Amazon web services. Photo: Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Amazon Web Services (AWS) se défend de partager les données confidentielles de ses clients avec un pays étranger

Share

Nous avons récemment publié un article sur les inquiétudes du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), en ce qui a trait aux risques que des données confidentielles de Québécois soient transférées sur des serveurs privés. Un fait susceptible de se produire avec l’implication de multinationales étrangères, comme Amazon et Facebook, dans le processus de transformation numérique de l’administration publique et d’entretien de son système infonuagique. Des représentants d’Amazon Web Services (AWS) au Canada ont souhaité réagir à cette information. Ils ont dévoilé les dispositions qui sont prises par la compagnie pour assurer la sécurité des informations des clients.

Une puissance étrangère pourra-t-elle accéder aux données privées des Québécois?

Parmi les inquiétudes du SPGQ, il y avait la possibilité qu’une puissance étrangère, notamment les États-Unis, sous le couvert du Patriot Act et du Cloud Act, puisse mettre la main sur les informations personnelles des Québécois.

Dans un échange avec Alice Chantal Tchandem, le leader national de la section publique d’AWS au Canada, Réjean Bourgault, affirme qu’il n’en est rien. Il rappelle les récentes annonces faites par l’administration américaine concernant sa distanciation par rapport aux informations stockées sur des nuages ou des serveurs d’organismes privés.

Par ailleurs, il assure qu’AWS a pris un certain nombre de dispositions pour assurer la confidentialité des données de ses clients, tout en offrant des possibilités à ces derniers de faire partie de la solution, en contribuant à la vigilance. Les clients peuvent par exemple contrôler leurs contenus sur le serveur, chiffrer leurs données, les protéger, les détecter et même les supprimer s’ils le souhaitent.

Écoutez

Système de stockage de données sur un nuage informatique Crédit : iStock

Il convient de mentionner malgré tout que lorsqu’il est question des technologies numériques, la question de la sécurité est un enjeu sensible, surtout avec les événements récemment survenus en Suède, où les données confidentielles de milliers de personnes ont été exposées.

L’année dernière, les géants de la Silicon Valley ont été vivement critiqués parce qu’ils sont soupçonnés de collaborer avec la police, l’armée et les services de renseignements américains. Ils leur permettaient l’accès aux données de leurs clients, surtout pour des raisons de sécurité, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Alors que plusieurs de ces compagnies étaient engagées dans la course pour réaliser un important contrat avec le Pentagone pour des services infonuagiques, les critiques avaient fusé de toute part. Cela avait incité certaines d’entre elles, dont Google, à renoncer à ce contrat de 10 milliards de dollars pour des raisons d’éthique professionnelle.

Microsoft et Amazon étaient tout de même restés dans la course.

Sur le même sujet :

Le gouvernement du Québec a fait part de son intention de réduire de 457 à 2 le nombre de centres de traitement informatique dans lesquels sont entreposées les informations sur les Québécois d’ici trois ans. De plus, il compte confier la gestion d’une partie importante, on mentionne 80 %, des données à des entreprises privées, au Québec ou à l’étranger. Est-ce que la confidentialité des données, désormais conservées dans le nuage, serait respectée? Est-ce que le gouvernement américain pourrait y avoir accès si, par exemple, une entreprise comme Amazon ou Google était choisie? Est-ce que nos renseignements personnels seraient à la merci du gouvernement ou des entreprises américaines comme le suggère la loi récente appelée Cloud Act? Michel Lacombe fait le point avec ses invités.

Lire aussi :

Share
Catégories : Internet et technologies
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*