Photo : iStock

La nouvelle pièce de monnaie canadienne pour les droits des homosexuels divise et scandalise

Share

Une nouvelle pièce de 1 $ qui sera bientôt dévoilée par la Monnaie royale canadienne pour commémorer 50 ans de soi-disant droits des homosexuels au Canada provoque des protestations à la fois de membres de la communauté LGBT et d’un groupe social conservateur.

Cette pièce, qui sera lancée le 23 avril, doit représenter deux visages humains se chevauchant avec l’inscription « 1969-2019 », suivie d’« égalité » en français et en anglais.

Elle vise à commémorer la fin des lois contre l’homosexualité en 1969 sous le gouvernement canadien de Pierre-Elliott Trudeau, père de l’actuel premier ministre Justin Trudeau. Or, de nombreuses personnes affirment que les persécutions et les discriminations se sont poursuivies bien après la décriminalisation de l’homosexualité.

L’historien Tom Hooper, de l’Université York, est un de ceux-là. Il affirme que cette pièce commémore un « mythe », puisque les changements radicaux apportés au Code criminel en 1969, qui décriminalisaient l’activité sexuelle entre hommes de plus de 21 ans dans un cadre privé, étaient modestes et que la police et les tribunaux ont continué par la suite de criminaliser les relations homosexuelles.

Le premier ministre Justin Trudeau s’essuie les yeux pendant qu’on l’applaudit alors qu’il présente des excuses officielles aux personnes LGBT du Canada à la Chambre des communes à Ottawa, le mardi 28 novembre 2017. (Adrian Wyld/La Presse canadienne)

Mythe et réalité facultative?

Tom Hooper Photo : Université York

« J’ai l’impression qu’ils mettent ce mythe sur une pièce de monnaie. Ils estampillent cette pièce de monnaie avec 1969 et juste à côté de la mention « égalité » et il n’y avait rien à voir avec l’égalité en 1969 », déclare Tom Hooper, qui étudie notamment l’histoire des droits des LGBT au Canada.

« Même ceux qui appuyaient les réformes du Code criminel soutenaient que nous étions une maladie mentale. Il ne s’agissait donc pas d’égalité. »

Tom Hooper insiste sur le fait que la persécution légale des actes homosexuels persistait par le biais de certaines dispositions du Code, comme l’indécence grossière. Et il souligne les descentes policières dans les bains publics gais à Montréal ou à Toronto qui se sont poursuivies dans les années 1980.

Le professeur Hooper fait partie du réseau Anti-69, un groupe de militants et d’universitaires qui prévoient tenir un événement médiatique de protestation juste avant le dévoilement de la nouvelle pièce la semaine prochaine.

Antérieurement aux années 60, l’homosexualité au Canada était un acte criminel passible d’emprisonnement et demeurait dans la clandestinité.
– Jusqu’au milieu des années 70, l’homosexualité était considérée comme une maladie mentale au sein de la communauté médicale.
– À Montréal, durant les Jeux olympiques d’été de 1976, le maire Jean Drapeau avait lancé une offensive de nettoyage des rues de la ville. On tentait de cacher les taudis, les sans-abri et les bars-saunas gais. Il y a 43 ans, 200 gais avaient ainsi été emprisonnés avant la tenue des JO.

En juin 1976, près de 2000 personnes ont participé à la première manifestation homosexuelle de l’histoire du Québec en marchant dans la rue Dorchester (renommée boulevard René-Lévesque en 1987).

Des conservateurs affirment aussi qu’il y a un autre côté à cette pièce

David Cooke – Citizen Go Canada

David Cooke, du groupe social conservateur Citizen Go Canada, accuse la Monnaie royale canadienne d’essayer de « politiser »  la monnaie du pays.

Selon lui, cette pièce de monnaie a pour but de promouvoir ce qu’il appelle le « programme gai » du premier ministre.

Il compare les questions LGBT à d’autres sujets qui se sont avérés être des sujets de division politique, dont l’avortement et le divorce, et qui, selon lui, ne devraient pas être célébrés par le gouvernement fédéral.

« Ce que nous voyons ici avec M. Trudeau, c’est qu’il va vraiment trop loin. »

LISEZ AUSSI : Le Canada no 1 au monde parmi les pays les plus amicaux envers les voyageurs LGBT

Justin Trudeau, premier ministre du Canada, au défilé de la fierté gaie en 2018

RCI avec les informations de Kathleen Harris de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Excuses officielles d’Ottawa à la communauté LGBT+ et peut-être plus encore – RCI 

Une majorité de Canadiens sous-estime les problèmes des LGBT dans le monde – RCI 

Difficile « coming out » pour 45 % à 54 % des LGBT auprès de leurs collègues au travail ou à l’école! – RCI 

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*