Un travailleur actif dans une aciérie. Crédit : Istock

Fin des tarifs sur l’acier et l’aluminium canadiens à la suite d’une entente avec le gouvernement américain

Share

À quelques mois des prochaines élections fédérales, c’est avec beaucoup de soulagement que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a donné les détails de cette levée des tarifs, en direct d’une aciérie de Hamilton, 8e ville en importance au pays, située en Ontario, lieu par excellence de production d’acier au pays.

Justin Trudeau – PC

« Je vous présente une bonne nouvelle juste avant le long weekend. Les travailleurs savent maintenant que leurs emplois sont stables. Nous sommes restés fermes lors des négociations, car les tarifs n’avaient rien à voir avec la sécurité nationale. On a obtenu une levée complète de ces tarifs, parce que les travailleurs avaient demandé que la levée soit totale. Je remercie les syndicats qui ont été nos alliés pendant ces négociations. Les Américains auraient souhaité qu’on fasse des concessions, mais nous avons refusé en soulignant que ces tarifs étaient injustes. On est arrivé à ce point où on peut avancer de la bonne façon, sans plus aucun tarif sur notre acier et notre aluminium », a déclaré le premier ministre.

C’est en effet depuis le 1er juin 2018 que l’administration Trump avait imposé des tarifs sur l’acier et l’aluminium vendus par le Canada aux États-Unis.

La valeur de ces tarifs était de 9 milliards de dollars pour l’aluminium (10 %) et de 7 milliards pour l’acier (25 %), sur une base annuelle.

Ces mesures ont eu des impacts négatifs des deux côtés. Aux États-Unis, les compagnies américaines, qui avaient l’habitude d’acheter l’acier et l’aluminium canadien, ont vu leurs coûts exploser, en raison du fait que c’est elles qui devaient payer pour les nouveaux tarifs.

Du côté du Canada, il devenait de plus en plus difficile d’écouler ces deux produits parce que les tarifs contraignaient les entreprises américaines à acheter ailleurs ou à consommer local, mais aux prix astronomiques. Cette idée de se tourner vers les produits locaux s’inscrivait en droite ligne des objectifs de la politique de l’administration Trump, qui avait invoqué l’argument de l’intérêt national pour justifier l’imposition des tarifs sur l’acier et l’aluminium du Canada.

En retour, le Canada avait pris des mesures de rétorsion concernant 16 milliards de produits d’acier et d’aluminium, ainsi qu’une foule d’autres produits américains de différents secteurs.

À la suite de l’entente qui vient d’être conclue, le Canada va lever ces mesures et retirer la plainte qu’il avait déposée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) après l’imposition des tarifs américains. Les États-Unis retireront également leur plainte contre le Canada à L’OMC.

Un travailleur de l’aluminium dans une usine nord-américaine. Photo : Associated Press/Daniel R. Patmore/Associated Press

Selon les termes de l’entente qui était en négociation depuis plusieurs jours entre les représentants des deux pays, un mécanisme de surveillance sera mis en place pour s’assurer que les clauses soient respectées.

Ce sont en tout 54 produits qui seront surveillés par ce nouveau mécanisme qui vise aussi à lutter contre la concurrence déloyale, en évitant par exemple que l’acier et l’aluminium en provenance de Chine, et transitant par le Canada et le Mexique, ne soient écoulés à vil prix sur le marché américain.

Vers la ratification du nouvel ALÉNA?

Cette disparition des tarifs sur l’acier et l’aluminium ouvre la voie à la ratification du nouvel accord de l’ALÉNA (Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM)), à en croire le premier ministre, Justin Trudeau, et le président des États-Unis, Donald Trump, qui ont confirmé simultanément la fin des impositions.

« On veut maintenant aller de l’avant avec l’ALÉNA. Le Canada et les États-Unis vont travailler ensemble pour protéger les travailleurs et l’industrie. Ces tarifs étaient la plus grande barrière à la ratification du nouvel ALÉNA. On va regarder quelles sont les étapes suivantes. C’est sûr qu’on vient de prendre un grand pas vers l’avant. Maintenant qu’on lève ces tarifs, on va travailler pour la ratification de l’entente. Nous sommes fiers de pouvoir le faire dans les mois à venir », a déclaré Justin Trudeau à Radio-Canada.

La levée des tarifs est une très bonne nouvelle pour les travailleurs et les industries des deux côtés de la frontière. Au Canada, le premier ministre a assuré le secteur de la poursuite de l’aide fédérale, qui avait été déployée en réponse aux difficiles mesures de l’administration Trump, pour lui permettre de faire face aux contrecoups.

Le président Trump a pour sa part salué un excellent accord pour son pays et souligné que les États-Unis pourront ratifier le nouvel accord de l’ALÉNA sans plus tarder.

Avec des informations de Radio-Canada

Lire aussi :

Signer l’Accord Canada–États-Unis–Mexique, et puis après?

La ratification du nouvel ALENA au Congrès « doit passer par l’abolition des tarifs »

Les drapeaux du Mexique, du Canada et des États-Unis flottent près d'un bâtiment lors d'une journée ensoleillée.

Les drapeaux du Mexique, du Canada et des États-Unis signataires du nouvel ALÉNA. Photo: Reuters / Rebecca Cook

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*