor de vieilles pièces de monnaie de la ruée vers l’or découvert au Yukon – RCI 

Le tatouage du globe oculaire et les bijoux dans les yeux sont maintenant interdits – RCI 

Des bijoux créés au Québec accompagnent David Saint-Jacques dans la Station spatiale – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Économie, Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*