Une infirmière assiste une famille et son nouveau-né dans une unité néonatale. Crédit : Istock.

La pénurie d’infirmières frappe Sainte-Justine, le plus grand hôpital pour enfants du Canada

Share

Le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine fait face à un manque criant de professionnels en soins infirmiers, ce qui l’oblige à réduire ses services.

La pénurie de personnel frappe bon nombre d’établissements de santé du Québec. Cela les oblige à se tourner vers l’international pour le recrutement.

Dans le cas de l’Hôpital Sainte-Justine, il s’agit d’une situation qui risque d’avoir des répercussions importantes sur la quantité et la qualité des soins aux patients.

Compte tenu de l’importance de cet hôpital dans la santé et le bien-être des enfants dans la province et en Amérique du Nord, il est urgent de résorber cette pénurie.

Situé dans la partie ouest de l’île de Montréal, cet hôpital a récemment connu des rénovations majeures, et a vu sa capacité d’accueil et de soins augmentée. Il se positionne désormais comme l’un des quatre plus importants centres pédiatriques en Amérique du Nord.

Bien plus, l’hôpital est reconnu pour ses recherches et ses formations qui permettent chaque année à plus de 4000 étudiants et stagiaires d’accroître leurs compétences dans des spécialités relevant de la pédiatrie.

Hôpital Sainte-Justine Crédit : Wiki

Apporter les meilleurs soins aux enfants et à leur mère

Tel est but que s’était fixé Justine Lacoste Beaubien lorsqu’elle a fondé cet hôpital il y a 100 ans.

Avec un personnel dont le nombre dépasse les 5000, l’établissement est loin d’avoir la main-d’œuvre suffisante pour répondre aux besoins de plus en plus importants.

Le centre est à la quête d’infirmières et d’infirmiers spécialisés pour occuper plusieurs centaines de postes qui demeurent vacants, ce qui l’ oblige à aller chercher cette main-d’œuvre en Europe, en France notamment, en raison de la qualité de la formation et des compétences qui se comparent aux modèles nord-américains.

C’est une tâche qui s’annonce difficile, compte tenu du problème généralisé dans la province qui est actuellement lancée dans une course internationale à la main-d’oeuvre qualifiée.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conféré à l’hôpital Sainte-Justine la qualité « d’hôpital promoteur de santé ». C’est une reconnaissance de son apport dans le système de santé au Canada.

Si l’hôpital a procédé à une fermeture temporaire de certaines de ses salles d’opération, elle n’a annulé aucune de ses opérations majeures, a affirmé Marc Girard, le directeur des services professionnels, à Radio-Canada.

À la suite de la publication de notre article, le CHU Sainte-Justine a souhaité l’ajout des informations suivantes:

Un certain nombre d’absences pour maladie ou grossesse au sein du personnel du bloc opératoire du CHU Sainte-Justine oblige à réorganiser le calendrier des interventions chirurgicales.

Malgré ce contexte, le CHU Sainte-Justine a pratiquement réalisé le même nombre de chirurgies cette année que l’an passé et assure un excellent niveau de service pour toutes ses composantes.

RCI avec Radio-Canada et des informations de l'Hôpital Sainte-Justine

En complément

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*