Les autorités canadiennes prennent diverses mesures pour empêcher l'arrivée au pays de la peste porcine africaine. Crédit photo: Radio-Canada.

La peste porcine africaine préoccupe le Canada

Share

Pour prévenir la propagation de la peste porcine africaine (PPA) et en atténuer les risques, le Canada a organisé à Ottawa un forum international sur cette maladie. La PPA est une affection virale grave qui peut entraîner la mort des animaux et pour laquelle il n’existe aucun traitement.

Plus de 150 représentants de 15 pays ont participé, les 30 avril et 1er mai, à cette rencontre. Décideurs, représentants internationaux, producteurs de porc et chercheurs ont notamment discuté de la menace que pose la PPA pour les Amériques.

Coordonné par le vétérinaire en chef du Canada, le Dr Jaspinder Komal, et son homologue américain Dr Jack Shere, le forum de deux jours était l’occasion à la fois de tirer des leçons des récentes éclosions de la peste porcine africaine en Europe et en Asie et de mettre en place des mécanismes de prévention et d’intervention contre la PPA.

L’industrie porcine canadienne injecte environ 24 milliards de dollars par année à l’économie. Photo : CBC/Elli Garlin

La nécessaire collaboration

Jaspinder Komal a dit de cette rencontre qu’elle était « une occasion d’apprendre des expériences des autres afin de mieux prévenir l’introduction de la PPA dans en Amérique et pour garder un état de préparation à un niveau optimal pour contrôler et éliminer la maladie en cas d’apparition dans la région. Les discussions en ce qui a trait à la biosécurité, aux impacts sur les échanges commerciaux et aux communications renforceront les actions du Canada et l’efficacité de nos collaborations. »

Ottawa ne peut en effet rester indifférent face à une maladie potentiellement dommageable à une industrie qui injecte environ 24 milliards de dollars par année à son économie.

31 millions de dollars pour des chiens détecteurs

Le Canada a d’ores et déjà pris quelques mesures concrètes pour protéger son industrie porcine. Il a notamment débloqué de nouveaux fonds, pouvant aller jusqu’à 31 millions de dollars, afin d’augmenter le nombre de chiens détecteurs dans les aéroports canadiens. Leur travail : prévenir l’importation de produits de viande illégaux au pays.

Un agent des services frontaliers du Canada Photo Credit: Radio-Canada

Des contrôles douaniers serrés font partie des mesures canadiennes pour empêcher l’entrée au pays du virus de la peste porcine africaine. Crédit photo : Radio-Canada

Le Canada a aussi adopté des mesures visant à empêcher l’entrée dans son territoire d’ingrédients de la nourriture du bétail à base de plantes provenant de pays touchés par la PPA.

Ottawa encourage également la participation de partenaires internationaux dans les approches de zonage, afin de minimiser les risques de perturbations commerciales dans le cas où la PPA était détectée au Canada.

Une maladie incurable

Seuls les membres de la famille des porcs, dont les sangliers, quel que soit leur âge, peuvent être infectés par la peste porcine africaine. Très contagieuse, la maladie se transmet par contact direct ou indirect.

Le virus qui peut survivre longtemps dans l’environnement et dans divers produits est mortel dans la plupart des cas. Il n’existe aucun traitement ou vaccin contre la PPA.

Même si les humains n’en sont pas touchés, ils peuvent propager le virus par le biais de vêtements ou d’objets contaminés. Il n’est cependant pas considéré comme un risque pour la salubrité alimentaire.

Vidéo de l’Organisation mondiale de la santé animale qui résume la PPA.

Industrie clé pour le Canada

Selon les autorités canadiennes, l’industrie porcine génère plus de 100 000 emplois directs et indirects au pays. Les principaux bénéficiaires en sont le Manitoba, le Québec et l’Ontario. En 2017, le Canada a exporté 1,2 million de tonnes de porc dans plus de 100 pays pour une valeur totale de 4 milliards de dollars.

Une éclosion de PPA au Canada aurait un impact économique négatif tant sur l’industrie que sur le pays. C’est pour cette raison qu’elle est une maladie à déclaration obligatoire. Autrement dit, tous les cas doivent être déclarés à l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

(Source : Agence canadienne d’inspection des aliments)

Lire aussi

Le virus de la diarrhée épidémique porcine sème l’inquiétude au Canada

Peste porcine africaine : des mesures pour protéger les producteurs canadiens

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*