Le cancer des poumons figure parmi les principales causes de décès par cancer au Canada. Crédit: Istock

Cancer du poumon : espérer vivre plus longtemps grâce à une association de médicaments à base de Tecentriq

Share

Le cancer du poumon est parmi les cancers les plus répandus et les plus mortels au Canada. Un espoir naît pour les patients. Ils pourront voir leur durée de vie se prolonger grâce au traitement à base de Tecentriq (atézolizumab) en association avec le bévacizumab, le paclitaxel et le carboplatine. Ce traitement vient d’être approuvé par Santé Canada.

Ralentir les progrès d’un mal qui évolue silencieusement 

Le cancer du poumon peut être considéré comme un tueur silencieux, étant donné qu’il n’est découvert que lorsqu’il est à un stade avancé, où il devient particulièrement agressif.

Au moins 270 000 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du poumon d’ici 2030, selon les données de la Société canadienne du cancer.

Le taux de survie des patients est généralement faible, ce qui fait de ce cancer l’un des plus mortels au Canada.

« Il existe un grand besoin non comblé pour le cancer des poumons. Les statistiques canadiennes sur le cancer indiquent qu’environ la moitié des patients sont diagnostiqués au stade 4, ce qui est un stade avancé », a indiqué Shem Singh, directeur général de Cancer pulmonaire Canada, dans le communiqué de presse.

Le nouveau traitement vise le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) non épidermoïdes métastatiques, qui représente de 80 à 85 % des cas de cancers du poumon recensés au pays, avec un taux de survie à cinq ans pour 2 et 13 % des patients (source : communiqué de presse).

L’utilisation de Tecentriq en association avec le bévacizumab et une chimiothérapie (carboplatine et paclitaxel) ne porte de réels résultats que dans les conditions suivantes :

  • Le patient ne doit pas présenter d’aberrations génomiques tumorales du gène R-ECF (récepteur de croissance épidermique) ou ALK (kinase du lymphome anaplastique)
  • Il ne doit jamais avoir reçu de chimiothérapie systémique pour le CPNPC non épidémiologique métastatique.

(source: communiqué de presse)

Les scientifiques soutiennent qu’il faut poursuivre les recherches sur le cancer du poumon pour trouver des solutions novatrices qui permettent d’améliorer la survie et la qualité de vie des patients. Crédit : iStock

Selon l’oncologue Mark Vincent, la combinaison de ces produits a permis de prolonger la vie des patients de manière importante.

« Les agents d’immunothérapie comme Tecentriq sont l’une des pierres angulaires du traitement du cancer du poumon et ils jouent un rôle crucial dans la personnalisation des stratégies thérapeutiques proposées à de nombreux patients. Les données cliniques confirment que l’utilisation de cette association en première ligne peut prolonger la survie de certains patients atteints d’un cancer du poumon », a-t-il affirmé dans le communiqué de presse.

Voici la principale constatation à l’issue du traitement en première ligne à base du Tecentriq en combinaison avec les produits mentionnés plus haut, en comparaison au traitement à base du bévacizumab et de la chimiothérapie uniquement : survie globale médiane : 19,2 mois c. 14,7 mois.

C’est grâce à l’étude IMpower 150 de phase III ouverte, multicentrique et contrôlée avec répartition aléatoire, que l’efficacité du Tecentriq associé à d’autres produits a été constatée. Au moins 1202 patients ont participé à cette étude. Leur répartition aléatoire s’est faite selon un rapport de 1:1:1.

Des effets indésirables ont été observés chez certains, comme des nausées, de la fatigue, de la diarrhée et de l’anémie.

Tecentriq en association avec le bévacizumab est une option thérapeutique offerte par les laboratoires de biotechnologie de la compagnie Roche. Cette combinaison agit dans l’organisme en accroissant le système immunitaire, ce qui renforce son action contre le cancer.

Avec des informations de Hoffmann-La Roche Limited (Roche Canada) et des informations de la Société canadienne du cancer.
Sur le même sujet :

VIDÉO - Une nouvelle étape importante vient d'être franchie dans l'identification des facteurs génétiques susceptibles de causer un cancer du poumon. Une étude internationale dans laquelle collabore l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec a permis la découverte de nouveaux gènes potentiellement associés au cancer du poumon. Des explications de Nicole Germain.
Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*