Justin Trudeau s'est maquillé le visage dans le cadre d'une soirée costumée à thématique « Les mille et une nuits », en 2001, dans une école de Vancouver où il enseignait.PHOTO : TIME MAGAZINE

Défenseur des minorités ou raciste : quel est le vrai visage de Justin Trudeau?

Share

Le chef du Parti libéral du Canada est présent dans une vidéo d’il y a 20 ans dans laquelle il est déguisé en Aladdin, le visage peint en brun. Depuis la publication de cette vidéo par les médias américains, ses adversaires s’en servent comme arme pour fragiliser les libéraux fédéraux pendant la campagne des élections du 21 octobre.

Trudeau présente ses excuses, mais est-ce suffisant pour calmer la tempête?

Le premier ministre du Canada a reconnu sa déception de cette vidéo qui vient quelque peu remettre en question son engagement à défendre les minorités et à lutter contre le racisme.

« Je regrette ce que j’ai fait. On a aussi agi en tant que gouvernement qui lutte contre l’intolérance et le racisme. Je suis un allié de ces communautés et je suis déçu de moi-même », a déclaré le premier ministre, qui a précisé par ailleurs que ce n’était pas la première fois qu’il se maquillait de la sorte.

Il a aussi souligné l’expérience faite une décennie plus tôt, dans son école secondaire, lors de l’interprétation d’un classique de Harry Balafonte.

Ces excuses sont loin de calmer les ardeurs de ses adversaires. Ils multiplient les critiques contre le chef libéral, soutenant qu’une telle attitude le disqualifie dans le contexte actuel, où il cherche à briguer un second mandat.

Jagmeet Singh, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), estime que les faits sont suffisamment graves pour pousser Justin Trudeau vers la sortie.

« M. Trudeau se moque des communautés », a-t-il affirmé à Radio-Canada.

Pour sa part, le chef du Parti conservateur du Canada Andrew Scheer souligne que, quelle que soit l’époque, le fait est condamnable.

« C’était raciste en 2001, c’est aussi raciste en 2019 », a soutenu M. Scheer.

L’heure est aux questionnements sur les implications de cette vidéo et des photos sur lesquelles Justin Trudeau arbore parfois un turban, toujours avec son visage peint en brun, sur la suite de la campagne libérale et même sur l’issue du vote pour le chef du parti.

En replaçant les faits dans le contexte des années 2000, lors d’une soirée dans une école secondaire privée de Vancouver, où Justin Trudeau enseignait, il serait important de se demander dans quelle mesure ils pourraient être associés au racisme.

Si ces faits sont si vivement critiqués aujourd’hui, c’est parce qu’ils viennent rappeler à la mémoire collective les événements récents dans l’univers culturel, qui ont alimenté les discussions dans l’espace public et dans les médias.

Autour de certaines terminologies reliées au racisme, à l’instar du « blackface » et autre « appropriation culturelle », on a assisté au Canada et dans bien des pays, à des commentaires, analyses et autres réactions musclées condamnant toute tentative d’ostraciser une race, ou cherchant à comprendre s’il est permis d’usurper une culture, au risque de replonger dans les souvenirs d’un passé douloureux.

Donald Cuccioletta, expert en politique américaine

Donald Cuccioletta, expert en politique américaine. Photo : Radio-Canada / Marie-Sandrine Auger

À titre de rappel, le blackface remonte à la fin du 19e siècle et s’étend jusqu’à la fin des années 1940 aux États-Unis, où le racisme a atteint des sommets inquiétants, avant l’intervention des droits civiques qui ont permis de mettre fin à ce mouvement très controversé, a souligné à Radio-Canada l’expert en politique américaine Donald Cuccioletta. Il rappelle que le blackface est un mouvement lancé par les Blancs, qui visait à montrer que les Noirs sont d’éternels enfants. « Ces Blancs arboraient des costumes et toutes sortes de déguisements pour se moquer des Noirs et montrer qu’ils ont des traits disproportionnés », a-t-il expliqué.

Cette attitude moqueuse avait suscité de vives réactions aux États-Unis et ailleurs dans le monde. C’est ce qui avait incité, vers la fin des années 1950, à prendre des initiatives pour démonter cette théorie et monter au contraire que « le Noir est beau, intelligent et mature », d’où l’émergence du concept « Black is beautiful », a ajouté M. Cuccioletta.

Au Canada, qui a également connu la ségrégation dans le passé, bien qu’à des degrés moindres, les analystes soutiennent que Justin Trudeau aurait dû faire preuve d’un plus grand jugement lorsqu’il a résolu d’arborer le déguisement tant décrié aujourd’hui.

Malgré le fait que M. Trudeau se soit excusé, les tuiles ont tendance à s’accumuler contre lui dans la campagne actuelle. La critique est bien loin de se dissiper et l’image du premier ministre est écorchée par la presse partout au pays et dans le monde.

Néanmoins, au sein de la classe politique au Québec, certains élus se montrent plus tolérants et soutiennent que le chef libéral est de ces leaders qui se sont démarqués dans le contexte contemporain comme d’ardents défenseurs des minorités, des valeurs d’égalité, d’inclusion, d’équité, de justice sociale et de lutte contre le racisme. C’est le cas de Frantz Benjamin, élu libéral de Viau. Il reste à voir si, comme lui, les membres des communautés visibles accorderont les mêmes circonstances atténuantes aux propos du premier ministre.

Avec Radio-Canada
En complément:

Controverse du « blackface » et manque de diversité à l’écran, Valérie-Micaela Bain s’entretient avec l'humoriste Eddy King.
Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*