Photo : Radio-Canada

8 $ pour un seul pain ou 27 $ pour du jus d’orange : au Nunavut, ce n’est pas un poisson d’avril

Share

Depuis le 1er janvier dernier, dans le Grand Nord canadien, l’achat de produits comme les couches pour bébé et les produits alimentaires de base (pâtes, haricots secs, etc.) sont subventionnés dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada, après que le gouvernement fédéral eut admis l’échec de certains de ses efforts pour réduire l’insécurité alimentaire.

Parmi les produits qui bénéficient de nouvelles subventions se trouvent aussi les fruits et légumes surgelés, le lait, les préparations pour nourrissons, les aliments pour bébés ou encore la farine, l’huile et le beurre.

« Les résidents du Nord et les Autochtones ont clairement fait savoir que Nutrition Nord Canada ne fonctionnait pas et nous les avons écoutés» , indiquait, en décembre dernier, Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord.

Photo : Radio-Canada

Des subventions aux détaillants qui n’auraient pas profité aux consommateurs

Depuis 2011, le gouvernement a accordé des subventions aux détaillants afin de réduire les prix d’une liste de produits tels que la viande, le lait, le pain, les fruits et légumes et même le carton de jus d’orange.

Les citoyens du Nunavut, notamment, ont toutefois demandé au gouvernement de revoir le modèle en entier, estimant qu’il y avait un manque de transparence sur l’effet des subventions.

Une somme supplémentaire de 62,6 millions de dollars sur cinq ans est donc maintenant investie à compter de cette année, somme qui s’ajoute aux 100 millions par année qui sont versés de façon continue dans le programme Nutrition Nord Canada. Il a été conçu pour rendre les aliments nutritifs plus abordables dans 117 des collectivités les plus éloignées du nord du pays.

Photo : Radio-Canada

Quand les aliments frais et de base sont hors de prix

18 $ pour une boîte de céréales

Malgré les subventions, les données de Statistique Canada indiquent que l’insécurité alimentaire dans le Nord a augmenté depuis la création du programme.

Les prix des produits alimentaires sont généralement de deux à trois fois plus élevés que dans le sud du pays, ce qui entraîne une insécurité alimentaire.

D’après une étude publiée en mai dernier par des chercheurs de l’Université Trent et de l’Université de Guelph en Ontario, environ 60 % des familles sur la côte nord du Labrador auraient de la difficulté à se procurer de la nourriture ou auraient peur d’en manquer.

8 $ pour deux litres de lait

Jo Ellen Pameolik, mère de quatre enfants à Iqaluit, dit qu’elle a du mal à subvenir aux besoins alimentaires de sa famille.

« Je gagne plus de 100 000 $ par année et je suis agent financier, mais ce n’est même pas assez, dit M. Pameolik au sujet du coût des produits alimentaires. Parfois, je me demande comment je vais passer le reste de la semaine. »

Au Nunavut, le nombre d’enfants vivant dans l’insécurité alimentaire – un manque d’accès à une alimentation saine et abordable – est passé de 50 % en 2011 à plus de 70 % en 2015-2016, selon les derniers chiffres disponibles.

« Ça fait mal de savoir qu’un enfant de l’âge de ma fille, qui n’a que 5 ans, a vraiment faim. On n’a pas l’impression de faire partie du Canada », dit Jo Ellen Pameolik.


Jo Ellen Pameolik, mère de quatre enfants à Iqaluit, dit qu’elle a du mal à subvenir aux besoins alimentaires de sa famille. (Katie Pedersen/CBC)

Éviter de s’approvisionner au magasin local

De nos jours, de nombreuses familles se donnent beaucoup de mal pour éviter de payer les prix alimentaires du Nord.

Sheila Lumsden, 51 ans, prend des vols fréquents pour Ottawa. Elle voyage avec de grands bacs en plastique qu’elle remplit de provisions.

Elle dit que ses amis et sa famille à Ottawa empaquettent le plus d’épicerie possible dans leurs bagages lorsqu’ils viennent lui rendre visite à Iqaluit. Une amie a déjà mis un sac de farine sous sa chemise en montant à bord d’un avion pour éviter de payer des frais supplémentaires pour ses bagages. Lumsden l’appelait en plaisantant un « bébé farine ».

En 2014, au Nunavut, près des deux tiers des moins de 18 ans vivaient dans des ménages en situation d’insécurité alimentaire, a renchéri Valerie Tarasuk, professeure en sciences nutritionnelles à l’Université de Toronto, qui étudie les problèmes alimentaires liés à la pauvreté. « C’est énorme. Cette situation devrait être considérée comme une crise nationale. »

Graphique : Radio-Canada

RCI avec les informations de Marie-Laure Josselin de Radio-Canada et la contribution de Katie Pedersen, Greg Sadler et David Common de CBC News

En complément

Taux de pauvreté infantile plus importants au Nunavut, en Saskatchewan et au Manitoba – Radio-Canada 

Le Nunavut, entre deux mondes – Radio-Canada 

Visite à la station d’Alert au Nunavut, l’endroit habité le plus au nord de la planète – Radio-Canada 

Share
Catégories : Autochtones, Économie, International, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*